Le culte du Maréchal (Miscellanées #12)

Ces courts billets ont pour objectif de faire découvrir et partager la richesse des fonds d’archives de la Bibliothèque portant sur la période de l’Occupation.

 

Le discours de régénération allait trouver un champ d’application idéal dans le thème du redressement d’un appareil d’État présenté comme asservi aux clientélismes de toutes sortes. Doublement soumis à l’autorité de l’État en tant que Français et en tant que serviteurs de l’État, les fonctionnaires étaient appelés à s’associer avec cœur aux réformes venues d’en haut. Sous la double invocation de l’autorité et de l’unité, l’administration française devait démontrer son efficacité et sa loyauté. Comment le faire mieux qu’en participant au culte du chef qui symbolisait en une seule personne l’autorité du soldat et l’union nationale autour du père de la Patrie ?

BARUCH M.O., Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p.97.

La première pierre de la propagande de Vichy repose sur le culte du Maréchal, la « mystique Pétain » selon l’éloquente expression de Marc-Olivier Baruch. La Bibliothèque nationale, en tant qu’organe culturel de la nation, participe à cette politique de rayonnement auprès des français, et en tant qu’institution publique, elle y est également astreinte en son sein.

Le héros de Verdun exposé à la Bibliothèque nationale

Une exposition consacrée au héros de Verdun est organisé en novembre 1941 dans le vestibule d’honneur de la rue Richelieu. Elle est très largement relayée dans la presse. Outre un grand nombre de photographies (plus d’une cinquantaine) et d’images d’Épinal de l’homme, la pièce maîtresse de l’exposition est un recueil, relié avec soin par les ateliers de la Bibliothèque nationale, des discours du Maréchal. L’exposition est inaugurée en novembre 1941 par Mme la Maréchale Pétain, non sans une présentation des lieux et de tous les chefs de services[1]. Si les archives ne permettent pas de déterminer le succès de la manifestation, une lettre au secrétariat particulier du Maréchal (qui a prêté les photographies) permet d’apprendre que cette dernière est « prolongée beaucoup plus que prévu[2] ». La seule raison invoquée est que cela « était nécessaire[3] ».

Deux notes de service émanant de Bernard Faÿ enjoignent l’ensemble des employés de la Bibliothèque à visiter l’exposition. Si la première est relativement lapidaire, la seconde témoigne de l’importance accordée au Maréchal. L’administrateur général y tient pour acquise la reconnaissance de son personnel : « Il n’a pas à insister sur la gratitude qui est due par tous les Français au Chef de l’État ». Cette reconnaissance est d’ailleurs encouragée par Bernard Faÿ qui fait miroiter une amélioration des conditions de travail : « L’intérêt personnel que le Maréchal témoigne à la bibliothèque Nationale et dont il a donné une marque en lui offrant les épreuves de son Livre, se traduira très prochainement par des décisions dont tous, dans cette maison, sentiront le bienfait[4] ».

Bernard Faÿ ne manque pas d’insister sur le dévouement dû par les fonctionnaires au Maréchal : « L’hommage que vos collaborateurs lui rendront par cette seule visite (…) constitue une manifestation de loyalisme plus que justifié et que les circonstances présentes font à tous égards nécessaire[5] ». Cette preuve de loyauté implicite demandée aux membres du personnel fait écho aux serments d’allégeances au régime et à son chef dont préfets et hauts fonctionnaires durent s’acquitter en 1942. On notera également que ce sont les chefs et les anciens combattants de 14-18 qui sont appelés à superviser la visite de l’exposition, deux catégories qui incarnent l’exergue donné à la hiérarchie, à l’autorité et à l’armée dans l’idéologie du régime.

Une institution sous la houlette du chef de l’Etat

Le rapport d’activité de 1942, est de nouveau l’occasion de couvrir d’éloges le Maréchal. Le premier exemplaire est « imprimé spécialement pour Monsieur le Maréchal de France, Chef de l’État[6] ». Il s’ouvre sur une lettre à Philippe Pétain, le remerciant de l’intérêt porté à l’institution (notamment par l’octroi d’un budget dans précédent et de nombreux chômeurs intellectuels) ayant permis un maintien voir une augmentation de l’activité  : « À l’heure où le Destin a privé la France de toutes ses armes et de la plupart de ses outils, vous avez voulu que cet admirable atelier, respecté jusqu’ici par les pouvoirs de la guerre, fût mis pleinement en valeur et que, sur ce terrain-là du moins, une œuvre positive fût faite sans tarder. L’histoire vous rendra justice[7]  ».

Parcourue d’allusions à la déchéance du pays que le nouveau gouvernement tente d’endiguer, la lettre fait de la Bibliothèque nationale une métaphore de la France, et de la réorganisation administrative qui s’y opère le reflet de la restructuration de l’État : « Il vous appartenait, Monsieur le Maréchal, à l’heure la plus dure qu’ait traversée notre Nation, de consacrer une fois de plus la grandeur et l’utilité de la Bibliothèque Nationale, en lui donnant une forme et un statut nouveau en même temps que strictement conformes à ses traditions[8] ». On retrouve le paradoxe inhérent à logique de la Révolution nationale : évolution et changement, mais au profit d’un conservatisme assumé. Cette démarche, qui se caractérisera par une intense activité législative, est encore valorisée au sein du rapport d’activité par la volumineuse annexe de recensement des lois émises par le nouveau régime.

Les portraits du maréchal

Ce haut patronage prend physiquement forme dans les bureaux et les locaux de la Bibliothèque nationale. En effet, une campagne de vente des portraits de Philippe Pétain est lancée à l’automne 1940 au profit du Secours national. Outre une vente aux particuliers menés par l’intermédiaire des postiers, les institutions sont tenues de participer à l’opération. Le 9 octobre 1940, le ministre de l’Intérieur Marcel Peyrouton demande à ce que le portrait du chef de l’État soit aux murs « des établissements publics, notamment des préfectures et des mairies, des établissements d’instruction, des bureaux de poste[9] ». La Bibliothèque nationale se plie à la demande, non sans retard. Ce n’est qu’en avril 1942 qu’une note de service de l’administrateur général Bernard Faÿ évoque une commande : « MM. Les Conservateurs et Chefs des services sont priés de vouloir bien indiquer dans la huitaine, au plus tard, le nombre de portraits et d’affiches qu’ils estiment nécessaires pour leurs départements ou services[10] ». Il n’est pas question de lésiner sur le nombre : « Le portrait du chef de l’État doit figurer en bonne place dans tous les services[11] ». La campagne accuse cependant des retards et il est difficile de savoir si un grand nombre de portraits furent bien affichés dans la Bibliothèque nationale. Un indice est cependant offert par une photographie de la salle des catalogues datée de 1943 qui atteste de l’accrochage d’un portrait en surplomb des lecteurs. L’image devient ainsi le vecteur du culte du maréchal, au point d’être exploitée dans les supports les plus inattendus, comme les livres pour enfants.

BnF, Archives institutionnelles, (A22). Note de service, Bernard Fäy, 8 avril 1942.

Notes

[1] BnF, Archives institutionnelles, (E24-124). Note de service de Bernard Faÿ, 28 octobre 1941.

[2] BnF, Archives institutionnelles, (E24-124). Lettre de Bernard Faÿ à André Manoury, 7 février 1942.

[3] Idem.

[4] BnF, Archives institutionnelles, (A11 (boîte 2)). Note de service de Bernard Faÿ, 28 novembre 1941.

[5] Idem.

[6] FAY B. (dir.), Rapport présenté au Maréchal de France, chef de l’Etat, sur la réorganisation et le fonctionnement de la réunion des Bibliothèques nationales de Paris de 1940 à 1943, Paris, Bibliothèque nationale, 1944, p.6.

[7] Idem, p.10.

[8] Idem, p.10.

[9] BARUCH M.O., Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p.97

[10] BnF, Archives institutionnelles, (A22). Note de service de Bernard Faÿ, 8 avril 1942.

[11] Idem.




Une réflexion sur « Le culte du Maréchal (Miscellanées #12) »

Répondre à NF Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.