La défense passive des collections et bâtiments

Dans le cadre de l’actuel projet de recherche, l’équipe de la mission archives a redécouvert (dans le fonds du secrétariat général consacré aux questions immobilières et mobilières) une campagne photographique menée en septembre 1939[1]. Cette dernière avait pour objectifs de documenter la mise à l’abri des collections et la protection des bâtiments[2].

Cette campagne est complétée par d’autres sections du fonds d’archive, lesquelles apportent de précieuses informations sur le fonctionnement de l’institution en cette période troublée. En leurs seins, on compte notamment les rapports remis au gouvernement durant et après les évènements, ainsi que le compte rendu d’une réunion d’urgence du 22 septembre 1939[3]. La réunion rassemble Julien Cain (administrateur général), Émile Leroy (secrétaire général), Jacques Renoult (bibliothécaire), Camille Lefèvre (inspecteur général des bâtiments civils), Michel Roux-Spitz (architecte en chef de la Bibliothèque nationale), ainsi que messieurs Paquet[4] et Verrier[5] (inspecteurs généraux du service des monuments historiques). L’objectif de l’entrevue est de présenter les actions et travaux menés par Michel Roux-Spitz pour la protection, afin de bénéficier de l’aval des autorités compétentes et de crédits.

Protéger les collections

Les actions entreprises varient en fonction des pièces à sauvegarder. Le mobilier précieux, à l’instar des médailliers anciens de Charles Cressent et de Jean Desgoulon, est confié au Mobilier national. Pour les meubles et décors intransportables, des protections sommaires sont fabriquées. Il s’agit de structures en bois destinées à protéger les œuvres en cas de vibrations ou d’effondrements dus aux bombardements. Cette mesure est appliquée dans le Salon Louis XV autour des décors muraux (voir photographie ci-dessous).

Elle est plus globalement utilisée pour protéger les collections nationales, à l’instar des sculptures des jardins du château de Versailles (voir photographie ci-dessous). Ce type de renfort avait déjà fait ses preuves durant la Première Guerre mondiale, ainsi que le documentent les images du Musée du Louvre en 1914 et notamment la structure englobant La victoire de Samothrace (IIe siècle av. J.-C.).

BnF, Archives institutionnelles, (C161). Photographie du Salon Louis XV.
André de Ridder, La Victoire de Samothrace, 1914, AMN Z2.
 ([en ligne] URL : http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/8239/img-2.jpg (consulté le 5 septembre 2022))
Archives du château de Versailles. Bosquet de la Colonnade, photographie de la protection pour L’Enlèvement de Proserpine par Pluton, de Thomas Girardon, automne 1939.
([en ligne] URL : http://www.lescarnetsdeversailles.fr/2018/01/a-lombre-de-la-wehrmacht-1939-1944/ (consulté le 5 septembre 2022)

Certains départements de la Bibliothèque, à l’instar du département des Médailles, sont vidés de tous les documents et objets possédant une valeur originale. Une sélection stricte a déjà été effectuée en amont de la réunion du 22 septembre afin de déterminer les ouvrages à protéger en priorité et donc à évacuer[6]. Dans son rapport au ministre de l’Éducation nationale daté du 18 septembre 1939, Julien Cain rappelle qu’il s’agit d’un choix : « Les documents ainsi mis à l’abri ne représentent qu’une sélection parmi les quelques millions de volumes et de pièces de toute nature de la Réunion des Bibliothèques Nationales[7] ».

Ne pouvant entreposer dans les coffres forts des banques parisiennes ou envoyer hors de Paris que de faibles parts de ces collections précieuses, les responsables de la Bibliothèque nationale se tournent vers des possibilités en interne, notamment les sous-sols. Julien Cain expose cette solution dans son rapport : « Je suis en train d’installer dans le deuxième sous-sol de la Salle Ovale certaines pièces du Département des Médailles ne faisant pas partie de la première urgence et ne pouvant trouver place dans les coffres-forts de la Banque de France. Ces objets d’art ; de par leur nature même, n’ont pas à craindre les atteintes de l’humidité[8] ». En effet, seule une petite portion des sous-sols permet l’entreposage de fonds, en raison de problèmes d’étanchéité ou de sécurité. Le troisième sous-sol du bâtiment des Estampes, proche de gros égouts, présente ainsi un risque d’inondation en cas de bombardements.

D’autres espaces, à l’instar des galeries, sont mobilisés pour compenser le manque de place : « Dès à présent, nous pouvons envisager que les documents les plus précieux parmi ceux qui se trouvent sur les rayons devront pouvoir être mis rapidement à l’abri. Les moyens dont nous disposons à l’heure actuelle ne nous permettent d’envisager rien d’autre que de les déposer en caisses le long des gros murs de certains sous-sols bien résistants : pourtour du deuxième sous-sol de la Salle Ovale, deuxième sous-sol du magasin central le long de la rue de Richelieu, dernier sous-sol des Estampes. En cas d’extrême urgence, l’opération doit pouvoir être faite en quelques heures[9] ».

Une fois ces listes de seconde urgence établies (les premières ayant servi à fixer les œuvres éligibles aux dépôts en région), de vastes campagnes de mise en caisse sont menées, en témoignent les salles en plein chantier ci-dessous.

BnF, Archives institutionnelles, (C161). Photographie de la Rotonde.
BnF, Archives institutionnelles, (C161). Photographie de la salle des colonnes.
Évacuation des œuvres du Louvre 1939 © Archives nationales
([En ligne] URL : https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/iconographie/evacuation-des-oeuvres-du-musee-du-louvre-1939-le-prince-imperial-et-son-chien-nero/ (consulté le 5 septembre 2022))

Certaines salles se retrouvent dépouillées, comme le révèlent les photographies de la Réserve (galerie Rondel) ou de la salle des colonnes avec ses meubles d’exposition vides. Le musée du Louvre offre à la même époque un spectacle tout aussi dépouillé.

Marc Vaux, La grande Galerie abandonnée, 1939, Paris, Centre Pompidou © Centre Pompidou – MnamCci – Bibliothèque Kandinsky ([En ligne] URL : https://histoire-image.org/fr/etudes/grande-galerie-abandonnee (consulté le 5 septembre 2022))
BnF, Archives institutionnelles, (C161). Photographies de la salle des colonnes, de la galerie Rondel et du cabinet précieux.

Préserver les bâtiments

Les deux ensembles décoratifs les plus précieux de la Bibliothèque nationale, les galeries Mazarin et Mansart, posent aussi des problèmes de protection. Mais comme Michel Roux-Spitz le rappelle : « ni à Fontainebleau ni à Versailles, on n’a rien pu faire pour la protection des galeries, d’une valeur artistique beaucoup plus grande[10] ». Afin de limiter au maximum les dégâts, les combles de la galerie Mazarin sont vidés tandis que son plancher est protégé par du sable. Des renforts sont également installés à la naissance des voûtes. Les baies de la galerie Mansart sont obturées et son sol renforcé de béton.

La faiblesse de la construction de la galerie Mazarin constitue néanmoins un écueil de taille. Si l’architecte « avait envisagé de poser des tirants qui auraient permis au mur extérieur de mieux résister aux effets de souffle d’une explosion voisine. Il n’est pas possible d’entreprendre actuellement ce travail[11] » par manque de main-d’œuvre, en large partie mobilisée, et de crédits.

BnF, Archives institutionnelles, (C161). Photographie de la galerie Mansart.

Le magasin central et les salles de travail sont quant à eux laissés en l’état, en raison de « la faiblesse de la couverture de ces parties, qui est constituée par un vitrage de très grande surface[12] ». De fait, une grande partie des bâtiments de la Bibliothèque nationale sont menacés en cas de conflit : « L’architecte m’a fait savoir qu’il ne pouvait assurer la protection de la façade de la B.N donnant sur la rue de Richelieu. Cette partie du bâtiment n’a pas de mur de refend, et une bombe tombant à proximité peut en causer l’effondrement. La Réserve du département des Imprimés est conservée dans cette partie au premier étage. Elle est donc particulièrement exposée[13] ». Devant l’ampleur des risques encourus par la réserve, Julien Cain envisage : « sinon l’évacuation totale, du moins celle d’un grand nombre de volumes[14] ».

Afin de diminuer les potentiels dommages, des renforts de sable sont placés dans tous les bâtiments. Pour ce faire, cinquante mètres cubes de sable sont commandés aux sablières de Gennevilliers. Ce dernier sert à couvrir les combles (pour éviter la propagation des incendies), renforcer certains murs, protéger les caisses de livres et enfin obstruer les cheminées (voir la photographie du Salon d’honneur ci-dessous). Quand cela est possible, à l’exemple de la salle de Luynes, les ouvertures sont fermées en intégralité.

BnF, Archives institutionnelles, (C161). Photographies de la salle de Luynes et du salon d’honneur.

Conclusion

                Dans l’urgence de la déclaration de guerre et dans le contexte des restrictions budgétaires qui ont touché la Bibliothèque nationale de France durant les années 1930, protéger l’institution se révèle un véritable casse-tête. En plus de la défense passive du personnel et des lecteurs, sauvegarder les lieux est une gageure, et il s’agit souvent de pallier le plus urgent suscitant des  biais de sélections dans les processus d’évacuation et de protection comme l’ont montré les travaux d’Arnaud Bertinet.En comparant les listes d’évacuations des musées français en 1870, 1914 et 1949, l’historien de l’art a en effet identifié les variations de l’histoire du goût ayant mené les conservateurs à privilégier certaines pièces à préserver. Évidemment, d’autres logiques prévalent, que ce soit les évacuations massives, les difficultés de déplacement de certaines pièces ou le manque de crédits. Ces dernières entrainent d’ailleurs de nouveaux biais. Les tentatives de sauvegarde sur place, au sein même de la Bibliothèque nationale, disent cependant la volonté de pourvoir à une protection d’ensemble.

Notes


[1] Concernant les crédits photographiques de cette campagne, les tirages arborent au dos le tampon du photographe Albin Salaün (1876-1951).

[2] Ces questions ont déjà fait l’objet de plusieurs billets notamment sur les dépôts de repli d’Ussé et de Castelnau.

[3] BnF, Archives institutionnelles (A12 / 2022/014/052). Réunion au sujet de la protection des bâtiments de la bibliothèque nationale du 22 septembre 1939.

[4] Il s’agit probablement de Pierre Paquet (1875-1959) (Aubert Marcel. Pierre Paquet (1875-1959). In: Bulletin Monumental, tome 117, n°4, année 1959. pp. 291-292.www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1959_num_117_4_3866, consulté le 15/09/2022).

[5] Il s’agit vraisemblablement de Jean Verrier dont « l’œuvre essentielle et qui exigea beaucoup d’audace fut la mise à l’abri de milliers de vitraux menacés de bombardements en 1939 » (Deschamps Paul, « Jean Verrier (1887-1963) », dans Bibliothèque de l’école des chartes. 1967, tome 125, livraison 2. pp. 540-543, www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1967_num_125_2_460181, consulté le 15/09/2022).

[6] Les archives de la série A permettent de retracer ces listes, grâce aux récolements des dépôts de Luceau, Ussé et Castelnau-en-Bretenoux (A1-2022/014/004, A8- 2022/014/040 et 2022/014/046, A62-2022/014/208).

[7] BnF, Archives institutionnelles (A40/ 2022/014/154), Rapport au ministère, 18 septembre 1939.

[8] BnF, Archives institutionnelles (A40/ 2022/014/154), Rapport au ministère, 18 septembre 1939.

[9] BnF, Archives institutionnelles (A11/ 2022/014/049). Note de Bernard Faÿ pour l’administration générale, non datée.

[10] BnF, Archives institutionnelles (A12/ 2022/014/052). Réunion au sujet de la protection des bâtiments de la bibliothèque nationale du 22 septembre 1939.

[11] BnF, Archives institutionnelles (A12/ 2022/014/052). Réunion au sujet de la protection des bâtiments de la bibliothèque nationale du 22 septembre 1939.

[12] BnF, Archives institutionnelles (A12/ 2022/014/052). Réunion au sujet de la protection des bâtiments de la bibliothèque nationale du 22 septembre 1939.

[13] BnF, Archives institutionnelles (A40/ 2022/014/154), Rapport au ministère, 18 septembre 1939.

[14] BnF, Archives institutionnelles (A40/ 2022/014/154), Rapport au ministère, 18 septembre 1939.



Citer ce billet
Anaelle Lahaeye (2023, 3 février). La défense passive des collections et bâtiments. La Bibliothèque nationale sous l'Occupation. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbu3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search