Liberation Literature Lecture : Nouvelles interprétations de l’art dans la France occupée, Laurence Bertrand Dorléac.

La Liberation Literature Lecture est un événement annuel organisé par les bibliothèques de l’Université de Cambridge, sur le thème de la vie politique, culturelle et artistique des pays sous occupation ou en émergence. Le thème de la conférence est inspiré de la Collection Chadwyck-Healey Liberation, qui comprend quelque 3000 livres et brochures publiés en France entre août 1944 et fin 1946. Cette collection montre comment les Français occupés ont utilisé l’imprimé pour exprimer leur expérience sous les nazis. Nous nous permettons de la relayer ici.

La session 2021 accueillera Laurence Bertrand Dorléac, Professeure à Sciences Po Paris, pour une conférence sur le thème « Pourquoi l’histoire change: Nouvelles interprétations de l’art dans la France occupée ».

Elle se déroulera le 27 avril de 19h à 20h et sera suivie d’une séance de questions / réponses avec Nicholas White, professeur de littérature et de culture françaises à l’université de Cambridge. Une inscription en ligne est requise.

Pourquoi l’histoire change: Nouvelles interprétations de l’art dans la France occupée  

Si les faits du passé demeurent les mêmes, leur histoire est soumise à toutes sortes de variations liées aux sources plus ou moins visibles et accessibles mais aussi aux sensibilités et aux mentalités qui changent. Ainsi, depuis la soutenance de notre thèse de doctorat en 1984 sur l’art et le monde de l’art pendant la Seconde Guerre mondiale en France, la plupart des témoins ont disparu, des sources alors interdites ne le sont plus, notre intérêt pour certains sujets s’est accru, d’autres objets dignes d’attention le sont moins aujourd’hui.

Alors que nous avions étudié dans un premier temps les sources disponibles, nous avons privilégié la part émergée de l’iceberg : la vie artistique officielle, la censure, l’antisémitisme, la collaboration culturelle, le programme gouvernemental de Vichy, la politique de l’occupant nazi.

Lorsque nous avons retravaillé sur la période plus de vingt ans plus tard, à l’occasion de l’exposition L’art en guerre (au Musée d’art moderne de la ville de Paris et au Musée Guggenheim), les sources nouvelles émergeaient et notre attention s’orientait impérieusement vers les zones clandestines et souterraines de l’histoire. La place des femmes était tout à coup plus importante, la résistante dans l’art et par l’art devenaient centrales.

À travers nos recherches, nos textes et nos expositions, nous montrerons de quelle façon l’histoire est une science humaine et sociale profondément soumise au régime d’historicité des humains.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.