Jenny Delsaux (1896-1977), itinéraire d’une pionnière des bibliothèques

Par Anne Liskenne et Ophélie Jouan

Jenny Delsaux à Charmey (Suisse) en 1936.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

Figure méconnue de l’histoire des bibliothèques au xxe siècle, Jenny Delsaux (1896-1977) tint un rôle de premier plan dans la récupération des livres spoliés qui s’organisa après la Seconde Guerre mondiale. Aux côtés de ses plus illustres collègues – Julien Cain, Charles Beaulieux, André Masson –, cette bibliothécaire née dans l’Alsace allemande œuvra de manière déterminante à la recherche, l’identification et la restitution des ouvrages qui avaient été enlevés du territoire français pendant l’Occupation. Jenny Delsaux fit ainsi figure de pionnière durant toute sa carrière : son brillant parcours académique, conduit en dépit d’un contexte politique troublé, ses initiatives professionnelles, largement saluées par ses collègues, son engagement personnel au sein de la récupération artistique, au cours de laquelle elle effectue de nombreuses missions de terrain dans les anciens territoires du IIIe Reich, donnent la mesure d’une trajectoire exceptionnelle entre France et Allemagne. Ses contemporains ne s’y trompèrent pas : dès 1950, la remise de la croix de la Légion d’Honneur dit combien leur reconnaissance fut grande à l’égard de cette femme dont les hauts faits sont pourtant restés en marge de l’histoire des bibliothèques[1]. La redécouverte récente de son dossier de légionnaire à la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur est à l’origine de cet article ; elle a fourni l’occasion de mener des recherches approfondies dans les archives publiques et privées relatives à Jenny Delsaux restées inexploitées jusqu’à ce jour[2].

L’intervention d’Ophélie Jouan (Récupérer le patrimoine français après les pillages nazis (1944-1949)) du vendredi 9 décembre 2022 à 18h30 à l’auditorium de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg aura également pour objet le travail de Jenny Delsaux. Celle-ci sera diffusée sur Youtube.

Une enfance dans l’Alsace allemande

Aînée d’une sororie de trois filles, Jenny Anne[3] Julie Foerster[4] naît le 11 juin 1896 à Hagenthal-le-Bas[5], une commune haut-rhinoise limitrophe située à une dizaine de kilomètres de Bâle et alors intégrée à l’Empire allemand. Peu après sa naissance, ses parents déménagent le 1er juillet de la même année à Phalsbourg, en Lorraine, avant de s’installer au nord du Bas-Rhin, à Wissembourg[6], en 1903. Ces déplacements répondent peut-être aux impératifs professionnels de son père, Frédéric Charles Foerster, qui exerce en tant que percepteur dans les territoires annexés à l’Allemagne depuis 1870. Suivant ces différents changements, Jenny Foerster entre en 1901 à l’école supérieure de jeunes filles (Höhere Mädchenschule) de Phalsbourg puis à celle de Wissembourg, dont elle termine le cursus en 1911. À l’issue de cette formation initiale, qu’elle complète jusqu’à l’année suivante par des cours particuliers de littérature française et anglaise[7], elle assiste aux cours de l’école des bibliothécaires, alors installée dans la Bibliothèque universitaire de Strasbourg[8].

Si l’alsacien est d’usage dans la sphère privée, Jenny Foerster apprend l’allemand à l’école et se forme dans cette langue. Au reste, son père est originaire du sud de l’Allemagne ; le bavarois et le dialecte souabe sont par conséquent des idiomes que la jeune femme comprend et parle. Ces racines alémaniques du côté de la branche paternelle ne font pas pour autant des Foerster des Alsaciens pro-prussiens, qui évoluent dans la bonne société wissembourgeoise sans manifester d’engagement politique particulier. Frédéric Foerster est affectueusement surnommé « Fritz[9] », voire par dérision « l’ami Fritz », en référence au personnage créé en 1864 par Erckmann-Chatrian qui campe un héros alsacien d’origine bavaroise favorable à l’unité allemande mais hostile à l’impérialisme prussien. De la même manière, si la famille Foerster est, à l’instar de la majorité des Allemands de la seconde moitié du XIXe siècle[10], de confession protestante et, par ailleurs, partie intégrante de la notabilité locale du fait des activités professionnelles de « Fritz », ses membres n’en demeurent pas moins critiques à l’égard de la « haute société protestante[11] » (HSP). Manifestement influencée par cette défiance familiale envers le communautarisme religieux et social, Jenny Foerster semble prendre rapidement ses distances avec le protestantisme et suivre la voie de l’athéisme. Au demeurant, la jeune femme jouit d’un environnement familial, matériel et intellectuel propice à un épanouissement personnel éloigné de tout dogmatisme. C’est d’ailleurs probablement durant sa jeunesse alsacienne qu’elle fait connaissance, par l’entremise d’un cousin, du futur germaniste et professeur au Collège de France Robert Minder (1902-1980), avec qui elle partage le goût du chant et de la philosophie. Également issu d’une famille alsacienne protestante, ce dernier gardera des liens étroits avec Jenny Foerster toute sa vie durant.

La voie des livres

Lorsqu’elle commence ses études littéraires, Jenny Foerster pratique parallèlement le chant classique, suivant un répertoire principalement composé de Lieder dans la veine schubertienne et de chants traditionnels alsaciens. La possibilité de poursuivre une carrière de chanteuse professionnelle est un temps envisagée, avant d’opter pour la voie des livres. Plus raisonné au yeux de sa famille, ce choix fut rétrospectivement entériné par une maladie qui altéra sa voix de manière irréversible. Cette première vocation musicale, qu’elle aima à rappeler à son entourage jusqu’à la fin de sa vie, fit de la bibliophile alsacienne une mélomane avertie, qui affectionnait assister régulièrement à des concerts de musique de chambre.

Comme d’autres jeunes femmes de sa génération, Jenny Foerster ambitionne donc de passer l’examen de bibliothécaire. La profession connaît en effet depuis la fin du XIXe siècle une féminisation progressive : en France, Marie Pellechet (1840-1900) est, en 1900, la première femme à être titularisée au sein de la Bibliothèque nationale, tandis que l’école des Chartes, institution parisienne de premier plan dans la formation à la conservation des livres, ouvre ses portes aux étudiantes en 1906[12]. Outre-Rhin, l’évolution de la condition professionnelle féminine commence également à poindre : Bona Peiser (1864-1929), considérée comme la première bibliothécaire allemande, devient en 1895 directrice de la bibliothèque de l’Association des employées (Verband für weibliche Angestellte) qu’elle a fondée trois ans plus tôt[13]. En Allemagne comme en France, ces profils font toutefois figure d’exceptions. L’accès des femmes aux études supérieures avant 1914 demeure en effet restreint et peu nombreuses sont celles qui poursuivent leur formation au-delà du baccalauréat[14]. Il faut ainsi souligner le caractère pionnier des candidates qui, comme la jeune Alsacienne, envisagent dès les années 1910 de passer l’examen de bibliothécaire. À ce titre, la trajectoire de Jenny Delsaux dès après la Première Guerre mondiale dans les cadres de l’administration française est révélatrice de la féminisation qui s’opère alors dans la profession. Longtemps resté un pré carré exclusivement masculin, l’espace de la bibliothèque s’ouvre enfin aux femmes[15]. Ce processus est tout à la fois le lent aboutissement des lois Camille Sée et Jules Ferry instaurées en faveur de l’alphabétisation dans la France des années 1880[16] et la conséquence du bouleversement sociétal engendré par le conflit mondial, qui fait entrer les femmes dans les sphères professionnelles jusqu’alors réservées aux hommes.

Dans le Strasbourg d’avant-guerre, l’école des bibliothécaires dispense une formation préparatoire complète au métier des bibliothèques, à laquelle les femmes sont admises à postuler. Cette institution privée « agréée par les autorités supérieures […] donne l’instruction dans toutes les branches concernant la direction des bibliothèques, l’instruction préliminaire de l’histoire de toutes les sciences et des belles lettres ; elle enseigne le latin, l’écriture grecque, la comptabilité, la correspondance allemande, française et anglaise, en prenant principalement en considération la librairie, le service des bureaux, de la caisse, la sténographie et la dactylographie. La durée des études est fixée à une année, à laquelle doit s’ajouter un stage d’une année d’épreuve pratique dans une bibliothèque publique dirigée par un spécialiste. À ce stage succède l’examen d’État[17] ». Après avoir obtenu un baccalauréat en latin et sciences, Jenny Foerster intègre l’institution le 1er mai 1912. Au cours de cette formation, qui s’achève en juin de l’année suivante, elle s’illustre par un « zèle et [une] application continues, de sorte qu’il n’y a que du bien à dire des résultats[18] ». Dès le mois de mai 1913, elle complète son apprentissage par un stage à la Bibliothèque universitaire et municipale de Strasbourg (Kaiserliche Universitäts- und Landes Bibliothek) où elle « fait preuve de bonnes qualités de conception, d’un zèle persévérant et de beaucoup de soins[19] » ; à telle enseigne que ses superviseurs lui confient en toute autonomie la gestion de la division Économie nationale de la bibliothèque. Sa réussite à l’examen des bibliothèques de Strasbourg et son obtention du diplôme de bibliothécaire universitaire en juin 1914 viennent consacrer ces deux années d’études.

En tant que jeune bibliothécaire, Jenny Foerster est envoyée entre 1914 et 1915 par la Bibliothèque universitaire de Strasbourg aux archives du folklore de Fribourg[20]. Puis, jusqu’en 1918, elle complète sa formation en suivant des cours de philologie romane et germanique, de philosophie et d’archéologie à l’Université de Strasbourg et, en 1917, obtient l’Abitur[21] au Lycée Fustel de Coulanges. Parallèlement, elle prépare l’examen d’enseignement d’État (Staatsexamen), équivalent allemand de l’agrégation. Cependant, avec la fin de la Première Guerre mondiale, l’Alsace est réintégrée à la France en 1918, ce qui contraint la jeune bibliothécaire à faire de nouveau ses preuves, cette fois-ci au sein du système académique français. Jenny Foerster, désormais âgée de vingt-deux ans, entreprend donc d’obtenir une licence ès lettres, au cours de laquelle elle se spécialise en allemand d’enseignement et en anglais. Reçue première en 1920 avec la mention assez bien, elle dispose dès lors de « connaissance[s] parfaite[s][22] » de ces langues et est également capable de traduire l’italien. Étonnamment, les archives ne font pas état de son rapport au français, qu’elle maîtrise pourtant pleinement, à en juger par les curriculums vitae rédigés à cette période.

Lettre de Jenny Foerster relative à son inscription au concours des bibliothèques, Paris, le 26 mai 1921.
Archives nationales, F/17/27827 © Ophélie Jouan

L’entre-deux-guerres parisienne

Jenny Foerster arrive définitivement au terme de son parcours estudiantin le 28 juillet 1921, date à laquelle elle est reçue 4e au certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire universitaire[23]. Si elle a effectué un stage d’un semestre à la Bibliothèque universitaire de la Sorbonne, à Paris, dès avant l’obtention de son diplôme, sa première mission hors du giron scolaire se déroule véritablement en 1922, à la bibliothèque universitaire de Nancy. Le 1er octobre de cette année-là, Charles Adam (1857-1940), recteur de l’académie nancéenne, loue le « travail considérable » effectué par Jenny Foerster, qui a catalogué l’intégralité de la bibliothèque Paul Meyer[24], composée de « milliers de volumes & brochures, [inventorié] tout ce qui manque aux nombreux périodiques allemands (travail très fatigant, à cause de la dispersion des locaux et de la nécessité de passer en revue tous les rayons pour vérifier[25]) ». Il souligne également que la jeune bibliothécaire a fait preuve de « beaucoup de zèle, d’exactitude et de conscience professionnelle ».

Jenny Delsaux dans son appartement parisien du 30 rue Lamarck, 1929.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

Forte de ces recommandations élogieuses, Jenny Foerster prend ses fonctions au sein de la bibliothèque universitaire de Lille en 1923[26] avant d’être nommée trois ans plus tard[27] à l’université de la Sorbonne à la section des Sciences et des Lettres, en remplacement de Charles Beaulieux (1872-1957), appelé à devenir directeur de l’institution. Alors qu’elle est en fonction à Lille, elle poursuit son perfectionnement en langues étrangères en obtenant, peu avant sa mutation à Paris, un diplôme d’études russes à l’université de Lille. C’est également en cette année 1926 que Jenny Foerster épouse à Wissembourg Jean Delsaux (1900-1984), ingénieur diplômé de l’Institut industriel du Nord et employé à la Société du Gaz de Lille. De leur union naîtra une fille unique en 1931. Devenu parisien peu après leur mariage, le couple s’installe dans un appartement nouvellement construit, au numéro 30 de la rue Lamarck, à quelques encablures du Sacré-Cœur. Tandis que Jenny Delsaux intègre les cadres de la bibliothèque de la Sorbonne, Jean Delsaux est recruté dans la société de transports ferroviaires Alsthom. La passion de ce dernier pour la photographie a livré plusieurs centaines de clichés de leur vie familiale et sociale, méticuleusement annotés et classés, de sorte qu’il est possible de retracer leurs fréquentations et leurs déplacements des années 1920 jusqu’aux années 1970. Durant l’entre-deux-guerres, le couple effectue en effet régulièrement des voyages en France et dans les pays limitrophes : dès Pâques 1929, les photographies gardent la mémoire d’un itinéraire le long de la Côte d’Azur, de Toulon à Monaco, en passant par la Corse. À partir des années 1930, les séjours en Suisse deviennent annuels, comme en 1933 dans le Saanenland, ou en 1936 à Charmey, dans le canton de Fribourg. Au quotidien, les week-ends sont employés à des promenades dans les jardins et forêts de la région parisienne : les Tuileries, Saint-Germain-en-Laye, Armainvilliers et Fontainebleau sont des paysages récurrents parmi les négatifs conservés dans les archives familiales. Jenny Delsaux y apparaît souvent un livre à la main.

Jenny Delsaux dans le jardin des Tuileries, Paris, 1929.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

C’est vraisemblablement dans ces mêmes années que le couple acquiert une maison de campagne dans une petite commune rurale du Gâtinais, Videlles, alors en Seine-et-Oise. La bibliothécaire apprécie ce carré de verdure qui lui permet de jardiner – une occupation qu’elle affectionne particulièrement. Pour parcourir la cinquantaine de kilomètres qui sépare cette résidence de la rue Lamarck, les Delsaux empruntent leur Traction. Commercialisé par Citroën à partir de 1934, ce véhicule emblématique de la première moitié du xxe siècle est appelé à connaître un grand succès. Sans être réservé aux élites, il n’en reste pas moins, aux premiers temps de son existence, l’apanage des classes sociales aisées – auquel le ménage Delsaux appartient. Au cours de ces années, Jenny Delsaux devient d’ailleurs titulaire du permis de conduire, dont la délivrance à des usagères croit progressivement en France à partir de 1924. Les balades au bois de Boulogne en compagnie d’une amie, de sa fille et de sa nourrice sont ainsi chose commune pour la bibliothécaire de la Sorbonne. Comme le souligne Françoise Blum dans son analyse des usages féminins de l’automobile, la promenade au bois appartient alors à la geste de l’élégance parisienne[28]. Goûtant à la liberté nouvelle que la voiture offre aux femmes avant tout bourgeoises et urbaines, Jenny Delsaux se tient donc au plus près de la modernité jusque dans certains de ses passe-temps.

La Sorbonne à la croisée des chemins

À la Sorbonne, la bibliothécaire alsacienne est responsable de l’achat des livres allemands en sciences et en lettres. Dès son arrivée dans le service, elle s’attelle à la création et à la direction d’un « catalogue analytique par matières (Sciences et Lettres) et [à] l’élaboration d’un mémoire fixant et coordonnant les règles d’établissement de cet inventaire[29] ». Le produit de ce vaste chantier documentaire est détaillé en 1939 dans une publication intitulée Instructions établies pour le catalogue alphabétique de matières de la bibliothèque de la Sorbonne[30]. Particulièrement fière de ce nouveau système de classement, conçu pour faciliter la recherche des usagers, Jenny Delsaux précise que le « catalogue […] mettait immédiatement à la disposition de tous les professeurs et de tous les étudiants l’ensemble des livres et revues de la Bibliothèque (Section Sciences et Lettres) entrés depuis cette année[31] ». Ce « catalogue-matière », qui se composait de mots-clés thématiques, permettait en effet de retrouver aisément les ouvrages en lien avec la recherche des lecteurs, ce qui n’était pas le moindre des accomplissements à l’ère pré-informatique. À compter de 1929, elle entame en outre le dépouillement des sections anciennes de la bibliothèque afin de « [mettre] en valeur toutes les richesses entrées à la bibliothèque avant 1926[32] » et ainsi étendre la portée de son catalogue. Cette entreprise est accélérée en 1942 « grâce à un chantier de chômeurs intellectuels (une vingtaine d’étudiants et d’étudiantes) qui s’occupaient sous [sa] direction à mettre physiquement sur fiches matières tous les fonds anciens de la bibliothèque de la Sorbonne[33] ». Bien qu’il ne s’agisse pas d’individus spécifiquement qualifiés pour ces tâches, ce personnel de fortune est employé par Jenny Delsaux de manière à favoriser autant que possible l’avancement de ses projets à la Sorbonne – des fonctions d’encadrement qu’elle sera amenée à embrasser de nouveau et dans des conditions similaires au cours de la récupération des livres. Elle n’en est d’ailleurs pas moins virtuellement responsable d’équipe, à une époque où les postes de direction restent encore largement l’apanage des hommes.

En parallèle de ces missions, elle est « chargée chaque année de la préparation d’une quinzaine de stagiaires au Diplôme technique de bibliothécaires, pour la rédaction des fiches et la biblioéconomie, avec cours complémentaire d’allemand particulièrement de terminologie scientifique et technique[34] ».

Le personnel de la bibliothèque de la Sorbonne vers 1933.
Debout, de gauche à droite : Jean Bonnerot (1882-1964), Mlle Vidal, Thérèse Marix-Spire (1898-1987), Raymond Beaupin (1894-1964), Gabriel Garnier (1899 ?-1993), Germaine Lebel (1906-1992), Jenny Delsaux, Ketty van Gennep (1873-1957).
Au premier rang : Louise-Noëlle Malclès (1899-1977), Jeanne Piquard, Charles Beaulieux (1872-1957).
 
Bibliothèque numérique de la Sorbonne.
URL (consulté le 18 novembre 2022) : https://nubis-test.univ-paris1.fr/ark:/15733/46dc

De fait, la Sorbonne constitue un lieu vivant de rencontre entre professionnels des bibliothèques, chercheurs et érudits. Le réseau relationnel hétéroclite que Jenny Delsaux tisse durant les années passées au sein de sa salle de lecture illustre l’atmosphère de vivacité intellectuelle dans laquelle elle évolue. Parmi ses collègues, tout d’abord, se trouvent des figures tutélaires, à l’image de l’historien hispaniste Louis Barrau-Dihigo[35] (1876-1931), nommé à la bibliothèque de la Sorbonne la même année qu’elle, ou son successeur, le lexicologue Charles Beaulieux. Nombreuses sont également ses homologues féminines, telle Paule Salvan (1901-1997), alors chargée de la refonte du catalogue « méthodique[36] », la musicologue et historienne de la littérature Thérèse Marix-Spire (1898-1987), Ketty van Gennep (1903-1969), fille de l’ethnologue Arnold von Gennep (1873-1957), la chartiste Germaine Lebel (1906-1992) ou encore la spécialiste de la bibliographie Louise-Noëlle Malclès (1899-1977). Générationnellement proches, les bibliothécaires entretiennent des relations amicales soudées et il n’est pas rare que certaines soient invitées rue Lamarck. Nommée à la Sorbonne en 1928, Louise-Noëlle Malclès, dite Noëlle, fut l’une d’elles. Cette élève de Louis Barrau-Dihigo avait, dès la rentrée universitaire 1932-1933, ouvert une salle de bibliographie à la Sorbonne – l’une des premières dans les bibliothèques françaises[37]. Elle dispense également, tout comme Jenny Delsaux, un enseignement bénévole aux candidats à l’examen pour le Diplôme technique de bibliothécaire. Leurs initiatives respectives visant à faciliter le quotidien des utilisateurs au sein des collections publiques aura probablement contribué à rapprocher les deux femmes, qui s’apprécient et entretiendront une amitié suivie jusqu’après la fin de leur carrière.

La bibliothèque est fréquentée par des lecteurs d’horizons intellectuels variés, avec lesquels le personnel de la Sorbonne est amené à travailler. C’est notamment le cas de Suzanne Lavaud (1903-1996), qui fut la première femme sourde et muette à obtenir le doctorat en 1932, à l’âge de 28 ans[38]. Née dans une famille d’universitaires parisiens, cette dernière avait préparé une thèse en littérature dans l’attente d’être rattachée à une bibliothèque d’État. Elle rencontre probablement Jenny Delsaux et Noëlle Malclès, avec qui elle noue des liens amicaux, au cours de ses séances de travail rue de la Sorbonne. Les archives familiales des Delsaux montrent des instants partagés, probablement chez Suzanne Lavaud, après sa réception comme docteur.

Louise-Noëlle Malclès, Suzanne Lavaud et Jenny Delsaux, 1933.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

Lecteur de norvégien à la Sorbonne entre 1927 et 1930, l’historien de la littérature et philologue norvégien Gunnar Høst[39] (1900-1983) devient lui aussi un ami proche de Jenny et Jean Delsaux au cours de ses recherches en bibliothèque. Les photographies prises par ce dernier donnent à voir les activités extra-professionnelles – randonnées dans la nature, promenades en kayak, lectures et discussions – que partagent Gunnar Høst et son épouse, Else, avec les Delsaux. Les deux familles restent liées toute leur vie, se retrouvant ponctuellement à la faveur d’un voyage en France ou en Norvège.

Gunnar Høst et Jenny Delsaux dans l’appartement parisien du 15 rue Daubenton, 1948.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

Renouant avec sa vocation première, Jenny Delsaux trouve par ailleurs un interlocuteur privilégié en la personne du musicologue ukrainien Vladimir Federov[40] (1901-1979) qui, après des études musicales approfondies et un diplôme d’histoire de l’art, obtient le Diplôme technique de bibliothécaire en 1933. Il intègre comme auxiliaire la bibliothèque de l’Université de Paris, où il prend une part intégrante à la création du Catalogue collectif des périodiques. C’est sans doute dans ces circonstances qu’il fait la connaissance de Jenny Delsaux, avec qui il partage, outre une excellente connaissance de l’allemand et des méthodes de catalogage, un intérêt certain pour la musique de chambre et les œuvres pour piano. Jenny Delsaux lui gardera une amitié fidèle, même après son départ à la Bibliothèque nationale, au Département de la musique, en 1947. Il est enfin possible que la rencontre de Jenny Delsaux avec Vladimir Jankélévitch (1903-1985), philosophe et musicologue de renom, ait lieu dès avant-guerre au sein de la bibliothèque de la Sorbonne dans des conditions similaires[41].

Scandé par l’avancement successif des échelons de son emploi, l’entre-deux-guerres s’écoule sans heurts à la bibliothèque de la Sorbonne, où les compétences et les initiatives ambitieuses de Jenny Delsaux lui valent le respect de ses collègues. En vertu de son statut de fonctionnaire des universités et en reconnaissance de son engagement professionnel, elle est faite officier de l’Instruction publique le 14 juillet 1936[42]. Institué en 1808 afin d’honorer les membres de l’Université, ce titre – l’un des trois qui composent les palmes académiques – récompense les services rendus à l’enseignement[43]. Parce que décernée par le ministre de l’Instruction publique sur proposition des recteurs, cette distinction honorifique a probablement pour origine l’esprit d’initiative et le « zèle » de Jenny Delsaux si régulièrement soulignés par ses supérieurs hiérarchiques. Elle consacre la bibliothécaire alsacienne parmi les agents de l’université « les plus recommandables par leurs talents et services[44] ».

Les bibliothèques à l’heure allemande

Le 27 juin 1939, après treize années passées rue de la Sorbonne, Jenny Delsaux postule la fonction de bibliothécaire en chef au Conservatoire des Arts et Métiers. La candidature qu’elle envoie au ministre de l’Éducation nationale à cette fin donne un aperçu du parcours déjà accompli par la bibliothécaire. La chaude recommandation de son supérieur hiérarchique, qui loue le « bon sens et [le] zèle admirable [avec lequel elle dirige] notre catalogue analytique[45] », ne suffit cependant pas à lui faire obtenir le poste. Jenny Delsaux restera donc à la bibliothèque de la Sorbonne durant tout le conflit.

L’entrée de la France en guerre vient bousculer un quotidien fait de livres et d’amitiés professionnelles. En 1939, Jenny Delsaux et sa fille, alors âgée de 8 ans, quittent Paris pour Chambon-sur-Lignon, une petite commune des monts du Vivarais passée à la postérité pour les activités de résistance de ses habitants. Elles y restent jusqu’à la démobilisation de Jean Delsaux, qui survient quelques mois plus tard, avant de revenir à Paris, où elles passent le reste de la guerre. Malgré des déplacements rendus plus complexes par la présence de l’occupant, la famille continue à se rendre les week-ends dans sa résidence de Videlles, où Jean Delsaux produit clandestinement de faux-papiers[46], sans que ne soit toutefois établie formellement son appartenance à un réseau de résistance. Hostiles au nazisme, les Delsaux s’efforcent d’aider les connaissances juives de leur entourage visées par les mesures antisémites. Parmi elles, l’historien d’art et collectionneur Kurt O. Baer (1898-1976), né à Strasbourg, que la bibliothécaire a probablement rencontré en Alsace dans sa jeunesse. Avant de fuir aux États-Unis en 1940, Kurt et son épouse, la musicologue Kathi Meyer (1892-1977), confient leur collection, composée d’objets d’art, meubles, tapis, dessins et gravures de valeur[47], aux Delsaux. Ces dernier la cachent pendant toute la durée de la guerre dans une maison qu’ils louent à Videlles, jusqu’à ce que les Baer puissent la faire venir à New Rochelle, vers 1945-1946. En gage de reconnaissance, Curtis Baer, qui a anglicisé son nom au moment de son émigration, offre à ses amis une gravure de Picasso. Les Baer et les Delsaux continueront à se fréquenter après le conflit, lors des séjours parisiens réguliers de Curtis Baer.

Kurt Otto Baer (1898-1976) à New Rochelle (New York) en 1974.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

La guerre trace également son tragique sillon au sein de la sphère professionnelle de Jenny Delsaux, profondément marquée par le traitement que l’administration vichyste réserve à ses collègues juives. Jacqueline Weill-Dreyfus (1908-1943), aux côtés de qui elle travaille à la Sorbonne depuis au moins 1936, est arrêtée et déportée à Auschwitz par le convoi n° 47, qui quitte de Drancy le 11 février 1943. Elle n’en reviendra pas. Marguerite Bloch-Dreyfus (1901-1966), dite Marguerite Drevet[48], qui était entrée à la bibliothèque de la Sorbonne d’abord en tant que stagiaire en 1924, puis en 1937 après un bref passage à l’Université de Lille, est quant à elle mise à la retraite d’office en décembre 1940, alors qu’elle s’est réfugiée en zone libre avec son mari[49]. En 1945, elle est réintégrée dans ses fonctions au poste qu’elle occupait à la Sorbonne. À compter de cette date, elle travaille à continuer le catalogue analytique créé par Jenny Delsaux avant la guerre. Ensemble, elles publieront d’ailleurs en 1957 une brochure intitulée Suggestions pratiques pour la rédaction du catalogue alphabétique de matières, destinée aux professionnels des bibliothèques.

Si elle n’est pas personnellement touchée par les mesures d’exclusion raciale, la bibliothécaire n’en demeure pas moins un témoin direct des conséquences de la guerre, jusque dans le cercle relativement privilégié de ses collègues et amis. À cet égard, il faut noter que son dossier de carrière passe sous silence ces bouleversements : hormis son avancement à la 1re classe de son emploi survenu le 1er janvier 1942, les archives professionnelles relatives à Jenny Delsaux sont en effet inexistantes pour toute la durée du conflit. Les injustices qu’elle observe dans son entourage permettent toutefois de mettre en lumière ce qui motivera probablement son engagement à la Libération, à l’heure de la reconstruction.

Reconstruire et récupérer les bibliothèques françaises

Passé le soulagement de la Libération, la fin de la guerre confronte les agents de certaines bibliothèques françaises à une tâche immense : reconstruire des bâtiments détruits par les bombardements et plus encore, reconstituer des collections parfois entièrement disparues avec les bombes incendiaires. Madeleine Dupasquier (1906-1988), bibliothécaire à l’Université de Caen depuis 1940, est de celles à qui cette écrasante responsabilité incombe, car bâtiments et livres de la bibliothèque ont été gravement sinistrés en juillet 1944. Une reconstruction pratiquement ex-nihilo s’impose. Pour ce faire, « il a fallu qu’elle possédât des qualités vraiment exceptionnelles pour venir à bout des difficultés qui l’étaient tout autant. Elle sut faire preuve d’un sens de l’organisation tout à fait remarquable, réussissant à tirer le meilleur parti de ressources extrêmement précaires, et, plus tard à gérer des fonds considérables. C’était une personne de caractère qui savait imposer ses idées à ceux qui ne les partageaient pas de prime abord. Et cela, sans éclat, par une persuasion tenace[50] ». Cette force de caractère face à l’adversité n’est pas sans rappeler celle de Jenny Delsaux, qui est elle aussi appelée à participer à la reconstruction des bibliothèques – suivant une voie un peu différente. Il n’est donc pas surprenant que les deux femmes, qui partagent des missions de nature similaire à l’issue du conflit, se lient d’amitié dans ces temps difficiles. Si les circonstances de leur rencontre ne nous sont pas connues, il est probable que Jenny Delsaux ait fait partie de l’équipe de volontaires de la bibliothèque de la Sorbonne, qui apporte alors son concours à la constitution d’une nouvelle collection en centralisant les dons de livres faits par des bibliothèques françaises et étrangères à destination de Caen[51].

Jenny Delsaux en 1946.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

La Libération ouvre la voie à une nouvelle ère professionnelle pour Jenny Delsaux, étroitement liée aux spoliations et aux pillages de livres survenus durant le conflit. Le 1er juin 1945, elle est en effet détachée de la bibliothèque de la Sorbonne en qualité de déléguée de la Sous-commission des livres[52] où elle doit organiser, sous la direction de l’historien et archiviste Camille Bloch (1865-1949), le service de récupération des livres volés par les Allemands en France durant l’Occupation dont André Masson (1900-1986), inspecteur général des bibliothèques, est à l’origine. Son détachement avait été sollicité dès le 18 mai par Marcel Bouteron (1877-1962), bibliothécaire, historien de la littérature et membre de l’Institut. Ce dernier détaille les tâches qui attendent les futurs agents de la Sous-commission des livres : « Il faut inventorier les dépôts que l’on découvrira [en Allemagne], organiser et guider des missions en Allemagne, contrôler les réclamations des victimes de spoliation, défendre les droits éventuels de nos bibliothèques – ce qui exige beaucoup d’activité et de dévouement, joints à une profonde connaissance de la langue et de l’âme allemande. Pour mettre en marche ce service, […] Madame Delsaux, […] réunit toutes les qualités requises[53] ». Pris sur les crédits de la Commission de récupération artistique, de laquelle dépend la Sous-commission des livres, son traitement pour cette mission est celui de conservateur en chef, « grade auquel elle aurait déjà dû parvenir, et pour lequel elle sera proposée en première ligne à la première vacance d’emploi dans les cadres réguliers[54] ». Jenny Delsaux occupe ainsi ce poste de juin 1945 à fin 1950, à la tête d’une équipe composée de trois autres bibliothécaires et archivistes-paléographes, trois dactylographes, quatre magasiniers ainsi qu’une vingtaine de trieurs et trieuses. Tous ne sont cependant pas préparés à ce travail et André Masson souligne à cet égard que ces « auxiliaires, retraités ou débutants, avaient en commun une égale bonne volonté et une égale incompétence. Un peu comme un officier aux prises avec les recrues du contingent, Mme Delsaux dut former un personnel d’encadrement et surtout animer par l’exemple ces bibliothécaires de fortune, dont quelques-uns devaient entrer plus tard dans nos cadres[55] ».

Dans les premiers mois d’activité, il s’agit de s’occuper des 300 000 volumes que les Allemands ont abandonnés dans les bureaux des Domaines, au 104 rue de Richelieu. À ce chiffre édifiant il faut encore ajouter 1,6 million de livres retrouvés en France (sur les 3 millions présumés d’ouvrages volés) ainsi que 2 autres millions d’éléments divers revenus d’Allemagne. Autant de livres qui doivent être triés – les manuscrits précieux étant mélangés avec des ouvrages courants –, identifier et rendre aux spoliés. À la différence des restitutions d’objets d’art, celles des livres comportent une part de hasard : la majorité des ouvrages est dépourvue d’ex-libris ou de marques de provenance permettant d’identifier une quelconque appartenance. De ce fait, la restitution prend bien souvent la forme d’une réparation, au cours de laquelle les victimes récupèrent un exemplaire comparable à celui dont elles ont été privées[56]. Jenny Delsaux prend d’ailleurs part à la rédaction du Répertoire des biens spoliés, publié en 1947 pour recenser les pertes artistiques et patrimoniales survenues durant l’Occupation.

Malgré ses effectifs réduits et l’ampleur du travail à accomplir sur le seul territoire français, la Sous-commission des livres envoie certains de ses experts outre-Rhin. André Masson, Jenny Delsaux, l’archiviste Philippe Gangnat (1903-1996) ou encore Jean Prinet (1912-1991), bibliothécaire au Cabinet des Estampes, prospectent tour à tour dans les différentes zones d’occupation militaire. Leurs missions permettent de rapatrier une masse pléthorique et confuse de documents éparpillés entre l’Allemagne, l’Autriche et la Tchécoslovaquie.

Forte de sa maîtrise de l’alémanique, acquise par le biais de sa famille paternelle, Jenny Delsaux effectue également des missions de terrain en solitaire, comme en mars 1950, où elle se rend sur la demande d’André Masson dans la région bavaroise, alors contrôlée par les autorités américaines. Afin de pouvoir inspecter les vingt-six dépôts de livres susceptibles de contenir des biens d’origine française, elle se munit d’un épais dossier contenant la liste alphabétique des spoliés ainsi que les informations indispensables à l’identification des ouvrages. Pour mener à bien sa mission, il lui faut dresser un programme précis, d’autant que l’inspection est rendue complexe par la dispersion géographique des dépôts et les quelques 1 000 kilomètres à parcourir en 25 jours. Les collections de la bibliothèque d’État de Bavière, partiellement déposées dans le presbytère de l’église d’Altkirchen, aux confins de la Thuringe, sont ainsi entassées « dans deux pièces remplies […] en vrac, jusqu’au plafond. […] Dans une des pièces, les volumes nous tombent sur la tête quand la porte s’ouvre[57] », rapporte-t-elle à ses supérieurs. Quand il ne s’agit pas d’un amoncèlement désordonné de livres, ce sont des caisses de 200 kilos qui occupent l’espace. Leur empilage rend l’identification presque impossible et tous, du gardien du dépôt au chauffeur, aident à leur déplacement. Les lieux mêmes où sont conservés les volumes rendent la tâche particulièrement éprouvante, ainsi qu’elle en témoigne : « j’ai visité par une journée de froid intense, après avoir parcouru les rues couvertes d’une épaisse couche de neige, la première partie des magasins [d’un dépôt munichois] ressemblant plutôt à une glacière qu’à un magasin de livres[58] ». Ce travail titanesque, conduit en dépit d’une insuffisance criante de moyens humains, financiers et matériels, se solde malgré tout par des résultats remarquables : au moment de sa dissolution, la Sous-commission des livres a traité pas moins de 1 033 100 livres, dont 773 100 revenus d’Allemagne. 283 214 ouvrages ont été restitués aux particuliers tandis que 104 755 leur sont attribués en réparation des exemplaires disparus. Les bibliothèques publiques ou associatives se voient quant à elles restituer 58 947 volumes et attribuer 121 605 autres. Les ouvrages restés en déshérence, au nombre de 300 000, sont aliénés par l’administration des Domaines[59].

Parallèlement à ces prenantes missions à Paris et outre-Rhin, l’arrêté du 27 février 1946 délègue Jenny Delsaux à compter du 1er octobre dans les fonctions de bibliothécaire en chef à la Bibliothèque de documentation contemporaine[60] en remplacement de M. Brechemin, admis à la retraite. Elle est installée dans ces mêmes fonctions à compter du 1er avril de la même année[61] et nommée par arrêté du 30 septembre[62], notamment grâce à l’avis favorable émis par Julien Cain (1887-1974), administrateur général de la Bibliothèque nationale, au sujet de sa candidature, soutenue par ailleurs par le recteur de l’académie de Paris. Il souligne, reprenant les arguments exposés par le conservateur Jean Bonnerot[63], que Jenny Delsaux pourra « assurer la continuité de la mise au point du catalogage analytique et reprendre la documentation allemande négligée depuis un certain temps par suite des circonstances[64] », ce que ses connaissances en langue et philologie allemande rendent possible.

La plus insigne des décorations

Le nom de Jenny Delsaux circule dans les hautes sphères de l’administration des bibliothèques avant même la fin de son action au sein de la Sous-commission des livres. De sorte que lorsqu’elle est proposée en 1949 par Julien Cain pour recevoir la croix de la Légion d’honneur, son dossier est immédiatement transmis et défendu par le ministère de l’Éducation nationale, alors ministère de tutelle des bibliothèques. Julien Cain connaît bien celle dont il soutient la candidature. Révoqué par le régime de Vichy puis arrêté en 1941, emprisonné successivement à la prison de la Santé, au fort de Romainville et au camp de Royallieu, cet agrégé d’histoire a été déporté au camp de Buchenwald en 1944. Peu après son retour de déportation l’année suivante, il est rétabli dans son poste d’administrateur général de la Bibliothèque nationale, fonction qu’il occupait depuis 1930. Également premier directeur des bibliothèques et de la lecture publique dès avril 1946, il œuvre à la reconstitution des bibliothèques publiques et privées spoliées pendant l’Occupation par les forces allemandes et sait le rôle joué par Jenny Delsaux dans cette lourde mission.

Façade du dossier, 1949.
Dossier de Légion d’Honneur de Jenny Delsaux.

Pour entrer dans le premier ordre national, il ne suffit pas d’être ou d’avoir été un bon fonctionnaire, d’avoir accompli son devoir d’État en travaillant avec ardeur dans d’importantes bibliothèques universitaires comme celles décrites dans le dossier conservé par la grande chancellerie de la Légion d’honneur rue de Solférino : trois années à Lille, quatorze à l’université de Paris (Sorbonne) et des instructions méthodologiques pour cataloguer la bibliothèque de la Sorbonne par matières. Le mémoire de proposition doit présenter des mérites exceptionnels ; c’est la dernière partie intitulée « détail sur les services extraordinaires rendus par le candidat ». La nomination au premier grade de l’Ordre est justifiée par ce critère, complété par une durée minimale de vingt ans de services publics ou d’activités professionnelles. À partir de 1962, le code de la Légion d’honneur, qui remplace une centaine de lois, décrets, circulaires publiés depuis sa création en 1802, dispose dans son premier article que cette décoration est la plus élevée des distinctions nationales et qu’elle « récompense des mérites éminents acquis au service de la nation soit à titre civil, soit sous les armes ». L’accent est donc mis dans son dossier sur le service de récupération des livres spoliés. En quelques mots, Julien Cain rappelle les faibles moyens en personnel et en matériel accordés à la Sous-commission, les « intérêts divergents » à ménager, le nombre de livres restitués à leurs propriétaires et ceux attribués en remplacement des collections perdues. Il ajoute à propos de l’intéressée qu’« elle a manifesté dans ses fonctions beaucoup de dévouement, de tact et d’intelligence. […] C’est grâce à son travail acharné qu’un nombre relativement important d’ouvrages ont pu être identifiés et restitués à leurs propriétaires, tandis que d’autres étaient attribués à titre d’instruments de travail, à ceux qui avaient perdu, avec leur bibliothèque, les moyens d’exercer leur profession. Tous ceux qui l’ont vue à l’œuvre ne peuvent que rendre hommage à ses éminentes qualités ».

4e page du mémoire de proposition signé par Julien Caïn, 1949.
Dossier de Légion d’Honneur de Jenny Delsaux.

Jenny Delsaux organise la cérémonie de réception de la croix peu de temps après la parution au Journal officiel, le 8 février 1950, du décret du 4 février. Mais avant cela, le protocole impose plusieurs étapes préparatoires. Le 30 mars, elle verse 300 francs de droits de chancellerie et en adresse le récépissé rue de Solférino, au bureau de gestion de la Grande chancellerie. Elle y joint la lettre datée du 14 avril par laquelle elle désigne André Masson comme délégué chargé de lui remettre la croix de chevalier. Le « procès-verbal de réception d’un chevalier de la Légion d’honneur » est signé le 26 avril, date supposée de la cérémonie. Le formulaire a été corrigé pour être mis au féminin « nous adressant à lui elle, nous avons prononcé la formule de réception suivante : au nom du président de la République française et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons CHEVALIER de la Légion d’honneur ». C’est ce que l’on appelle la « prise de rang », grâce à laquelle la personne nommée fait partie de l’Ordre. Pour y appartenir, il faut en effet être accueilli par un membre d’un grade supérieur ou égal : André Masson, inspecteur général des bibliothèques depuis la Libération, avait lui-même été nommé chevalier le 14 mars 1947. Il est promu officier en septembre 1953 puis, plus tard, commandeur dans l’ordre national du Mérite institué par le général de Gaulle en 1963. Au sein de la Commission de récupération artistique créée en novembre 1944 pour mettre en œuvre les restitutions de biens culturels spoliés, il est à l’origine avec Camille Bloch de la Sous-commission des livres, qu’il préside peu avant sa fermeture en 1950, au moment où Jenny Delsaux la quitte pour rejoindre la bibliothèque de Documentation internationale contemporaine (BDIC) à temps complet.


Procès-verbal de remise de la décoration signé par le la récipiendaire et le délégué du président de la République (grand maître de l’Ordre) André Masson 1949.
Dossier de Légion d’Honneur de Jenny Delsaux.

Cette femme aux mérites éminents et reconnus est-elle une exception parmi les promotions de décorés de la Légion d’honneur ? Les conservateurs du musée créé en 1925 par la Grande chancellerie, face à l’actuel musée d’Orsay, ont établi en novembre 2021, à l’occasion d’une journée d’études sur les femmes et la Légion d’honneur[65], des statistiques de leur présence dans l’Ordre à partir des dossiers recensés par les Archives nationales dans la base Léonore et des archives conservées par cette institution. De cette étude, il ressort que, à l’aube du second conflit mondial, près de 1 800 femmes ont été décorées de la plus haute distinction nationale depuis la création de l’Ordre en 1802. Leur nombre augmente nettement à proportion de l’ensemble des légionnaires au moment de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, entre 1940 et 1962, près de 4 800 femmes ont été décorées et, en 1962, à l’aube de la réforme des ordres nationaux et de la refonte du code par le général de Gaulle, on compte environ 6 600 femmes membres de la Légion d’honneur à travers l’histoire sur plusieurs centaines de milliers de légionnaires[66]. Mais l’évaluation fine de ces contingents est complexe et nécessite de croiser des sources provenant de dossiers et ensembles de fiches papier et numériques dispersés, conservées dans de médiocres conditions. Au reste, qu’il s’agisse des ordres ou des corps professionnels, la trajectoire de Jenny Delsaux semble là encore se poser en exemple révélateur de la féminisation au cours du XXe siècle des cercles jusqu’alors exclusivement masculins.

Pour disposer d’archives centralisées sur un seul site, inventoriées, indexées et numérisées, la Grande chancellerie de la Légion d’honneur a initié un projet ambitieux pour ses archives et doté l’institution d’un conservateur du patrimoine. Ce projet appelé Mémoire de l’honneur consiste à aménager un bâtiment existant, situé dans la maison d’éducation de Saint-Denis, respectant les normes de conservation des archives, et à le mettre à la disposition du public grâce à une solution informatique. Les deux volets, architectural et archivistique, se développent en parallèle depuis 2019 et le coût en est estimé à 8,6 millions d’euros dont 5,6 millions consacré au le seul réaménagement du bâtiment, entièrement financé par le mécénat[67] !

Une femme de son temps

Devenue conservateur des bibliothèques en 1952, Jenny Delsaux poursuit sa carrière à la Bibliothèque de documentation contemporaine (BDIC), alors installée au Pavillon de la Reine, à Vincennes – où travaille également la cheffe de section Thérèse Muller, apparentée à Jean Delsaux. Cette période professionnelle, moins mouvementée que la précédente, se caractérise par une relative linéarité jusqu’à son départ en retraite. À la même époque, avant 1949 tout du moins, les Delsaux quittent la rue Lamarck pour aller habiter au 15 rue Daubenton. Situé Rive gauche, leur nouvel appartement est implanté dans le quartier vivant et populaire[68] des tanneries – leur immeuble est d’ailleurs tout proche de la halle aux cuirs, qui exhale alors ses vapeurs méphitiques autour de la rue Censier. Les photographies de famille montrent un intérieur décoré de pièces modernes ou contemporaines, où les œuvres de maîtres côtoient les productions sérielles ou artisanales : une lithographie de Marie Laurencin voisine avec une estampe d’Utagawa Kuniyoshi, des céramiques de Dieulefit avec des assiettes et des vases signés Fernand Léger, Georges Rouault, Jean Picart Le Doux ou encore Jean Lurçat. Les tapisseries et tapis, dont Jean Delsaux est particulièrement féru, y sont également bien représentés : un Coq de Jean Lurçat, est accroché en bonne place au milieu du salon. Dès leur mariage, les Delsaux s’intéressent en effet à l’art de leur temps et acquièrent des pièces anciennes ou contemporaines. En 1932 déjà, le couple avait fait l’acquisition par l’intermédiaire de Louise-Noëlle Malclès d’une œuvre de jeunesse de Jean-Denis Malclès (1912-2002), appelé à devenir décorateur et affichiste de renom, connu pour ses créations théâtrales et cinématographiques aux côtés de Jean Cocteau, Marcel Aymé, Jean Anouilh, Henri-Georges Clouzot ou encore Marcel Carné.

Louise-Noëlle Malclès et Jenny Delsaux posent à côté de l’œuvre de Jean-Denis Malclès
acquise par les Delsaux, Paris, 1933.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

En miroir de cette sensibilité pour l’art contemporain, Jenny Delsaux nourrit un intérêt suivi pour la pensée de son temps : le courant structuraliste qui se développe dans les années 1960 retient particulièrement son attention, de même que la philosophie sartrienne. Elle est à ce titre une lectrice fidèle de la revue Esprit, dont Hannah Arendt, Maurice Merleau-Ponty et Paul Ricoeur sont d’éminents contributeurs, et de la Nouvelle Revue Française (NRF), qui reparaît débarrassée de ses oripeaux collaborationnistes à partir de 1953. Tout comme son conjoint, délégué du personnel CGT chez Alsthom, Jenny Delsaux est indéniablement une intellectuelle politiquement orientée à gauche, attentive aux débats littéraires, philosophiques et sociaux de son époque.

Jenny et Jean Delsaux dans leur appartement parisien du 15 rue Daubenton, mars 1975.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

Après avoir vendu leur propriété de Videlles, Jenny et Jean Delsaux font l’acquisition en 1951 d’une maison de campagne dans le petit village médiéval de Balazuc, situé dans l’un des méandres de l’Ardèche. Ils s’installent dans l’ancienne cure de l’église romane Sainte-Marie-Madeleine, qui surplombe la rivière du haut d’un éperon rocheux. C’est entre ces murs de pierre blanche que la conservatrice met en ordre les souvenirs de ses missions en Allemagne, après avoir été admise à faire valoir ses droits à la retraite en 1961, à 65 ans. Les raisons pour lesquelles elle entreprend la rédaction de cet opuscule intitulé La Sous-commission des livres à la Récupération artistique, 1944-1950, auto-édité en 1976 – soit près de trente ans après les évènements –, n’apparaissent pas précisément. L’origine de ces mémoires tardifs est peut-être à rechercher dans le fort sentiment d’inachevé qu’elle ressent au sujet de la récupération des livres, clôturée prématurément dans les années 1950-1952. Elle s’en ouvre à ses proches à la fin de sa vie et le déplore en filigrane dans son ouvrage : « tous les ans, il fallait se battre pour “durer” et obtenir les crédits indispensables au fonctionnement[69] [de la Sous-commission des livres] ». Ce constat est également partagé par ses collègues de la Commission de récupération artistique, en particulier par Rose Valland[70] (1898-1980), qui poursuivit son action pour les œuvres d’art bien après la fin des opérations. Tiré à un très petit nombre d’exemplaires, l’ouvrage s’ouvre d’ailleurs avec une remarque qui donne des éléments de compréhension sur cette parution tardive : « Si nos supérieurs de la Direction des bibliothèques de France nous avaient donné l’autorisation de rédiger cet article et de le publier immédiatement après la fin du service, tous nos souvenirs auraient été plus nets dans notre mémoire et dans maints détails plus précis. Mais en haut lieu, on avait peur que les spoliés, dont beaucoup n’avaient pas retrouvé leur bien, ou n’avaient pas pu pour certaines raisons bénéficier d’une attribution, fassent de nouvelles réclamations[71] ». Cette crainte est en effet partagée en haut lieu, parmi les responsables politiques et les hauts fonctionnaires de la Culture ayant initié et pris part à la récupération du patrimoine français après la guerre. Par conséquent, nombreux sont les agents qui, sous la pression de leurs supérieurs ou collègues, renoncent à entreprendre l’écriture de leurs mémoires au sujet de la récupération artistique[72].

Paradoxalement, lorsque Jenny Delsaux décède à Paris l’année suivante, le 23 avril 1977, à l’âge de 80 ans, la nécrologie[73] que lui consacre son collègue André Masson souligne presque exclusivement le rôle de premier ordre qu’elle tint dans le vaste chantier de récupération des livres. Mis en regard de cette mission d’ampleur, les accomplissements de sa carrière, émaillée de chantiers documentaires ambitieux et d’innovations importantes pour l’accessibilité des bibliothèques, apparaissent sans doute secondaires et sont passés sous silence. Le système de catalogage auquel elle avait consacré plus d’une décennie avant le conflit faisait pourtant partie de ses plus grandes fiertés professionnelles. À l’heure où l’histoire des bibliothèques est repensée par le prisme des études de genre, qui font la part belle aux protagonistes féminines reléguées à la marge des recherches, la trajectoire souvent aux avant-postes de Jenny Delsaux n’est pas la moins éclairante de toutes.

Jenny Delsaux à Mortefontaine (Oise) en 1959.
Fonds Jean Delsaux © Marc Venet

Sources

Archives nationales, AJ/16/5955.

Archives nationales, F/17/27827.

Archives du ministère des Affaires étrangères, archives des services de la récupération artistique, 209SUP/526

Bibliothèque universitaire de Strasbourg, AL/50/16.

Archives de la famille Delsaux.

Notes


[1] De récents travaux tendent néanmoins à redonner à Jenny Delsaux toute sa place au sein de celle-ci. Citons à cet égard le récent article d’Isabelle Diry-Löns écrit en collaboration avec Jean-Claude Baillat et Amélia Laurenceau (« Focus / Delsaux (1896-1977). De l’indexation matière au règlement des spoliations nazies », dans Laurence Bobis, Boris Noguès (éd.), La bibliothèque de la Sorbonne. 250 ans d’histoire au cœur de l’université, Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire de la France aux XIXe et XXe siècles », 2022, 440 p.) et la fiche Wikipédia de Jenny Delsaux, créée avec celles d’autres acteurs importants de la période dans le cadre de la préparation de l’exposition Face au nazisme, le cas alsacien, présentée à la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg du 15 septembre 2022 au 15 janvier 2023 [en ligne]. URL (consulté le 6 décembre 2022) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jenny_Delsaux

[2] Nous remercions à ce titre M. Marc Venet, qui a bien voulu nous ouvrir ses archives familiales et partager les souvenirs de ses grands-parents.

[3] Ou Anna, selon son dossier de pension de retraite (s.d.n.l., probablement 1961) et selon son certificat de naissance, conservés aux Archives nationales, F/17/27827.

[4] Également orthographié Förster.

[5] Niederhagenthal en alsacien.

[6] Les archives consultées retiennent la graphie Weissenbourg.

[7] CV manuscrit de Jenny Delsaux, s.d.n.l. Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg, AL/50/16.

[8] Note manuscrite de Jenny Delsaux, Paris, 24 mai 1921. Archives nationales, F/17/27827.

[9] Surnom usuel de Friedrich (Frédéric).

[10] Voir Sandrine Kott, « Éléments pour une histoire sociale et culturelle de la religion en Allemagne au XIXe siècle », dans Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. n48-4bis, n° 5, 2001, pp. 92-111 [en ligne]. URL (consulté le 3 décembre 2022) : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2001-5-page-92.htm

[11] Née au XIXe siècle, cette expression désignait les grandes familles protestantes qui tenaient leur influence de leur statut social et de leur fortune ainsi que de leur importance au sein du patronat et du monde des affaires. L’Alsace en particulier comptait alors de nombreux protestants au rang de ses grands industriels, à l’image des familles Dollfus, Schlumberger, Kœchlin et Peugeot. Cette dénomination pouvait également désigner les membres de la notabilité locale tels que les politiciens, banquiers, professeurs, médecins, pasteurs, etc. Pour une analyse du sujet, voir François Boulet, « Être parisien et protestant aux XIXe et XXe siècles », dans Être Parisien, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2004 [en ligne]. URL (consulté le 4 décembre 2022) : http://books.openedition.org/psorbonne/1443

[12] Élodie Bonavent, Être une femme bibliothécaire : analyse du regard de la littérature professionnelle (début XXe siècle-années 1970), mémoire de master 2, dir. Véronique Sarrazin, Université d’Angers, 2018, p. 5 [en ligne]. URL (consulté le 15 novembre 2022) : https://dune.univ-angers.fr/fichiers/14000107/2018HMSIB9305/fichier/9305F.pdf

Voir également Lili Willefert, La féminisation des professions de la documentation et du patrimoine. Les femmes archivistes (1906-1990), mémoire de master 1, dir. Bénédicte Grailles, Université d’Angers, 2013 [en ligne]. URL (consulté le 16 novembre 2022) : https://dune.univ-angers.fr/fichiers/20125371/20132MHD2107/fichier/2107F.pdf

[13] Voir Frauke Mahrt-Thomsen, Bona Peiser: die erste deutsche Bibliothekarin, Berlin, BibSpider, 2013, et Dagmar Jank, Informationsmittel für Frauen 1894-1942: Bibliographien, Nachschlagewerke, Bibliothekskataloge, Auswahlverzeichnisse, Berlin, BibSpider, 2012.

[14] Voir Natalia Tikhonov Sigrist, « Les femmes et l’université en France, 1860-1914 », dans Histoire de l’éducation, vol. 122, 2009, mis en ligne le 1er janvier 2014. URL (consulté le 17 novembre 2022) : http://journals.openedition.org/histoire-education/1940 et Roland Pfefferkorn, « L’entrée des femmes dans les universités européennes : France, Suisse et Allemagne », dans Raison présente, vol. 201, n° 1, 2017, pp. 117-127 [en ligne]. URL (consulté le 17 novembre 2022) : https://www.cairn.info/revue-raison-presente-2017-1-page-117.htm

[15] Ce phénomène sociétal est observable à l’échelle de la bibliothèque de la Sorbonne, ainsi que le montrent les photographies du personnel scientifique entre 1905 et 1936 accessibles en ligne sur la Bibliothèque Numérique de la Sorbonne [consultées le 4 décembre 2022]. Photographie de 1905 : https://nubis-test.univ-paris1.fr/ark:/15733/464w ; photographie de 1921 : https://nubis-test.univ-paris1.fr/ark:/15733/46c2 ; photographie de 1936 : https://nubis-test.univ-paris1.fr/ark:/15733/46dc.

[16] Voir Élodie Bonavent, op. cit.

[17] Note en allemand non signée, Strasbourg, mars 1912 (traduction des autrices). Archives nationales, F/17/27827.

[18] Note en allemand signée par Oscar Meyer, bibliothécaire en chef honoraire, Strasbourg, 3 avril 1913 (traduction des autrices). Archives nationales, F/17/27827.

[19] Note en allemand signée Dr W. Teichmann, Strasbourg, 23 avril 1914 (traduction des autrices). F/17/27827

[20] En dépit de nos recherches, il ne nous a pas été possible d’établir avec précision la nature de cette institution mentionnée dans le dossier de carrière de Jenny Delsaux.

[21] Équivalent allemand du baccalauréat.

[22] CV de Jenny Delsaux, s.d.n.l. (probablement 1939). Archives nationales, AJ/16/5955.

[23] Arrêté du 28 juillet 1921 signé Léon Bérard, Paris. Archives nationales, F/17/27827.

[24] La bibliothèque universitaire de lettres et de sciences humaines de Nancy conserve la bibliothèque de Paul Meyer depuis le décès du spécialiste de philologie romane survenu en 1917. Le fonds se compose de 4 222 titres de monographies et 7 700 brochures.

[25] Note manuscrite, signée Charles Adam, s.l., 1er octobre 1922. Archives nationales, F/17/27827.

[26] Nommée à la 4e classe de son emploi par arrêté du 28 novembre 1922, pour un traitement annuel de 6 500 francs, Jenny Foerster occupe du 1er janvier 1923 au 31 juillet 1926 le poste laissé vacant par M. Macaigne. Cf. Revue des bibliothèques (dir. Émile Chatelain), 32e année, Paris, éd. Édouard Champion, 1922, p. 445 [en ligne]. URL (consulté le 6 septembre 2022) : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k920622m.image.r=MLLE%20FOERSTER.f459.hl

[27] L’arrêté de nomination daté du 8 avril 1926, avec effet à compter du 1er août 1926, la promeut à la 6e classe de son emploi pour un traitement annuel de 12 500 francs, ainsi que l’indique la notice individuelle pour l’année 1926 conservée dans son dossier de personnel de l’Académie de Paris. Archives nationales, AJ/16/5955.

[28] Françoise Blum, « Réflexions sur les usages sexués de l’automobile en France aux XIXe et XXe siècles. Femme au volant, figure de l’urbanité ? », dans Histoire urbaine, 2004/3, n° 11, pp. 55-79 [en ligne]. URL (consulté le 4 décembre 2022) : https://www.cairn.info/revue-histoire-urbaine-2004-3-page-55.htm

[29] Curriculum vitae, s.d.n.l. (probablement 1939). Archives nationales, AJ/16/5955.

[30] Vladimir Fédorov, « Règles pour la rédaction d’un catalogue collectif de périodiques » suivi de Jenny Delsaux, « Instructions établies pour le catalogue alphabétique de matières de la bibliothèque de la Sorbonne », préf. Charles Beaulieux, Actualités scientifiques et industrielles, 810, Paris, Hermann & Cie Éditeurs, 1939.

[31] Candidature de Jenny Delsaux au poste de conservateur en chef de la BDIC, Paris, juillet 1946. Archives nationales, F/17/27827.

[32] Id.

[33] Id.

[34] CV s.d.n.l. (probablement 1939). Archives nationales, AJ/16/5955.

[35] Pour cette personnalité des bibliothèques et les suivantes, voir Isabelle Antonutti (dir.), Figures de bibliothécaires, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2020 [en ligne]. URL (consulté le 1er décembre 2022) : http://books.openedition.org/pressesenssib/12587

[36] Paul Roux-Fouillet, « Hommage à Paule Salvan », dans Bulletin d’information de l’Association des bibliothécaires français, n° 177, 4e trimestre 1997, pp. 106-107 [en ligne]. URL (consulté le 1er décembre 2022) : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/45609-hommage-a-paule-salvan.pdf

Cf. Cécile Rabot, « SALVAN, Paule : Vors-Baraqueville, 25 septembre 1901 – Paris, 13 mai 1997 », dans Isabelle Antonutti (dir.), Figures de bibliothécaires, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2020 [en ligne]. URL (consulté le 1er décembre 2022) : http://books.openedition.org/pressesenssib/13379

[37] Quelques années avant celle de la Bibliothèque nationale. À ce sujet, on se référera en particulier à l’étude de Sylvie Fayet-Scribe, « Les professionnels du document (1931-1937) », dans Histoire de la documentation en France : Culture, science et technologie de l’information, 1895-1937, Paris, CNRS Éditions, 2000, pp. 121-158 [en ligne]. URL (consulté le 15 novembre 2022) : http://books.openedition.org/editionscnrs/8558

[38] Au sujet de son parcours académique, qui semble avoir fait l’objet de peu d’études, on pourra se référer au compte-rendu de Félix Gaiffe, « Marie Lenéru et sa Biographe Suzanne Lavaud : Une belle œuvre, un admirable exemple d’énergie féminine », dans The French Review, vol. 6, n° 2, décembre 1932, pp. 93-103 [en ligne]. URL (consulté le 24 novembre 2022) :  https://www.jstor.org/stable/379916

[39] Voir l’entrée biographique qui lui est consacrée par Helge Nordahl dans le Norsk biografisk leksikon, mise en ligne le 29 juin 2022. URL (consulté le 1er décembre 2022) : https://nbl.snl.no/Gunnar_H%C3%B8st

[40] François Lesure, « Nécrologie : Vladimir Fedoroff (1901-1979) », dans Bulletin des bibliothèques de France, 1979, n° 7, pp. 355-355 [en ligne]. URL (consulté le 2 décembre 2022) : https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1979-07-0355-001

[41] Le témoignage de Marc Venet, petit-fils de Jenny Delsaux, fait effectivement état d’une relation de travail établie entre eux à la Sorbonne, sans toutefois en préciser la date. Il n’est cependant pas exclu que leur rencontre ne soit survenue que plus tard, lorsque V. Jankélévitch devient titulaire de la chaire de philosophie morale à la Sorbonne en 1951, ou à une période indéterminée, par l’intermédiaire de Robert Minder, qui était une connaissance commune.

[42] Fiche personnelle de Jenny Delsaux figurant dans le dossier de pension de retraite, s.d.n.l. [probablement 1961]. Archives nationales, F/17/27827.

[43] Voir E. Louf, « Un officier de l’instruction publique. — Les Palmes académiques. Historique. Description », dans Revue internationale de l’enseignement, tome 51, Paris, Reinwald, janvier-juin 1906, pp. 356-357 [en ligne]. URL (consulté le 18 novembre 2022) : education.persee.fr/doc/revin_1775-6014_1906_num_51_1_5404_t1_0356_0000_2

[44] Décret du 17 mars 1808 portant sur l’organisation de l’Université impériale, cité dans « Les décorations de l’Instruction publique et de l’Éducation nationale », fiche de recherche des Archives nationales, s.d.n.l., p. 1 [en ligne]. URL (consulté le 18 novembre 2022) : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/cms/content/pdf.action?uuid=ba8a9680-4b29-4951-ae4a-093f401bed21&version=4&preview=false&template=aideRecherche/aideRecherchePdf

[45] Lettre de Jean Bonnerot, conservateur en chef de la Bibliothèque de la Sorbonne et administrateur des bibliothèques de l’Université de Paris, s.l., 24 juillet 1939. Archives nationales, AJ/16/5955.

[46] Ces propos nous ont été rapportés par son petit-fils lors d’entretiens conduits à Istres les 28 et 29 novembre 2022.

[47] Une partie de la collection de dessins de Curtis Otto Baer est accessible en ligne sur le site de la National Gallery of Art. URL (consulté le 1er décembre 2022) : https://www.nga.gov/collection/provenance-info.16918.html#works

[48] Cf. Jeanne Piquard, « Nécrologie : Marguerite Drevet (1901-1966) », dans Bulletin d’information de l’A.B.F., 1966, pp. 33-34 [en ligne]. URL (consulté le 1er décembre 2022) : https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/56111-marguerite-drevet-1901-1966.pdf

[49] Ce dernier, Lucien Dreyfus, sera arrêté et assassiné à Auschwitz en 1944.

[50] Jean Collin et André Heintz, La vie quotidienne des étudiants à Caen de 1939 à 1955, préf. Jean-Marie Girault, Caen, Presses universitaires de Caen, 1994. Cité dans « Destruction – Reconstruction de la bibliothèque universitaire 1944-1957 », site de l’Université Caen-Normandie [en ligne]. URL (consulté le 4 décembre 2022) : https://www.unicaen.fr/vie-de-campus/vie-culturelle/expositions-en-ligne/destruction-reconstruction-de-la-bibliotheque-universitaire-1944-1957/

[51] Voir à ce sujet André Masson, « La résurrection de la Bibliothèque universitaire de Caen », dans Bulletin des bibliothèques de France, 1956, n° 6, pp. 415-419 [en ligne]. URL (consulté le 4 décembre 2022) : https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1956-06-0415-001

[52] Les archives de la Sous-commission des livres sont conservées aux Archives diplomatiques du ministère des Affaires Étrangères (fonds 209SUP) et aux Archives nationales (voir notamment l’intervalle de cotes F/17/17974 à F/17/17996 concernant les bibliothèques pillées sous l’Occupation).

[53] Lettre de Marcel Bouteron au conservateur de la bibliothèque de la Sorbonne, Paris, 18 mai 1945. Archives nationales, F/17/27827.

[54] Id.

[55] André Masson, « Nécrologie. Jenny Delsaux », dans Bulletin des bibliothèques de France, n° 5, 1978 [en ligne]. URL (consulté le 24 novembre 2022) : https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1978-05-0289-001

[56] Cf. Martine Poulain, « Les spoliations des bibliothèques privées par les nazis en France : des milliers de personnes victimes d’un vol de masse », dans Vincent Laniol et Alexandre Sumpf, Saisies, spoliations et restitutions. Archives et bibliothèques au XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, pp. 229-240.

[57] Rapport de Jenny Delsaux à Maurice Richard, s.l., 8 mai 1950, p. 24. Archives diplomatiques du ministère des Affaires Étrangères, 209SUP/526. Cité dans Ophélie Jouan, Les officiers Beaux-Arts et la récupération artistique française dans les territoires de l’ancien Reich (1944-1949), mémoire de recherche de l’École du Louvre, dir. Laurence Bertrand Dorléac, 2015, p. 96.

[58] Id.

[59] Voir à ce sujet l’ouvrage de référence de Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008.

[60] BDIC, devenue La Contemporaine en 2018.

[61] Fiche personnelle figurant dans son dossier de pension de retraite, s.d.n.l. (probablement 1961). Archives nationales, F/17/27827.

[62] Id.

[63] Note de Jean Bonnerot, conservateur de la bibliothèque de l’Université de Paris, au ministre de l’Éducation nationale, Paris, 12 juillet 1946. Archives nationales, F/17/27827.

[64] Note de Julien Cain adressée au ministre de l’Éducation nationale, Paris, 19 septembre 1946. Archives nationales, F/17/27827.

[65] Journée d’étude Les femmes et la Légion d’honneur, organisée le 11 décembre 2021 au musée de la Légion d’honneur. URL (consulté le 28 décembre 2022) : https://www.legiondhonneur.fr/fr/actualites/journee-detudes-les-femmes-et-la-legion-dhonneur/1874/6

[66] Nous remercions Anne de Chefdebien, conservatrice du Musée, de nous avoir fourni les chiffres de cette étude.

[67] Voir la page consacrée aux archives sur le site de la Grande chancellerie de la Légion d’honneur. URL (consulté le 28 novembre 2022) : https://www.legiondhonneur.fr/fr/page/archives/1652

[68] Il s’agit alors de l’un des quartiers les plus pauvres de la capitale.

[69] Jenny Delsaux, La Sous-commission des livres à la Récupération artistique, 1944-1950, Ruoms, J. Delsaux, 1976, p. 20. Cité dans Ophélie Jouan, Les officiers Beaux-Arts et la récupération artistique française dans les territoires de l’ancien Reich (1944-1949), mémoire de recherche de l’École du Louvre, dir. Laurence Bertrand Dorléac, 2015, pp. 35-36.

[70] Voir l’entrée biographique qui lui est consacrée par Ophélie Jouan dans le Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation, 1940-1945, mise en ligne le 22 septembre 2021. URL (consulté le 2 décembre 2022) : https://agorha.inha.fr/detail/108

[71] Jenny Delsaux, La Sous-commission des livres à la Récupération artistique, 1944-1950, Ruoms, J. Delsaux, 1976, p. 2. Cité dans Jouan, op. cit., pp. 35-36.

[72] L’ouvrage de Rose Valland fait ainsi figure d’exception dans le paysage historiographique français : Rose Valland, Le Front de l’art : défense des collections françaises, 1939-1945, Paris, Plon, 1961.

[73] André Masson, « Nécrologie. Jenny Delsaux », dans Bulletin des bibliothèques de France, n° 5, 1978 [en ligne]. URL (consulté le 24 novembre 2022) : https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1978-05-0289-001


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search