Livres spoliés : un enjeu majeur de recherche pour les bibliothèques allemandes et françaises

Depuis le début de l’année 2020, plusieurs bibliothèques françaises ont présenté le résultat de programmes de recherches sur les collections spoliées, ou susceptibles de l’être, qu’elles conservent. Les bibliothèques allemandes ont quant à elles mené très tôt des travaux sur la question.

Plusieurs articles, émanant des institutions concernées, ont relaté ces recherches. Nous nous permettons de les relayer ici.

Pour la Bibliothèque Forney, un article d’Anne-Laure Charrier :

https://bibliotheques-specialisees.paris.fr/quete-des-livres-spolies-a-la-2e-guerre-mondiale-deposes-a-forney

Pour la Bibliothèque de l’Institut national d’histoire de l’art, deux articles de Stefano Sereno :

https://bbf.enssib.fr/matieres-a-penser/les-documents-spolies-conserves-a-la-bibliotheque-de-l-inha_69735

https://blog.bibliotheque.inha.fr/fr/posts/livres_spolies_inha.html

Pour la Bibliothèque municipale de Lyon, deux articles, respectivement de Benjamin Ravier-Mazzocco et de Marion Cazanove:

http://www.slate.fr/story/198541/spoliation-livres-juifs-nazis-caches-bibliotheques-francaises-seconde-guerre-mondiale

Pour la Bibliothèque centrale de Berlin (Zentral und Landesbibliothek Berlin), plusieurs articles (de l’institution, de Karl Grünberg et de Sigrid Brinkmann) permettent d’apprécier l’ampleur du travail effectué:

https://www.deutschlandfunkkultur.de/provenienz-forschung-in-berlin-eine-million-buecher-als.1013.de.html?dram:article_id=440257

https://www.tagesspiegel.de/themen/reportage/ns-aufarbeitung-in-bibliotheken-buch-fuer-buch-auf-der-suche-nach-ns-raubkunst/24006008.html

https://www.zlb.de/de/fachinformation/spezialbereiche/provenienzforschung.html?type=98&size=0&sw=0&print=1&no_cache=1

https://www.zlb.de/fachinformation/spezialbereiche/provenienzforschung.html

Pour l’Institut de Nuremberg (Nürnberger Institut für NS-Forschung und jüdische Geschichte), c’est un projet sur les spoliations de Julius Streicher qui a été mené:

Enfin, une base de données a été créée en 2016, conjointement par la New Synagogue Berlin Foundation, le Centre Judaïque de la Bibliothèque universitaire de l’Université libre de Berlin, la Bibliothèque universitaire de l’Université de Potsdam et la Bibliothèque centrale de Berlin, afin de répertorier l’ensemble des ouvrages spoliés identifiés. Un article de Heike Mund relate l’origine du projet:

https://www.dw.com/de/datenbank-hilft-bei-der-provenienzforschung-von-ns-raubgut/a-37837549


Une réflexion sur « Livres spoliés : un enjeu majeur de recherche pour les bibliothèques allemandes et françaises »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.