La Bibliothèque nationale dans la tourmente, septembre 1939-août 1940

(troisième partie et conclusion)

Ce texte est issu d’une partie de l’intervention d’Anne Leblay-Kinoshita lors de l’après-midi d’étude « La Bibliothèque nationale en temps de guerre (1870-1945) » organisée le 16 octobre 2018 par le comité d’histoire de la Bibliothèque nationale de France à la bibliothèque de l’Arsenal où plusieurs interventions étaient consacrées à la Bibliothèque nationale pendant la Seconde guerre mondiale et l’Occupation.

Cette intervention s’appuie principalement sur les travaux de Martine Poulain (1) ainsi que les rapports d’activité de Julien Cain (1887-1974), administrateur de la Bibliothèque nationale de 1930 à 1940 puis de 1945 à 1963 et Jean Laran (1876-1948) administrateur par intérim en 1940 puis en 1944-1945 consultables sur Gallica ainsi que sur les archives conservées par la mission pour la gestion de la production documentaire et des archives lointaine héritière du service d’archives mis en place par Thérèse Kleindienst (1916-2018) en 1943.

Le texte a été révisé et divisé en trois parties pour une diffusion sur ce carnet de recherche.

Troisième partie : La Bibliothèque d’une nation défaite

Le 11 juin 1940 Jean Laran, conservateur au département des Estampes, se voit confier par Julien Cain l’intérim de l’administration de la Bibliothèque. Le 6 août, Bernard Faÿ, universitaire, spécialiste de l’Amérique et de la franc-maçonnerie est nommé administrateur général. Il prend son poste le 30 août. Que se passe-t-il à la Bibliothèque pendant ces deux mois et demi ?

La Nationale défaite

Jean Laran est chargé de l’évacuation du personnel. En l’absence d’instance exécutive et d’une partie de l’administration, les décisions liées à l’évacuation des personnes et des collections sont prises en concertation avec le directeur des Archives nationales et le directeur des musées nationaux. Le 13 juin, à la veille de l’entrée des Allemands il reste 18 personnes. Après la signature de l’armistice le 22 juin 1940, Laran envoie un ordre de rappel qui parvient évidemment plus ou moins facilement aux intéressés et qui est relayé par le centre de repliement d’Ussé. Mi-août, 240 fonctionnaires sont à leur poste et il ne reste à « récupérer » que 44 personnes dont 30 mobilisés et, parmi ces derniers, 9 prisonniers et 9 disparus. Il convient en outre d’ajouter le décès de Charles du Bus, conservateur à la section des Cartes et plans du département des Imprimés, mort subitement pendant l’exode en gare de Cormery (Indre), le 22 juin.
La gestion du personnel s’avère complexe : le centre administratif et financier, les archives, la caisse et le secrétaire général sont repliés à Ussé jusqu’au 29 juin. Laran ne parvient à reprendre contact avec les dépôts d’Ussé et de Castelnau que vers le 11 juillet. Dans cette période difficile, il doit prendre des décisions rapides telles que réquisitionner le stock alimentaire du restaurant de la Bibliothèque pour alimenter ses personnels. Se posent également des questions très concrètes sur la façon dont les marchés passés par la Bibliothèque doivent être exécutés.

Il va de soi que dans un groupe d’établissement ou les effectifs sont passés en deux mois, par une gradation soutenue, de 18 unités à 204, l’organisation du travail, la répartition des attributions, les tableaux et horaires de service ont comporté des remaniements quotidiens. Avec le retour progressif des personnels et notamment des chefs de départements « la vie repren[d] peu à peu dans tous les organes de notre grande maison, après la paralysie et le silence écrasant des premiers jours d’occupation.

BnF, archives institutionnelles, (A79/4). Rapport d’activité de Jean Laran du 12 août 1940 sur sa période d’intérim. Le rapport est également disponible sous la cote 2005/026/058 dans un dossier intitulé « Gestion Laran, juin-août 1940 ». Sauf mentions contraires toutes les citations qui suivent dans le reste du billet, ainsi que les références aux différentes personnalités occupantes proviennent de ce rapport.

L’un des premiers efforts de Laran est d’essayer de rentrer en contact avec les services publics parisiens grâce à « deux cyclistes (…) prêts à suppléer le téléphone » (2) pour rompre l’isolement de la bibliothèque. La bibliothèque, fermée au public le 10 juin, rouvre au public le 24 juin à horaires réduits et avec des critères assez restrictifs. Au fur à mesure des retours, elle se rapproche du régime normal. Mi- août le public est admis de 10h à 17h avec une interruption de 12h à 14h dans quelques services. Dès le 24 juin, 73 lecteurs retrouvent la salle des Imprimés et rapidement la moyenne tourne autour de 150 lecteurs par jour.
La reprise du travail passe également une mise en ordre, jugée très importante aux yeux de Laran, pour convaincre les occupants du professionnalisme de la bibliothèque : « Un de nos premiers soins a été, avant toute visite, de faire disparaitre les traces d’un départ un peu précipité, et de faire régner dans toutes les salles, tous les bureaux et tous les magasins l’ordre le plus parfait » (3). Les dispositifs de défense passive sont également supprimés pendant l’été : « le Voltaire de Houdon a perdu sa carapace de sable » (4).
L’accroissement des collections est évidemment très ralenti. La bibliothèque n’est pas encore en mesure de prendre en charge des acquisitions et de toute façon « les donateurs sont loin » à l’exception de Seymour de Ricci et d’une opération de récupération de photographie documentaire (50.000) d’un « service public disloqué » (5) (il s’agit des services de l’information et notamment de la censure photographique et cinématographique) encadrée par Jean Prinet. Le dépôt légal n’est pas oublié même si le contexte administratif (occupation et division de la France) rend les choses un peu compliqué. Jean Laran adresse une circulaire aux préfets le 21 juillet les priant de « conserver les objets déposés ». Les activités de catalogage reprennent de même que la préparation de de l’impression des catalogues. En août 1940, Laran espère que les tomes 159 à 161 du catalogue général auront vu le jour avant la fin de l’année « et aussi le tome 3 du catalogue de la Révolution ». Enfin, « tout est prêt pour la reprise de la bibliographie de la France dès que la censure en autorisera la continuation » (6).

La Nationale à l’épreuve de Vichy

La Bibliothèque doit accepter pendant l’été, par une décision du 8 août du préfet de la Seine de mettre à disposition du personnel pour la création du service de renseignements sur les prisonniers de guerre, confié à Pierre Caron, directeur des Archives nationales. Il s’agit d’établir des listes des prisonniers de guerre en utilisant les compétences en matière de « fichage » des bibliothécaires et des archivistes. Jean Porcher, conservateur adjoint au département des Manuscrits, assisté de deux de ses collègues et de plus de 30 bibliothécaires « entraînés aux classements et aux corrections » (7) se mettent à la disposition du service dirigé par le général allemand Haselmayer ainsi qu’un commissaire de police français (8).

Par ailleurs, le régime de Vichy prend quasiment immédiatement des mesures à caractère discriminatoire et raciste. Le 3 août 1940, le nouveau ministre de l’Instruction publique envoie deux circulaires aux recteurs, chefs d’établissements, etc. Ces circulaires demandent de fournir la liste des fonctionnaires qui rentrent dans le cadre, d’une part de la loi du 17 juillet 1940, et, d’autre part de celle du 23 juillet 1940. La première prévoit que les fonctionnaires ne possédant pas la nationalité française à titre originaire comme étant nés de père français sont réputés démissionnaires à l’exception des anciens combattants. La seconde prévoit le retrait de la nationalité française à l’encontre de tout Français qui a quitté le territoire français métropolitain entre le 10 mai et le 30 juin 1940. Les agents occupant des postes subalternes peuvent échapper à ces mesures d’exclusion au prix, parfois, d’une rétrogradation, à l’instar de ce qu’aurait vécu Lydie Adolphe :

En juin 1940, l’intéressée était attachée permanente. Cette situation l’assimilait aux fonctionnaires (…) pour lui éviter des difficultés, l’administration des bibliothèques prévoyant les lois raciales prit l’initiative de ranger Melle Adolphe auxiliaire d’État attachée parmi les auxiliaires temporaires.

BnF, Archives institutionnelles, (dossier de personnel de Lydie Adolphe).

Il s’agit évidemment d’une analyse a posteriori, mais il semble bien qu’il y ait eu une tentative de protections des personnels car, quelques jours après son arrivée, Bernard Faÿ signale au ministre de l’Instruction publique un certain nombre de personnes rentrant dans le champ de la loi du 17 juillet toujours en activité à la Bibliothèque : « par une lettre en date du 16 septembre j’ai eu l’honneur de vous signaler certains collaborateurs rémunérés sur les fonds de la recherche scientifique qui ne sont pas nés de père français . Je dois ajouter les noms suivants : (…) » (9). La Bibliothèque semble donc avoir agi comme d’autres établissements à propos de la loi d’octobre 1940 relative au premier statut des Juifs : à savoir « une application souple des dispositions de la loi (d’octobre 1940) principalement lorsqu’il s’agissait d’agents auxiliaires » (10).

La Nationale occupée

Les occupants souhaitent le retour des collections évacuées sur Paris. Début juillet, Laran parvient à les faire momentanément changer d’avis en soulignant les risques de transporter les collections alors que les transports ne fonctionnent pas et qu’une grande partie du personnel manque encore à l’appel (11).
En outre, depuis le 24 juin, la Bibliothèque nationale reçoit des visites presque quotidiennes d’officiers allemands, de divers horizons professionnels, tantôt en simples touristes, tantôt en service commandé pour rechercher des documents d’intérêt militaire, économique, technique, historique, géographique ou culturel. Les recherches ont souvent lieu sur place.

BnF, Archives institutionnelles, (2005/026/076). Exemples de carte de visite et de fiche relevant les visites d’officiers allemands au département des Manuscrits.

À l’exception de 21 volumes de musiques empruntés au Conservatoire et des collections de l’institut de géographie mises sous séquestre, les documents empruntés sont le plus souvent rendus. Une équipe d’archivistes dirigée par le capitaine Dr Winter et le lieutenant Dr Santé s’installe à partir du 31 juillet au département des Manuscrits sur demande du Dr Fister, directeur des archives de Berlin pour inventorier les pièces intéressant l’histoire de l’Allemagne.

BnF, Archives institutionnelles, (2005/026/085). Note de Jean Laran, administrateur général de la Bibliothèque par intérim, témoignant de l’intérêt des officiers allemands pour les collections de la Bibliothèque. 31 juillet 1940.

Le 23 août, la Bibliothèque nationale reçoit sa première visite officielle de confrères étrangers, le Dr Hugo Andres Krüss, directeur général de la Bibliothèque nationale à Berlin, le Dr Becker et le Dr Hermann Fuchs, bibliothécaire à la bibliothèque d’État de Prusse à Berlin, dès lors désigné pour rester à Paris comme responsable du « Bibliotheksschutz » (12).
Le 27 août, un sous-officier allemand présente à Laran un exemplaire de la liste Bernhard (préfiguration de la liste Otto) et demande qu’on lui remette les livres interdits. Laran répond qu’il espère les avoir tous, mais que la bibliothèque ne peut être assimilée à une librairie ou un cabinet de lecture. La question sera réglée par Faÿ et Fuchs.

Conclusion

Cette présentation superficielle de la Bibliothèque nationale pendant la période 1939-1940 rappelle que la Bibliothèque est à la fois un acteur culturel parmi d’autres, même si le terme peut sembler anachronique, et un établissement original, par ses missions et la personnalité des bibliothécaires. Certaines activités traditionnelles tournent au ralenti – catalogage, échanges, dépôt légal, mais les actions de la Bibliothèque dans le champ de la lecture publique ou de la « propagande » prennent en revanche de l’ampleur et témoignent, semble-t-il, de l’importance des choix politiques et éthiques de la personnalité qui dirige l’établissement. En cela, il reste probablement à évaluer l’importance et les conséquences de l’intérim de Jean Laran à l’été 1940 avant l’arrivée de Bernard Faÿ et l’entrée dans la collaboration active avec les occupants nazis. Par ailleurs, dans cette période très troublée, un certain nombre d’innovations et de questionnements sont alors éprouvés : le microfilm, le rôle de prescription et d’encouragement de la Bibliothèque nationale pour le réseau des bibliothèques françaises qui trouveront leur aboutissement après la Seconde guerre mondiale. Enfin, cette brève présentation, pleine d’imprécisions et de questions, n’est pas une leçon d’histoire mais une invitation à se plonger dans les archives parfois labyrinthiques de la Bibliothèque nationale.

Notes

1. Martine Poulain, « Jean Laran, courage et justesse dans les années noires », Revue de la BnF, n°28, 2008, p. 55-62 ; Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2013, 753 p.
2. Idem.
3. Idem.
4. Idem.
5. Idem.
6. Idem.
7. Idem.
8. Idem.
9. BnF, archives institutionnelles, 2005/026/058.
10. Laurent Joly, « L’administration de l’État français et le statut des Juifs du 2 juin 1941 », Archives juives, 2008/1, p. 25.
11. BnF, archives institutionnelles, 2005/026/058. « Gestion Laran, juin-août 1940 ».
12. Ces différents noms figurent dans le rapport de Jean Laran.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.