La Bibliothèque nationale dans la tourmente, septembre 1939-août 1940

(première partie)

Ce texte est issu d’une partie de l’intervention d’Anne Leblay-Kinoshita lors de l’après-midi d’étude « La Bibliothèque nationale en temps de guerre (1870-1945) » organisée le 16 octobre 2018 par le comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France à la bibliothèque de l’Arsenal où plusieurs interventions étaient consacrées à la Bibliothèque nationale pendant la Seconde guerre mondiale et l’Occupation.

Cette intervention s’appuie principalement sur les travaux de Martine Poulain (1) ainsi que les rapports d’activité de Julien Cain (1887-1974), administrateur de la Bibliothèque nationale de 1930 à 1940 puis de 1945 à 1963 et Jean Laran (1876-1948) administrateur par intérim en 1940 puis en 1944-1945 consultables sur Gallica ainsi que sur les archives conservées par la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives lointaine héritière du service d’archives mis en place par Thérèse Kleindienst (1916-2018) en 1943.

Le texte a été révisé et divisé en trois parties pour une mise en ligne sur le carnet de recherche.

Première partie : Un contexte de menace de plus en plus proche : la Bibliothèque nationale et son personnel en ordre de marche : vers un fonctionnement « dégradé » (des années 1930 à l’automne 1939)

La défense passive

Julien Cain est nommé à la tête de la Bibliothèque nationale le 1er mai 1930 et exerce dans un contexte de tensions nationales et internationales croissantes. La politique de défense passive est mise en œuvre globalement au niveau du ministère de l’Éducation nationale.
Pour la Bibliothèque, le cœur de la stratégie de défense est de dresser une liste des collections à évacuer. Une version en avait été dressée en 1914, revue en 1918 et à nouveau mise à jour, semble-t-il, en juin 1938. S’y ajoutent des collections de la Mazarine et de l’Arsenal, des bibliothèques musicales de l’Opéra et du Conservatoire qui relèvent de la Réunion des Bibliothèques nationales.
Des caisses de format standard (les dimensions exactes ne sont malheureusement pas connues) sont exécutées en juillet 1938 pour le transport des collections. Des équipes-types sont constituées pour le conditionnement : un conservateur ou un bibliothécaire qui appelle les cotes, un aide bibliothécaire qui établit les listes et un gardien qui emballe les livres. En septembre 1938, avant les accords de Munich, tout est ainsi prêt pour l’évacuation. Les caisses vont restent entreposées pendant un an dans les sous-sols de la bibliothèque avant d’être évacuées. Julien Cain va toutefois s’appuyer sur cette expérience pour rédiger, à la demande du président de l’Association des bibliothécaires français et en accord avec l’inspection générale des archives et des bibliothèques une note d’instruction pour les bibliothèques municipales en septembre 1938.
En février 1939, le ministère de l’Éducation nationale met à la disposition de la réunion des bibliothèques nationales le château d’Ussé, situé près d’une gare, à 37 km de Tours. L’ordre d’exécution de l’évacuation des collections est donné le 25 août 1939 – pour mémoire la mobilisation générale a lieu le 1er septembre et la déclaration de guerre à l’Allemagne le 3. Les opérations sont encadrées par Paul-André Lemoisne, conservateur honoraire du cabinet des Estampes et André-David Le Suffleur, bibliothécaire au cabinet des Médailles. 1239 caisses vont ainsi être évacuées sur Ussé en moins d’une semaine, tandis que 277 caisses (concernant surtout les cabinets des Médailles et des manuscrits) sont mises à l’abri dans deux chambres fortes de la Banque de France. Enfin, diverses collections sont également extraites des magasins pour être entreposées dans le deuxième sous-sol de la salle Ovale.
En février 1940, le ministère de l’Éducation nationale autorise la Bibliothèque nationale à évacuer d’autres collections vers le château de Beaumesnil dans l’Eure, – qu’elle partage avec les Archives nationales. 141 caisses supplémentaires de manuscrits sont alors évacuées.
Enfin le 22 mai 1940, au vu de l’évolution du conflit, le ministère de l’Éducation nationale ordonne d’éloigner les collections entreposées dans les sous-sols de la banque de France sur le château de Castelnau (Lot), opération menée sous la surveillance de Paul-Marie Bondois, conservateur adjoint au cabinet des Manuscrits, bientôt rejoint par Lemoisne.
En ce qui concerne les collections et les bâtiments parisiens, des équipes de guetteurs et de pompiers sont constituées, le service de nuit renforcé, une permanence organisée le dimanche. Les bibliothèques reçoivent des nouveaux extincteurs. Les ouvrages stockés dans les combles du département des Imprimés sont évacués sur Versailles.

Illustration 1 : BnF, archives institutionnelles, A1, photographie du dépôt d’Ussé

Les mesures de défense passive concernent également les personnes. Depuis septembre 1938, l’ensemble du personnel dispose de masques à gaz. Deux abris sont aménagés, l’un au second sous-sol de la salle Ovale et l’autre dans le sous-sol de la galerie Mazarine pour les lecteurs, ainsi qu’un poste de secours au premier sous-sol sous la salle Ovale.

Les conséquences de la déclaration de guerre : personnel mobilisé et activités traditionnelles en berne

Une partie du personnel se retrouve mobilisé en septembre 1939. Pour maintenir un lien « afin que les sentiments de solidarité que chacun ressentait pussent trouver leur expression », est créé un Bulletin de nouvelles pour les mobilisés (2) dont la mission archives de la BnF conserve les numéros 2 et 3. Le bulletin se décompose en plusieurs parties. Une première consacrée aux nouvelles de la bibliothèque. Le deuxième numéro (novembre 1939) évoque ainsi les opérations d’évacuation et la réouverture au public. Une deuxième partie intitulée « nouvelles des mobilisés » donnent des nouvelles individuelles avec des extraits de lettres.

Voici par exemple celle de Rémy Cotevieille-Giraudet, « lieutenant Cotevieille » bibliothécaire stagiaire au cabinet des Médailles datée du 30 septembre 1939, qui témoigne de l’attachement des bibliothécaires à la Nationale : « Mon secteur est toujours calme. On entend la canonnade dans le Nord… Quand remettrai-je en chantier les monnaies sassanides ? ». Certains utilisent même leurs compétences bibliothéconomiques, tel Jean Prinet du cabinet des Estampes, canonnier qui dans une lettre du 11 octobre écrit : « Je suis affecté à la Section technique d l’Artillerie. Depuis quelques jours j’ai donc abandonné mon oisiveté sylvestre pour se plonger dans des classements de livres et de documents techniques et dans des traductions d’ouvrages allemands sur l’artillerie » (3).
Rémy Cotevieille-Giraudet décédera au champ d’honneur en 1940.

Les activités traditionnelles de la Bibliothèque sont évidemment touchées par le contexte avec l’évacuation des collections, les mesures de sécurisation et la mobilisation des personnels. Outre le fait que certaines collections ne sont plus accessibles, les salles de lecture sont fermées depuis la fin août et rouvrent fin octobre 1939 avec un service et des horaires réduits.
Outre les collections, les fiches et fichiers, principaux outils de travail des bibliothécaires sont mis à l’abri ou reproduits dans l’urgence, à l’instar du fichier du Conservatoire pour lequel on recourt à la nouvelle technologie du microfilm. Le catalogage prend du retard avec des effectifs réduits et des collections plus ou moins accessibles.
Le contexte général complique évidemment toutes les tâches tournées vers l’extérieur. Le service des prêts cesse tout envoi à l’étranger. Le dépôt légal voit également son activité diminuer mais comme l’écrit Cain :

l’état général d’inquiétude qui a précédé la guerre avait du reste depuis longtemps diminué la production littéraire et artistique (…) la Bibliographie de la France a cessé d’être publiée chaque semaine pour ne paraître que tous les quinze jours ; les dons sont devenus plus rares, ainsi que les acquisitions.

Rapport sur la bibliothèque nationale pendant les années 1935 à 1940 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k497616c/f138.image)

L’activité d’expositions doit être délaissée au grand dam de Julien Cain. Fin août 1939, l’exposition Les travaux et les jours dans l’ancienne France pour le quatre centième anniversaire de la naissance d’Olivier de Serres ferme brusquement au moment de l’exécution des mesures d’évacuation. Les préparatifs d’une grande exposition prévue pour le tricentenaire de la naissance Jean Racine s’interrompent. L’abandon de cette activité chère à Cain témoigne de la gravité de la situation, même si « l’ère des expositions » n’est pas tout à fait « close ».

(à suivre)

Notes

1. Martine Poulain, « Jean Laran, courage et justesse dans les années noires », Revue de la BnF, n°28, 2008, p. 55-62 ; Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2013, 753 p.
2. BnF, Archives institutionnelles, D 69.
3. BnF, Archives institutionnelles, D 69.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.