Noël à la Bibliothèque nationale pendant l’Occupation

En cette veille de Noël l’équipe du projet de recherche s’est penchée sur la façon dont cette période de l’année pouvait être vécue à la Bibliothèque nationale pendant l’Occupation1.

Nous avons débuté notre recherche en consultant le fichier dit « Thérèse Kleindienst »2 qui permet d’accéder aux archives du secrétariat général de la Bibliothèque nationale entre 1943 et 1984.

Une première fiche « Noël » nous renvoie vers une seconde fiche « arbre de Noël ».

BnF, archives institutionnelles, fichier “Thérèse Kleindienst”
BnF, Archives institutionnelles, fichier “Thérèse Kleindienst”

Sur celle-ci est indiquée la cote D54. La série D pour « personnel » est encore largement méconnue car dépourvue d’instrument de recherche. Dans le cadre du projet, il est prévu de récoler et d’inventorier cette série créée pendant l’Occupation et dont une grande partie des dossiers semble concerner cette même période. Le dossier consacré aux arbres de Noël couvre uniquement les années 1940 à 1950. Avant de nous plonger dans celui-ci, nous avons souhaité nous pencher sur le contexte de ces festivités.

La tradition des arbres de Noël avant la Seconde guerre mondiale

Nous ignorons si les « arbres de Noël » ou des événements à destination des enfants du personnel existaient à la bibliothèque avant-guerre. De façon plus générale l’existence de telles festivités dans l’administration ou sur les lieux de travail est peu documentée. Il semble qu’un tel sujet n’ait guère intéressé les historiens et probablement encore moins les archivistes qui n’ont sans doute pas privilégié la conservation des documents se rapportant à l’organisation de ce type d’événement… En irait-il d’ailleurs différemment pour la production actuelle ?

Une requête de type « arbre de Noël » dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales3, après exclusion des résultats de nature botanique, ne permet pas de retrouver beaucoup d’occurrences antérieures à la Seconde Guerre mondiale. Des « arbres de Noël » étaient toutefois organisés pour les enfants déshérités au moins depuis la fin du XIXe siècle. La tradition de l’arbre de Noël de l’Élysée remonte ainsi à 18894.

29/12/27, arbre de Noël des Petits Poulbots au Moulin Rouge, crèche vivante (Agence Rol, photographie de presse)

Un certain nombre de reportages photographiques de l’Agence Rol disponibles sur Gallica témoignent ainsi de leur existence dans l’entre-deux-guerres : bit.ly/380xyqX5. Y figurent notamment des photographies consacrées à l’arbre de Noël organisé par la préfecture de police pour les enfants du personnel en 1926.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53172008x/f1.highres
Paris, 23/12/26, arbre de Noël de la préfecture de police aux Folies-Bergères, Joséphine Baker (Agence Rol, photographie de presse)

Des arbres de Noël destinés aux enfants du personnel existent donc avant-guerre même si les traces en sont rares. Il est toutefois vraisemblable que ces festivités prennent une nouvelle ampleur pendant l’Occupation. Dès 1940, la propagande vichyste porte en effet une grande attention à l’organisation des « arbres de Noël du maréchal »6. Chaque année, le maréchal Pétain prononce également « un message de Noël » radiodiffusé :

https://www.ina.fr/video/AFE86002388

 

Le programme des arbres de Noël à la Bibliothèque nationale

L’organisation d’un arbre de Noël pour enfants repose sur un triptyque auquel la Bibliothèque nationale ne déroge pas  :

  • un divertissement,
  • un goûter,
  • une distribution de jouets.

En amont de l’arbre de Noël, les organisateurs doivent également établir la liste des invités puis envoyer les invitations. L’enjeu est fort car plus il y a d’enfants accueillis, plus il est nécessaire d’avoir un goûter fourni, plus il faut distribuer de jouets.

Le premier arbre de Noël de l’Occupation semble organisé tardivement, peut-être à la suite des instructions relatives aux arbres de Noël du maréchal évoquées plus haut. Le programme n’est pas connu mais des courriers adressés en décembre 1940 par l’administrateur général Bernard Faÿ aux membres du Secours national donnent une idée des denrées alors recherchées :

Vous savez les difficultés d’achat auxquelles on se heurte actuellement. Alors j’ai songé au Secours national et à votre charité si compréhensive. Ne pourriez-vous prélever dans le stock destiné à des distributions analogues quelques denrées (lait condensé, confitures, chocolat, pain d’épice, biscuits, conserves, légumes secs) qui nous permettraient d’améliorer le jour de Noël le menu de ces braves gens ?7

Nous ne disposons d’aucune information concernant l’année 1941. En revanche l’arbre de Noël pour l’année 1942 est particulièrement documenté : budget, invitation, programme, correspondance, compte rendu… qui nous en disent également un peu plus sur le déroulement des années précédentes. Cette richesse documentaire est peut-être le reflet d’une importance croissante donnée à ce type d’événement pendant l’Occupation.

Dès le début du mois d’octobre 1942, Renée Levassor, bibliothécaire et assistante sociale recrutée par la Bibliothèque l’année précédente, se voit chargée d’organiser les festivités. L’administrateur lui octroie 5.000 francs sur son enveloppe personnelle. Les jouets et le sapin sont fournis, comme chaque année, et jusqu’à la fin de l’Occupation, par Gabriel Cognacq, l’un des propriétaires du grand magasin La Samaritaine.

BnF, Archives institutionnelles (D54). Carton d’invitation pour l’arbre de Noël. 1942.

Contrairement à ce que le carton d’invitation peut laisser supposer, les pénuries de papier conduisent à utiliser avec parcimonie les fournitures. L’assistante sociale doit ainsi faire valider à Bernard Faÿ « une présentation beaucoup plus fantaisiste » qui se limite d’abord à se passer d’enveloppe puis à fabriquer une carte en forme de « petit sapin vert » les années suivantes8.

BnF, Archives institutionnelles. (D54. Renée Levassor à Bernard Faÿ. 28 novembre 1942.

Environ 200 invitations sont ainsi envoyées aux gardiens, employés, ouvriers relieurs et à leurs familles. L’organisatrice a prévu la venue d’environ 110 enfants de moins de seize ans : « Il ne fut pas possible de maintenir le projet d’une réunion familiale de tout le personnel de la maison, en raison des difficultés de ravitaillement pour le goûter et du manque de temps pour la préparation d’une telle réunion9 ».

C’est ainsi que le 20 décembre 1942, dans la galerie Mazarine, sont accueillies environ 370 personnes, un chiffre plus élevé que prévu : « le nombre des enfants venus à la fête fut plus élevé que nos prévisions, certains ayant amené des neveux ou de jeunes amis10 ». Elles assistent à plusieurs divertissements, des chansons de « Merluche et ses fieux » et des farandoles des « Farandoleurs de Provence », sélectionnés par le secrétariat d’État à la Jeunesse, des projections en couleurs de scènes de Noël tirées des « plus beaux livres enluminés ou illustrés de la Bibliothèque » avec un accompagnement, pour les « scènes des bergers, la crèche et les mages », d’airs de Noël joués à la vielle par Roger Blanchard, un bibliothécaire recruté au nouveau département de la Musique où des concerts sont d’ailleurs régulièrement organisés11.

BnF, Archives institutionnelles, (D54). Programme de l’arbre de Noël. 1942.

Plus de vingt minutes sont prévues pour le discours de l’administrateur. Le goûter (tartes, gâteaux, madeleines, orangeade pour les enfants et porto pour les adultes) et les jouets sont distribués par une équipe féminine composée d’agents de la bibliothèque, à l’instar de Thérèse Kleindienst, archiviste au secrétariat général, et d’enfants du personnel, comme les filles du secrétaire général Raphaël Labergerie.

L’arbre de Noël suivant a lieu le 9 janvier 1944. Les informations s’y rapportant sont moins nombreuses mais nous disposons d’un tableau des prévisions de dépenses ainsi que d’une lettre de compliments très mitigée, adressée par Bernard Faÿ à Renée Levassor.

BnF, Archives institutionnelles, (D54). Prévisions des dépenses pour la séance de 1944. 1944.

Le budget a été multiplié par plus de six entre les deux événements. Toutefois, la bibliothèque doit apparemment contribuer à l’achat des jouets, vraisemblablement à tarif préférentiel puisque Faÿ remercie Gabriel Cognacq pour sa générosité quelques jours plus tard12. Il est vraisemblable également que le coût des denrées et boissons se soit accru.

BnF, Archives institutionnelles, D54, Bernard Faÿ à Renée Levassor. 11 janvier 1944

D’après les informations fournies par l’administrateur, les animations de 1944 comprenaient la projection d’un film de Fernandel, des chansons, un spectacle de guignol et un prestidigitateur. Le film non cité est peut-être la comédie Simplet réalisée en 1942 par Fernandel, produite par la Continental :

Fernandel chantant “Simplet” (extrait du film Simplet, consulté sur dailymotion le 17/12/2020)

Travail, famille, patrie

Nous ignorons si les animations ont fait l’objet d’une sélection préalable du secrétariat d’État à la jeunesse mais dans la mesure où les récriminations de Faÿ portent sur la médiocrité du film et du magicien, l’ensemble des divertissements devait être conforme à l’idéologie vichyste. Le principal intérêt de la lettre est surtout de montrer l’importance que Faÿ accorde à cette « réunion familiale » et qu’il songe déjà au programme pour « une autre année ». L’attention qu’il porte au déroulement d’un tel événement en 1944 peut être à la fois comprise comme la marque d’une perte de pouvoir de l’administrateur et du report de l’exercice de son autorité sur des manifestations a priori plus futiles. Martine Poulain montre en effet comment Bernard Faÿ perd progressivement de l’influence dans les cercles du pouvoir entre 1940 et 1944 : le service des sociétés secrètes lui échappe à partir de 1942 et il échoue à prendre la tête d’une direction des bibliothèques de France qui ne sera créée qu’en 194513. Toutefois, l’intérêt manifesté par Faÿ pour cet événement ne se dément pas depuis 1940. L’arbre de Noël est en effet l’occasion d’atteindre plusieurs objectifs « à peu de frais » si on le rapporte au budget global annuel de l’établissement à cette époque qui avoisine les 38 millions de francs en 194314).

Une action de charité

Les arbres de Noël de la Bibliothèque s’inscrivent dans la tradition de ces fêtes de Noël pour les enfants déshérités. Organiser un arbre de Noël est un acte de charité en faveur des agents de la Bibliothèque et de leurs enfants les moins favorisés. Faÿ écrit ainsi en décembre 1940 dans une lettre à Pierre de Calan déjà citée : « J’aurais souhaité aider les familles de mes gardiens à mieux passer les fêtes de Noël. Beaucoup en effet sont durement éprouvées et presque toutes ont l’un des leurs prisonniers ou au chômage15 ». En effet, la plupart des Français vivent pendant l’Occupation dans une situation de pénurie alimentaire. « Restrictions et rationnement étaient également présentés comme des mesures de contrition, une sorte de rachat nécessaire à la société pour se faire pardonner ses errements passés16 ».  Pendant l’Occupation, le ravitaillement constitue un enjeu fort du régime de Vichy sur lequel il joue alors une partie de sa reconnaissance auprès de la population.  Le rationnement est mis en place en septembre 1940 avec l’institution de cartes d’alimentation. Des actes de charité comme celui de Bernard Faÿ, avec le soutien de personnalités philanthropes comme Pierre de Calan, Gabriel Cognacq ou Olga Spitzer17, relaient donc cette politique dans une sorte de compromission entre l’humanitaire et le politique18.

Une mise en avant de la personne de l’administrateur

C’est également l’occasion pour Bernard Faÿ de jouer une fois par an le rôle du bienfaiteur. En octobre 1942, Jacques Renoult, conservateur adjoint au secrétariat général, précise à Renée Levassor que l’administrateur « met cinq mille francs à votre disposition : c’est lui qui les donne19 ». Il fait d’ailleurs organiser une « réunion familiale » qui touche un personnel plus large le 1er avril 1943 avec animations et goûter. Ces fêtes sont l’occasion de créer, pour employer un terme anachronique, des moments de « cohésion ». Comme le maréchal Pétain pour la France, Faÿ se présente comme une figure paternelle pour la bibliothèque.

Une incarnation de l’idéologie vichyste

L’assistante sociale en charge de l’organisation de l’arbre de Noël est loin d’avoir toute liberté dans la programmation des animations : le secrétariat d’État à la Jeunesse sélectionne les artistes adéquats. Alors que la préparation des orangeades et des pâtisseries et l’accompagnement des enfants dans les farandoles sont laissés aux « dames » de la bibliothèque, les « messieurs », Chatelard au secrétariat d’État, Faÿ à la bibliothèque s’occupent de la programmation. L’arbre de Noël est ainsi l’occasion de célébrer la famille et le partage des rôles des pères et mères et d’offrir aux enfants, dès leur plus jeune âge, des divertissements « sains » tels que le défend la propagande vichyste20.

Conclusion

La tradition des arbres de Noël se perpétue à la bibliothèque après la Seconde Guerre mondiale. Elle connaît toutefois à la fin des années 1940 des interruptions par manque de moyens -pour les étrennes de 1949, les enfants de moins de quinze ans reçoivent sur inscription préalable de la laine et un sac de bonbons21 – avant de revenir dans les années 1950 dans un contexte politique et social évidemment différent, avec la fin des privations et l’arrivée d’un nouveau folklore, comme la figure du père Noël qui s’inspirent des traditions nord-américaines22. En 1952, Claude Levi Strauss écrit en effet : « Depuis trois ans environ, c’est-à-dire depuis que l’activité économique est redevenue à peu près normale, la célébration de Noël a pris en France une ampleur inconnue avant guerre23. Il serait peut-être intéressant de se pencher sur l’histoire de ces arbres de Noël dans d’autres institutions et plus largement sur la fête de Noël pendant l’Occupation afin de comprendre si le succès décrit par Claude Lévi-Strauss n’est pas le fruit d’une double influence, vichyste et nord-américaine.

BnF, Archives institutionnelles, D54, carton d’invitation pour l’arbre de Noël de 1946

 

  1. Nous remercions Morgan Corriou (Université Paris 8) et Lucie Fléjou (Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’École normale supérieure) pour leurs précieux conseils. []
  2. Il s’agit du fichier qui sert d’illustration pour le bandeau du carnet de recherche et dont une courte présentation est pour le moment disponible sur la page des crédits (https://arcbn2gm.hypotheses.org/credits). []
  3. https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/recherche/ir/rechercheGeneralisteResultat.action?formCaller=GENERALISTE&page=3&searchUdOnly=false&resultPerPage=45, consulté le 14/12/2020 []

  4. https://www.francetvinfo.fr/france/arbre-de-noel-a-l-elysee-retour-en-photos-sur-une-tradition-republicaine_485860.html []

  5. La requête effectuée dans Gallica produit malheureusement un peu de bruit et affiche notamment dans ses résultats quelques… sapins de Noël []
  6. Voir par exemple l’extrait d’une lettre pour l’organisation de l’arbre de Noël du Maréchal pour les enfants, 8 décembre 1941 (1J27) conservée aux archives municipales de Cannes (http://expos-historiques.cannes.com/a/2984/extrait-d-une-lettre-pour-l-organisation-de-l-arbre-de-nocl-du-marechal-pour-les-enfants-8-decembre-1941-1j27-/, consulté le 14/12/2020). []
  7. BnF, Archives institutionnelles, (D54). Bernard Faÿ à Pierre de Calan (membre du comité de direction du Secours national). 11 décembre 1940 []
  8. BnF, archives institutionnelles, D54, Renée Levassor à Monsieur et Madame Labergerie (secrétaire général de la Bibliothèque et son épouse). 8 janvier 1944 []
  9. BnF, archives institutionnelles, D54, arbre de Noël 1942, compte rendu de la réunion à monsieur l’administrateur général de la Bibliothèque nationale. []
  10. BnF, archives institutionnelles, D54, arbre de Noël 1942, compte rendu de la réunion à monsieur l’administrateur général de la Bibliothèque nationale. []
  11. Sara Iglesias, Musicologie et Occupation. Science, musique et politique dans la France des “années noires”, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 2014, 454 p. []
  12. BnF, archives institutionnelles, D54, Bernard Faÿ à Gabriel Cognacq, 11 janvier 1944. []
  13. Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2013. []
  14. La réunion des bibliothèques nationales pendant les années 1943 et 1944, 1946 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4976184/f17.item []
  15. BnF, archives institutionnelles, D54, Bernard Faÿ à Pierre de Calan (membre du comité de direction du Secours national). 11 décembre 1940 []
  16. Fabrice Grenard, « Les implications politiques du ravitaillement en France sous l’Occupation », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2007/2 (no 94), p. 199-215. DOI : 10.3917/ving.094.0199. URL : https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2007-2-page-199.htm, consulté le 17/12/2020). []
  17. BnF, archives institutionnelles, D54, Bernard Faÿ à Mademoiselle Spitzer. 11 décembre 1940 []
  18. Jean Pierre Le Crom, « Conclusion », Au secours, Maréchal ! L’instrumentalisation de l’humanitaire (1940-1944), sous la direction de Le Crom Jean-Pierre. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Hors collection », 2013, p. 319-328. URL : https://www.cairn.info/au-secours-marechal–9782130619383-page-319.htm, consulté le 17/12/2020). []
  19. BnF, archives institutionnelles, D54, note à Mademoiselle Levassor. 9 octobre 1942 []
  20. Pierre Giolitto, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin, 1991. []
  21. BnF, archives institutionnelles, D54, Service social, note. Objet : Colis de Jour de l’An. Sans date [1949] []
  22. Pinçon-Charlot Monique. Perrot Martyne, Ethnologie de Noël. Une fête paradoxale, dans Revue française de sociologie, 2001, 42-4. pp. 781-782. www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_2001_num_42_4_5409, consulté le 14/12/2020 []
  23. Claude Lévi-Strauss, « Le père Noël supplicié », dans Les Temps Modernes, n°77, 1952, p. 1572-1590, http://classiques.uqac.ca/classiques/levi_strauss_claude/pere_noel_supplicie/pere_noel_supplicie_texte.html, consulté le 14/12/2020 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.