Face au nazisme, le cas alsacien

Le 15 septembre 2022 a débuté l’exposition Face au nazisme : le cas alsacien  de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, qui se poursuivra jusqu’au 15 janvier 2023.

Cette dernière propose une réflexion sur les derniers apports de l’historiographie concernant les questions liées à la montée du nazisme dans les années 1930, à l’annexion de fait de l’Alsace et de la Moselle au sein du IIIe Reich, ainsi qu’aux questions mémorielles et historiques contemporaines.

Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la rapide victoire des troupes allemandes en mai 1940 et leur entrée en Alsace au mois de juin de la même année, forment un enchaînement d’événements qui remettent en cause l’équilibre du continent européen. En Alsace ou en Moselle, ce bouleversement se double d’une annexion de fait, non seulement à un autre État, mais surtout à un régime totalitaire qui entend imposer son idéologie et faire adhérer la population à ce nouveau système de valeurs. Certains restent passifs ou attentistes, d’autres choisissent l’adhésion ou la résistance. Tous subissent des transformations souvent brutales qui s’accompagnent d’une surveillance généralisée, de différentes formes de répression et de l’incorporation dans les diverses instances du parti national-socialiste (NSDAP : Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei), dans l’armée ou dans d’autres structures du régime comme la Hitlerjugend (Jeunesse hitlérienne) ou la SS (Schutzstaffel : section d’assaut). La Libération marque une rupture. L’Alsace et la Moselle, ainsi que leurs nouvelles autorités de tutelle, souhaitent prendre leurs distances avec leur voisin d’outre-Rhin. L’épuration sous toutes ses formes (« sauvage », administrative, judiciaire) est importante mais, en raison de l’annexion de fait à un régime totalitaire, n’a pas la même signification que dans le reste de la France.

Ce sont plusieurs aspects liés à l’influence, puis à l’installation brutale du national-socialisme en Alsace, mais aussi en Moselle, qui sont abordés dans le parcours de l’exposition. Le propos se concentre sur les événements qui se sont déroulés dans ces territoires, tout en les replaçant dans un contexte plus général, à l’échelle du continent européen. L’exposition souhaite également donner des éléments pour comprendre comment l’Alsace, qui était en première ligne face à l’Allemagne nationale-socialiste, a été utilisée, de part et d’autre du Rhin, dans les débats qui portaient sur sa place au sein de la France ou dans le « grand Reich » voulu par les nazis.

Le commissariat de l’exposition a été mené par Catherine MAURER, Professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg et Jérôme SCHWEITZER, conservateur des bibliothèques à la Bnu. L’entrée de l’exposition est gratuite.

Ce premier évènement est accompagné d’une série de conférences et de projections, dont la conférence d’Ophélie Jouan « Récupérer le patrimoine français après les pillages nazis (1944-1949) » qui se déroulera le vendredi 9 décembre à 18h30.

En 1944, après la vaste campagne de pillages et de spoliations artistiques conduites par l’occupant pendant le conflit, la France organise la récupération des biens culturels enlevés sur son territoire, majoritairement de provenance privée. Des professionnels des institutions culturelles – conservateurs de musées, de bibliothèques, d’archives – endossent alors l’habit militaire pour se rendre dans l’ancien Reich afin d’enquêter et de rapatrier les œuvres « d’origine française ». Cette conférence se propose de retracer cette entreprise d’envergure et de suivre les pas de certains de ses protagonistes.

Ophélie Jouan est une historienne de l’art diplômée de l’École du Louvre. Depuis 2020, elle prépare une thèse de doctorat sur la récupération artistique et l’épuration du marché de l’art (1944-1957) sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac (Sciences Po Paris) et Christian Fuhrmeister (Zentralinstitut für Kunsgechichte de Munich). En 2019, elle a consacré un ouvrage à la résistante du Jeu de Paume, Rose Valland (éd. du Département de l’Isère) et a pris part au commissariat scientifique de l’exposition « Rose Valland, en quête de l’art spolié » qui s’est tenue la même année au Musée dauphinois de Grenoble.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search