La Bibliothèque nationale dans la tourmente, septembre 1939-août 1940

(deuxième partie)

Ce texte est issu d’une partie de l’intervention d’Anne Leblay-Kinoshita lors de l’après-midi d’étude « La Bibliothèque nationale en temps de guerre (1870-1945) » organisée le 16 octobre 2018  par le comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France à la bibliothèque de l’Arsenal où plusieurs interventions étaient consacrées à la Bibliothèque nationale pendant la Seconde guerre mondiale et l’Occupation.

Cette intervention s’appuie principalement sur les travaux de Martine Poulain (1) ainsi que les rapports d’activité de Julien Cain (1887-1974), administrateur de la Bibliothèque nationale de 1930 à 1940 puis de 1945 à 1963 et Jean Laran (1876-1948) administrateur par intérim en 1940 puis en 1944-1945 consultables sur Gallica ainsi que sur les archives conservées par la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives lointaine héritière du service d’archives mis en place par Thérèse Kleindienst (1916-2018) en 1943.

Le texte a été révisé et divisé en trois parties pour une diffusion sur ce carnet de recherche.

Deuxième partie : La Bibliothèque en guerre : une bibliothèque au service de la patrie

La bibliothèque sort ses armes

La bibliothèque et une partie de son personnel s’engagent avec leurs armes « culturelles » dans le combat.
Les archives de la Bibliothèque nationale de France contiennent ainsi plusieurs conférences ou projets de conférences radiophoniques de propagande, qui remontent au mois d’octobre 1939. Parmi les projets retrouvés figurent « Raccourci d’histoire pour le temps long », « Barbares et civilisés ». Émile-Aurèle Van Moé, bibliothécaire au cabinet des Manuscrits « qui a beaucoup travaillé pour les autres la plume à la main » (2) propose également à Cain l’esquisse d’une programmation : « d’une causerie sur les origines de la patrie française. Pourraient suivre : le siècle de Saint-Louis, la France au seuil des temps modernes, Le Grand Siècle, la France contemporaine, chacun de ces chapitres considérés du même point de vue » (3). Dans la conférence « Barbares et civilisés », on peut par exemple lire : « Cette théorie de destruction totale a été exposée systématiquement par les écrivains allemands des XIXe et XXe siècles » (4).

Illustration 4 : BnF, archives institutionnelles, 2005/026/082, proposition de causerie soumise à l’administrateur général par Émile-Aurèle Van Moé (13 octobre 1939)

Par ailleurs, l’activité d’exposition n’est pas complètement abandonnée :

Il parut, au début de 1940, quand on voulut donner à l’étranger une image de la France et de son passé, que, dans le domaine qui est le sien, la Bibliothèque nationale pouvait présenter, à défaut des originaux eux-mêmes, quelques-unes des meilleures reproductions qui en ont été faites. L’art du fac-similé sous ses formes diverses, a atteint dans notre pays, une perfection qui mérite de la faire mieux connaître, et l’on peut d’autre part en organiser une présentation méthodique, suivant les genres et les époques, qui en fasse un sérieux auxiliaire des études.

Rapport sur la bibliothèque nationale pendant les années 1935 à 1940 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k497616c/f138.image)

La nomination de Julien Cain comme secrétaire général du ministre de l’Information en avril 1940 tout en restant administrateur de la Bibliothèque semble s’inscrire dans le fil de cette démarche. Toutefois, le 10 juin 1940, il doit quitter la capitale sur ordre du ministre de l’Éducation nationale et confie l’intérim à Jean Laran, conservateur au département des Estampes qui reste en place jusqu’à l’arrivée fin août 1940 de Bernard Faÿ, nouvel administrateur nommé par le régime de Vichy.

L’enrichissement du patrimoine national « guerrier »

La Bibliothèque nationale entreprend une démarche de collecte, qui n’est pas sans rappeler d’autres opérations comme celle qui aboutit à la création de la bibliothèque musée de la guerre à la fin de la Première guerre mondiale :

Dès les premiers jours, il a paru qu’il convenait que la Bibliothèque nationale se préoccupât de réunir les principaux documents relatifs à la guerre. Elle le fit en collaboration avec la bibliothèque de documentation internationale et les représentants d’autres grands établissements. L’expérience de 1914-1918 nous a guidés. L’essentiel était d’établir des relations précises avec quelques grands services publics, afin que les versements fussent régulièrement effectués. En dehors des versements du dépôt légal, c’est un ensemble d’environ 60.000 photographies provenant des services de l’information et notamment de celui de la censure photographique et cinématographique qui est entré dans ses collections.

Rapport sur la bibliothèque nationale pendant les années 1935 à 1940 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k497616c/f139.image)

Une bibliothèque au service de la nation

La Bibliothèque se met également au service de la nation dans son champ de compétence, en prolongeant les actions autour de la lecture publique engagées depuis le Front populaire.

Le centre de la lecture en temps de guerre :

En octobre 1939, le ministre de l’Éducation nationale Yvon Delbos confie à l’administrateur le soin de coordonner l’action des diverses œuvres qui agissent en faveur de la lecture auprès des militaires ou des réfugiés par la constitution d’un centre de la lecture en temps de guerre dont le secrétariat est assuré par Myriem Foncin, chef de la section des Cartes et plans du département des Imprimés, et Paul Poindron, sursitaire (5).
Le centre a pour mission d’aider les œuvres privées en constituant un fichier central de renseignements, des listes de livres, en rédigeant des instructions pour les non professionnels en s’appuyant notamment sur la documentation du bureau d’information sur les bibliothèques où travaillait précédemment Poindron.
La première réunion a lieu à la Bibliothèque nationale le 9 novembre en présence des inspecteurs généraux, du président de l’Association des bibliothécaires français, des délégués de l’alliance du livre, de l’association nationale des bibliothèques d’hôpitaux, de l’association pour la lecture au sanatorium, de l’association pour le développement de la lecture publique, de l’association pour le développement des œuvres sociales du ministère de la marine, de la commission d’action catholique du livre, de la croix rouge française, de la fédération des centres sociaux, de la ligue de l’enseignement du livre du soldat du secrétariat central des loisirs et de la bibliothèque du soldat, de la société des foyers de l’Union franco-américaine.

L’association pour le développement des œuvres d’entraide dans l’armée :

Est également créé sous la présidence de l’académicien Georges Duhamel un service « lecture, arts, loisirs et sports aux armées » rattaché à l’association pour le développement des œuvres d’entraide dans l’armée » dont la présidence de la section « lecture » est confiée à l’administrateur de la Bibliothèque nationale. Cette section doit très concrètement constituer des collections pour les foyers militaires. Au 1er avril 1940, cinq cents bibliothèques de cent livres sont préparées à partir de dons et d’acquisitions assurées par la Bibliothèque. Le choix des livres a été fait par le centre de la lecture en temps de guerre, évoqué plus haut, avec le concours de l’association des bibliothécaires français.

Illustration 5 : BnF, archives institutionnelles, 2005/026/081, lettre du président du comité central d’assistance aux prisonniers de guerre à l’administrateur général de la Bibliothèque national l’informant de la difficulté d’utiliser les stocks d’ouvrage des œuvres d’entraide dans l’armée conservées par la Bibliothèque depuis 1940 au bénéfice des prisonniers de guerre, Paris, le 25 février 1941.

La lecture pour les réfugiés :

Il s’agit d’organiser la lecture dans les départements d’accueil des réfugiés alsaciens et lorrains. À partir des dons notamment d’ouvrages en langue allemande reçus par le centre de la lecture en temps de guerre et avec l’aide du Secours national sont préparées des caisses-bibliothèques de 50 livres destinés à ces foyers.
Enfin l’administrateur général, en accord avec les inspecteurs généraux, appuie l’action de l’Association des bibliothécaires français pour inciter les pouvoirs publics locaux à ouvrir les bibliothèques municipales.

(à suivre)

Notes

1. Martine Poulain, « Jean Laran, courage et justesse dans les années noires », Revue de la BnF, n°28, 2008, p. 55-62 ; Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2013, 753 p.
2. Vitte Suzanne, Samaran Charles, « Emile-A. Van Moé (1895-1944) » [notice nécrologique], Bibliothèque de l’école des chartes. 1946, tome 106, livraison 1. p. 166-169 (www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1946_num_106_1_460323)
3. BnF, Archives institutionnelles, 2005/026/082
4. Idem.
5. Kleindienst Thérèse, « Paul Poindron (1912-1980) », [notice nécrologique], Bibliothèque de l’école des chartes. 1980, tome 138, livraison 2. pp. 345-349. (www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1980_num_138_2_464495)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.