Les déshydrateurs du dépôt d’Ussé

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Bibliothèque nationale prend des mesures de protection de ses collections. Les pièces les plus précieuses sont envoyées dans des dépôts de replis, ce qui pose des problèmes de conservation. L’achat de déshydrateurs illustre une des solutions envisagées afin d’y remédier.

L’inspection de quelques caisses contenant des manuscrits, des livres et des estampes n’a révélé de dommages que pour ces dernières : moisissures prenant l’aspect d’efflorescences grisâtres ou de ronds juxtaposés. Pour le moment, le mal ne paraît pas grave ; ces marques d’humidité disparaissent, si on passe dessus légèrement un tampon de coton, mais leur réapparition est à craindre si on ne modifie pas d’une façon sensible l’atmosphère des locaux où les caisses sont entreposées.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 2)). Rapport d’inspection du conservateur adjoint chargé d’inspecter le dépôt d’Ussé André Linzeler. 21 février 1944.

C’est par ces quelques mots qu’André Linzeler ouvre son rapport d’inspection du dépôt d’Ussé le 21 février 1944.

Préserver les collections hors de la Bibliothèque Nationale

Le dépôt en question concentre alors la plus grosse partie des collections évacuées de la Bibliothèque nationale. Dès septembre 1939, ce ne sont pas moins de 1239 caisses qui prennent la route pour le château d’Ussé en Indre-et-Loire [1]. Par la suite, différents mouvements entre les dépôts d’Ussé, de Castelnau-Bretenoux, de Versailles et la Bibliothèque nationale [2] vont accroître ce fonds déjà conséquent, qui culmine à un peu plus de 1600 caisses en mars 1940.
Éloignées des potentiels bombardements, ces collections ne sont pas à l’abri des menaces inhérentes à la conservation. Si les risques de feu et de vols sont rapidement amoindris grâce à la présence de gardiens et la mise en place de protections incendie, la salubrité toute relative du château pose rapidement problème. Au temps très humide de la région et donc à l’hygrométrie naturelle élevée du dépôt s’ajoutent les difficultés d’approvisionnement en combustible pour le chauffage, deux contraintes qui rendent quasiment impossible le maintien d’une température et d’une humidité adéquates. D’autant que les trois principales zones d’entreposage au sein du château (le donjon, la galerie centrale et la chapelle) sont mal isolées et donc particulièrement sensibles aux variations météorologiques. Aux constatations des premières dégradations, le stockage des caisses est réorganisé (surélévation par rapport au niveau du sol, isolation des caisses entre elles par des chevrons, etc.) et une aération régulière des manuscrits est instaurée. Ces quelques mesures n’empêchent pas la réapparition de moisissures et champignons, d’autant que les arrivages continuent d’affluer (dont des caisses humides des suites du voyage), aggravant l’encombrement et la mauvaise circulation de l’air.
La pénurie de matières premières, et notamment de bois et de charbon, entérine la situation durant une partie de l’Occupation. L’administrateur général de la Bibliothèque nationale Bernard Faÿ s’en plaint ouvertement au ministre de l’Éducation nationale:

Depuis ma dernière visite, conformément à mes ordres, on était arrivé à chauffer pendant environ un mois le dépôt principal et j’ai constaté moi-même, partout où il y avait de l’humidité et des traces de moisissure, que l’humidité avait disparu et que les traces étaient en voie de régression. Il est manifeste que si on pouvait chauffer le château six mois de l’année, le dépôt serait parfait. Il faudrait environ vingt tonnes de charbon pour y parvenir. Cet hiver nous n’avons obtenu que cinq tonnes, alors que tous les dépôts des musées nationaux ont été pourvus suffisamment. Je me permets d’insister dès maintenant pour que l’on envisage la reprise du chauffage pour le 15 octobre.

BnF, Archives institutionnelles, (A3 (boîte 5)). Projet de lettre de Bernard Faÿ au ministre de l’Éducation nationale. 30 avril 1944.

Devant l’incapacité du ministère à entériner sa requête, une solution alternative est envisagée : « En attendant, nous allons établir des appareils de climatisation qui, parallèlement au chauffage, maintiendront un degré hygrométrique convenable [3]».

Le choix d’une nouvelle technologie

C’est seulement en février 1944, après des échanges avec l’entreprise CLIMATAIR et plusieurs visites de techniciens à Ussé, que le projet est entériné. Trois groupes d’installations sont prévus, destinés aux trois principaux lieux de stockage des caisses. Chacune de ces installations comprend un appareil déshydrateur ARC, un ventilateur principal refoulant dans le déshydrateur un mélange d’air pris dans les locaux et à l’extérieur, un ventilateur secondaire permettant la circulation d’air chaud nécessaire à la régénération du produit absorbant, une résistance électrique placée dans le circuit d’air de régénération ayant pour but d’élever la température, un filtre retenant les poussières de l’air avant son soufflage dans les locaux, un système de régulation pour la marche de la machinerie, et un ensemble de conduits d’airs assurant la liaison des appareils entre eux, ainsi que la prise et le renvoi d’air à l’extérieur et dans les salles. Des installations conséquentes donc, grâce auxquelles l’entreprise prévoit un taux d’humidité inférieur à 45% pour les trois espaces.
En dépit de l’accord d’un premier devis par la Bibliothèque Nationale, une nouvelle visite des représentants de l’entreprise CLIMATAIR enjoint cette dernière à revoir la taille des installations :

Nous avons noté toutefois que pour obtenir une distribution plus convenable de l’air il y avait lieu de prévoir un réseau de gaines plus développé que celui auquel nous avaient fait penser les données sommaires que nous possédions. Comme nous vous le disions à Ussé, le prix approximatif de l’installation que nous avions précédemment estimé se trouve de ce fait modifié.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 2)). Climatair à l’administrateur général. 14 mars 44.

C’est finalement pour un montant de 270 000 francs que la Bibliothèque nationale s’engage. La somme est importante, et représente presque 7% du budget de fonctionnement de l’année 1940 [4] . Elle est néanmoins dérisoire au vu de l’intérêt patrimonial des collections entreposées à Ussé. Plus surprenante encore est la poursuite du projet après la Libération. Le 6 novembre 1944, les trois machines sont installées et mises en marche. Ce maintien s’explique par la lenteur des délais de rapatriement entrepris seulement à partir de 1945 dans un pays dévasté.
La mission pour la gestion de la production documentaire et des archives de la Bibliothèque nationale conserve une importante documentation sur le déroulement de ce marché. Aux différents échanges de courriers, devis et factures entre l’administration et l’entreprise s’ajoutent plusieurs plans, photographies et notices d’utilisation qui, confrontés les uns aux autres, permettent d’avoir une idée précise des machineries en question. Ainsi qu’en témoignent les photographies d’archives, les installations étaient particulièrement imposantes. Elles avaient été pensées pour fonctionner sans l’aide d’un technicien, et seuls trois hygromètres à cheveux [5] laissés par l’entreprise CLIMATAIR devaient permettre au personnel de la Bibliothèque nationale détaché sur place de contrôler leur efficacité.

Des résultats décevants

Les coûteuses installations vont néanmoins s’avérer décevantes. L’hygrométrie est loin d’atteindre les 45% annoncés par l’entreprise. Pour répondre aux réclamations de la Bibliothèque nationale, un premier technicien est envoyé par CLIMATAIR à Ussé le 3 mars 1945. Son analyse est sans appel. Ce sont moins les machines que les contingences extérieures qui sont à blâmer pour expliquer ces maigres résultats : « La matière active est assez humide. Cet état ainsi que la lenteur de la rotation doit être attribué à l’insuffisance du courant électrique qui ne permet pas d’obtenir une régénération complète. Mais ainsi qu’il est dit plus loin, cette situation ne nuit pas gravement au bon fonctionnement des appareils [6]». Le contrat initial stipulait en effet que la puissance électrique totale nécessaire au fonctionnement des trois installations serait de l’ordre de 10 KW. Mais les coupures de courant quasi journalières empêchent les déshydrateurs de fonctionner en permanence. À cette première contingence incriminée par le technicien s’ajoute la mauvaise isolation des trois espaces de stockage et l’encombrement de ces derniers.

Ces constatations n’empêchent pas la Bibliothèque nationale de rentrer en litige avec la société. Le désaccord principal porte sur les résultats aléatoires offerts par les trois hygromètres à cheveux et le non-respect de l’engagement qui avait été fait par l’entreprise de baisser le taux d’humidité en connaissance des spécificités du château d’Ussé. Un premier procès-verbal, daté du 27 avril 1945, est établi par un technicien des Arts et Métiers missionné par la Bibliothèque nationale :

Nous attirons votre attention sur l’importance des écarts entre l’état hygrométrique réel de ces locaux et les indications des hygromètres à cheveux qui y sont installés. Il est regrettable que les appareils de « climatisation » installés dans ces locaux n’aient pas été mis en service avant et pendant nos essais ; leur efficacité aurait pu être vérifiée, en même temps que l’exactitude des hygromètres à cheveux fournis avec l’installation. Il nous est d’ailleurs apparu que le volume de la chapelle et de la galerie du château est disproportionné avec l’importance des appareils qui y sont placés.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 2)). Procès-verbal établi par le Conservatoire des Arts et Métiers. 27 avril 1945.

Des résultats contestés par l’entreprise CLIMATAIR : « De votre côté, vous contestez le bon fonctionnement de nos installations, en vous basant sur des observations hygrométriques. De telles observations sont d’interprétation délicate et souvent trompeuse, mais les explications que nous vous avons données vous paraissent accessibles seulement à des spécialistes [7]».

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 2)). Notice de fonctionnement des déshydrateurs CLIMATAIR.

Afin de mettre un terme au litige, Jean Laran, administrateur général par intérim, et la société se mettent d’accord sur la tenue d’une contre-expertise. Demande est faite au directeur du Conservatoire national des Arts et Métiers de désigner un représentant. Un nouveau procès-verbal est établi les 25 et 26 juillet 1945 en présence des deux partis. L’expertise confirme l’inexactitude des trois hygromètres à cheveux, dont les données s’avèrent peu fiables en comparaison des hygromètres Alluard [8] et de la méthode psychométrique [9]. Mais concernant le fonctionnement des déshydrateurs, les anomalies électriques sont de nouveau avancées pour expliquer le faible rendement :

L’assèchement général obtenu depuis la mise en marche paraît cependant insuffisant. Nous attribuons cette insuffisance aux causes suivantes : le fonctionnement depuis la mise en marche a été très réduit. Au début par l’insuffisance de la tension du secteur électrique, et ensuite, et plus gravement encore, par les innombrables interruptions qui provoquent chacune un arrêt prolongé. Pendant la seule période où il nous a été possible d’assurer par nous-mêmes un service à peu près continu, une baisse importante du degré hygrométrique avait été observée.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 2)). Procès-verbal établi par le Conservatoire des Arts et Métiers. 25 et 26 juillet 1945.

Un argumentaire renforcé par une coupure inopinée du courant au moment des tests…

Le conflit tourne court en septembre 1945. La Bibliothèque nationale commence en effet le rapatriement de ses collections [10]. Les trois déshydrateurs sont désormais inutiles. Un accord est donc conclu en décembre 1945 pour le rachat (à seulement 136 000 francs) et l’enlèvement des machines par CLIMATAIR.

Cette affaire, bien qu’anecdotique, est éclairante des problèmes inédits auxquels les conservateurs de la Bibliothèque Nationale ont dû faire face durant l’Occupation. Au-delà des enjeux économiques ou de conservation préventive, elle témoigne de la permanence d’une institution et de ses missions en dépit d’un contexte difficile.

Anaelle Lahaeye

Notes

1. Voir les rapports d’activité de la Bibliothèque Nationale durant la Seconde Guerre mondiale et POULAIN, Martine, Livres pillés, lectures surveillées, Paris, Gallimard, 2013.
2. La Bibliothèque nationale dispose également de dépôts à Courtalain, Valencay, Luceau. Le château d’Ussé est quant à lui utilisé pour entreposer les collections d’autres institutions publiques, à l’instar du Sénat et de bibliothèques municipales. La chronologie précise de ces mouvements reste à établir.
3. BnF, Archives institutionnelles, A3 (boîte 5). Projet de lettre de Bernard Faÿ au ministre de l’Éducation nationale. 30 avril 1944.
4. En 1940 la Bibliothèque Nationale a disposé d’un budget de 4 millions d’euros (Voir le Rapport d’activité de la Bibliothèque nationale de 1947).
5. Un hygromètre à cheveu est un outil qui permet de mesurer l’hygrométrie. Son principe repose sur la capacité des cheveux, une fois traités, à changer de dimension en fonction des variations d’humidité. Les résultats sont néanmoins réputés peu fiables, les cheveux étant également sensibles aux changements de température. Voir Larousse, La Grande Encyclopédie, 1971-1976.
6. BnF, Archives institutionnelles, A8 (boîte 2). Rapport de Climatair. 3 mars 1945.
7. BnF, Archives institutionnelles, A8 (boîte 2). Climatair à l’administrateur général. 26 mai 1945.
8. Un hygromètre d’Alluard, dit « à condensation », est un outil qui permet de mesurer l’hygrométrie. Son principe repose le point de rosée de l’air humide, offrant des résultats fiables et précis. Voir Larousse, La Grande Encyclopédie, 1971-1976.
9. A l’instar de l’hygromètre d’Alluard, un psychromètre permet de mesurer l’hygrométrie. Son principe repose sur le calcul des taux d’évaporations en fonction de l’air ambiant. Ses résultats sont néanmoins peu précis. Voir Larousse, La Grande Encyclopédie, 1971-1976.
10. La chronologie exacte du retour des collections reste à établir (certaines notes de services évoquent des retours en 1956). La majorité des rapatriements sont néanmoins effectués à l’automne 1945 comme le précise le Rapport d’activité de la Bibliothèque nationale de 1947).


Une réflexion sur « Les déshydrateurs du dépôt d’Ussé »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.