Le dépôt de repli du château d’Ussé

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Bibliothèque nationale prend des mesures de protection pour ses collections. Les pièces les plus précieuses sont entreposées dans les coffres de plusieurs banques ou envoyées dans des dépôts de replis. Outre le dépôt de Castelnau-Bretenoux, que nous avons déjà évoqué, des fonds sont conservés à Luceau (demeure de Bernard Faÿ), à Valencay, ainsi qu’au château d’Ussé. Ce dernier accueille une grande partie des collections.

Continuer la lecture de « Le dépôt de repli du château d’Ussé »

Les déshydrateurs du dépôt d’Ussé

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Bibliothèque nationale prend des mesures de protection de ses collections. Les pièces les plus précieuses sont envoyées dans des dépôts de replis, ce qui pose des problèmes de conservation. L’achat de déshydrateurs illustre une des solutions envisagées afin d’y remédier.

L’inspection de quelques caisses contenant des manuscrits, des livres et des estampes n’a révélé de dommages que pour ces dernières : moisissures prenant l’aspect d’efflorescences grisâtres ou de ronds juxtaposés. Pour le moment, le mal ne paraît pas grave ; ces marques d’humidité disparaissent, si on passe dessus légèrement un tampon de coton, mais leur réapparition est à craindre si on ne modifie pas d’une façon sensible l’atmosphère des locaux où les caisses sont entreposées.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 2)). Rapport d’inspection du conservateur adjoint chargé d’inspecter le dépôt d’Ussé André Linzeler. 21 février 1944.

C’est par ces quelques mots qu’André Linzeler ouvre son rapport d’inspection du dépôt d’Ussé le 21 février 1944.

Continuer la lecture de « Les déshydrateurs du dépôt d’Ussé »