Traiter sans dénaturer : quelle approche archivistique pour le fonds « TK » ?

Dans le cadre du plan quadriennal de recherche 2020-2023 de la Bibliothèque nationale de France, la mission pour la Gestion de la production documentaire et des archives (ARC) a démarré en 2020 un projet intitulé « la Bibliothèque nationale sous l’Occupation », avec le département des Cartes et plans ainsi que le soutien des Archives nationales et de l’Institut national d’histoire de l’art. Ce projet a pour objectif la description et l’étude des archives de l’établissement portant sur le fonctionnement administratif de la Bibliothèque nationale et l’enrichissement des collections (dons, échanges, acquisitions) de l’arrivée de Bernard Faÿ, le 6 août 1940, au retour effectif de Julien Cain le 1er octobre 1945.

Une première étape du projet touche aujourd’hui à sa fin, à savoir le repérage des documents afférents à la période de l’Occupation au sein de la série A (« Généralités ») du fonds des archives du secrétariat général de la Bibliothèque. Si ce premier pas a été l’occasion de révéler la richesse des archives disponibles, il soulève également d’importantes questions méthodologiques sur la façon de décrire ces fonds.

Les archives institutionnelles de la Bibliothèque nationale de France

Les archives existantes

Institution ancienne, marquée par de multiples réorganisations administratives, la Bibliothèque nationale a produit un grand nombre d’archives tout au long de son existence. La majorité des archives centrales sont conservées à la mission ARC ou, pour la plupart des documents antérieurs au XXe siècle, au département des Manuscrits. En fonction des nécessités de service, les départements peuvent également conserver leurs propres archives.

La mission ARC a la charge d’environ 7 km d’archives très variées, issus de versements internes ou de structures intégrées à la Bibliothèque à différentes périodes (comme les archives de de l’association La Joie par les Livres). Elle conserve notamment les archives centrales produites par le secrétariat général ou l’administration générale et réparties en trois fonds : fonds ancien (1720-1950), fonds Mortreuil  (de la fin du XIXe siècle aux années 1930) et fonds dit « TK » ou « Thérèse Kleindienst » (de 1943 à 1984). Ce dernier fonds est au cœur du projet de recherche.

Il tire son nom de Thérèse Kleindienst, recrutée en 1943 comme archiviste auprès du secrétariat général de la Bibliothèque. Après une courte formation auprès de Charles Braibant, elle met en place un plan de classement inspiré de celui des archives de la Marine, divisé en sept grandes séries : A (Généralités), B (Finances), C (Immeuble et matériel), D (Personnel), E (Collections), F (Relations extérieures diverses), G (Coopération entre les bibliothèques) ainsi qu’un fichier qui constitue la principale clé d’accès pour retrouver les documents.

D’autres fonds, conservés à la mission, dans d’autres départements de la Bibliothèque nationale ou aux Archives nationales ont également trait au fonctionnement de l’institution à cette période, à l’instar de la correspondance du secrétariat général (1932-1990) conservée  aux Archives nationales sous la cote 19970352.

Le projet de recherche

L’objectif du projet de recherche est, à terme, d’inventorier dans le respect des principes archivistiques toutes les archives concernant la période de la Seconde Guerre mondiale. La série A du fonds TK, a priori la plus riche pour la période d’étude, a été désignée comme premier terrain de recherche.

Ce fonds est actuellement accessible par deux supports : des fiches thématiques et le plan de classement.

-Si les fiches1 permettent de procéder à des recherches dans ce fonds, les nombreux renvois et le niveau de précision trop grand des entrées (en l’absence de description du contenu réel des archives) ne permettent pas leur utilisation directe pour le projet.

-Le plan de classement méthodique, datant de 1984, donne au contraire une vision d’ensemble des thèmes abordés mais ne permet pas de connaître les informations contenues dans les archives.  Il convient d’insister sur le fait que ce plan de classement a fait d’office d’inventaire pour les archives de la bibliothèque auprès du public pendant plus de vingt ans. En outre, des incohérences internes au plan de classement ainsi que le déclassement du fonds, probablement fruit de l’évolution des pratiques des classements et des manipulations successives, l’ont rendu malaisé à appréhender.

Afin de pallier ces difficultés et de nous assurer qu’aucun document utile au projet de recherche ne soit oublié, nous avons décidé de procéder à un repérage systématique des documents concernant la période de la Seconde guerre mondiale, en dépouillant intégralement la série A, qui se compose de 310 unités matérielles (boîtes, pochettes ou classeur) représentant environ 41 ml. Cette analyse, bien que chronophage, a permis de connaître précisément la teneur des documents conservés et de circonscrire les problèmes du classement actuel.

État de la série A

Un désordre généralisé

  • Une logique de classement qui interroge

Le plan de classement qui constitue le point d’entrée dans les archives du secrétariat indique une ampleur de 1943 à 1984, dates extrêmes correspondant d’une part à l’arrivée de Thérèse Kleindienst au secrétariat général comme archiviste et d’autre part à son départ à la retraite du poste de secrétaire général de la Bibliothèque. Cependant il y a un écart entre les bornes chronologiques annoncées et la réalité des archives conservées. Thérèse Kleindienst alogiquement pris en charge des archives antérieures à la date de sa prise de poste, remontant parfois jusqu’au XIXe siècle. On peut ainsi lire dans le rapport d’activité : « Depuis la fin de 1943, le service des archives est l’objet d’une réorganisation destinée, par l’amélioration du classement des documents nouveaux (application de la méthode de M. Charles Braibant) et par le remembrement des fonds anciens, à rendre le travail administratif plus sûr et plus efficient2 ». Une partie des documents que renferme la série A sont donc antérieurs à 1943, sans que cela ne soit spécifié.

La cote A218 concerne ainsi des documents afférents à la Première Guerre mondiale, notamment les correspondances avec le ministère de la Guerre et les employés mobilisés3. D’autres cotes témoignent d’un même écart entre les dates de leur contenu et la plage chronologique annoncée dans le plan de classement :

-A16, cote relative aux conseils d’administration, elle renferme des documents de 1928 à 1977, et des supports juridiques officiels remontant à 1900,

-A74, cote relative aux rapports d’activités, remontant à 1876,

-A82, cote relative aux comités consultatifs depuis 1930,

-A93, cote semblant se rapporter de façon assez large au département des Imprimés, remontant à 1912 avec de nombreuses pièces des années 1930,

-A107, cote concernant également le département des Imprimés, à partir de 1934,

-A110, cote relative à la salle des catalogues et aux échanges internationaux, elle comporte des archives remontant à 1924, dont beaucoup datées des années 1930.

Ces exemples ne concernent pas directement la période qui nous intéresse – même s’ils peuvent être importants pour ses prémisses. Ils témoignent néanmoins des limites du plan de classement d’un point de vue chronologique et des problèmes d’orientation que peut rencontrer le chercheur.

Une autre difficulté soulevée par le dépouillement relève des choix de classement. Beaucoup de documents regroupés dans la série A semblent avoir leur place au sein d’autres séries, même si des archives peuvent parfois relever de plusieurs sections4. La série D accueille normalement les dossiers relatifs aux questions de personnel mais ces questions se retrouvent fréquemment dans les dossiers de la série A, par exemple en A68 (services administratifs, personnel). De même les listes des œuvres déplacées lors de l’évacuation des collections ont leur place dans la cote afférente à la guerre dans la série A mais également dans la série E consacrée à la gestion des collections. Ce type d’incertitude est l’objet d’arbitrage en début de classement, afin que les archives d’un même sujet se trouvent en un seul lieu d’archivage. Il semble néanmoins que le cadre de classement n’ait pas toujours été respecté, notamment en ce qui concerne le personnel (série D), la comptabilité (série B), et les bâtiments (série C). Certains sujets ou affaires se retrouvent ainsi éclatés.

  • Des boîtes en désordre

Le dépouillement mené entre octobre et décembre 2020 a également permis de constater des désordres flagrants au sein de certaines cotes. Les exemples les plus flagrants sont les boîtes cotées A63 et A93. Leurs thématiques plutôt vagues (respectivement « organisation du travail » et « département des Imprimés »), ont donné lieu au regroupement de nombreux documents. La cote A93 représente ainsi dix boîtes soit 1 ml (alors qu’une cote représente le plus souvent deux à trois boîtes ou 0,3 ml). Le caractère très général des intitulés a probablement entraîné un regroupement un peu anarchique des archives, et il est par conséquent difficile d’effectuer des recherches sur ces ensembles.

De la même façon, des cotes sont mélangées entre elles dans les boîtes qui regroupent plusieurs cotes (à l’instar des boîtes qui regroupent les cotes A191-A197 et A186-A190). Ce conditionnement se justifie lorsqu’une cote correspond par exemple à une simple pochette mais il arrive que certaines cotes volumineuses soient éclatées de la même façon, parfois deux ou trois cotes plus loin. Ainsi les cotes A76 et A75 ont chacune « leur » boîte, mais sont également présentes dans une boîte de rassemblement A75-A795. Cet éclatement physique des cotes complique leur communication aux usagers et engendre un déclassement qui va croissant.

La cote A84 et la boîte Série A divers regroupent quant à elles des documents qui n’ont jamais été classés (absence de cote ou de tampon de classement). En témoigne l’étonnante mention Gabegie6 sur les pochettes renfermant les documents de la cote A84, référencée dans le plan de classement par la seule mention « historique ». Il s’agit manifestement d’un reliquat de documents qui n’ont jamais été répartis dans les rubriques adéquates du plan de classement. La mise à part de ces documents (par une description élusive ou une absence de renvoi à une cote), les rendant peu accessible pour les chercheurs, pose question. Certaines de ces archives concernent en effet des sujets sensibles, comme la Seconde Guerre mondiale, des gestions de budgets contestables ou les conflits juridiques de l’institution. Plusieurs hypothèses sont possibles : une volonté de « cacher » ces informations (peu probable dans la mesure où les archives du secrétariat général n’ont guère été communiquées avant le milieu des années 2000), la nécessité de garder certains sujets en archives courantes (ce qui a empêché leur classement), ou la suspension du classement en raison de litiges d’interprétations sur le cadre de classement.

Le dépouillement a également permis de repérer des erreurs plus classiques de classement. On trouve ainsi des documents ou des dossiers qui ne correspondent pas à la cote dans laquelle ils sont rangés : soit le sujet du document ne correspond pas à la thématique de la cote, soit le document est coté mais mal classé. Toutefois, dans la mesure où les documents n’ont pas été systématiquement cotés matériellement à la pièce, ces anomalies peuvent être difficiles à repérer. On trouve ainsi en A27 (Administration générale) des échanges avec le docteur Hermann Fuchs, responsable de la Bibliotheksschutz. Ces documents devraient normalement être classés dans les rubriques relatives aux relations avec les autorités d’occupation (en A19 (relations avec les autorités d’occupation, renseignement), A40 (relations avec les autorités d’occupation, rapports périodiques) ou A42 (relations avec les autorités d’occupation, correspondance générale)).

Autre exemple, les cotes A35 (bibliothèque administrative) et A36 (centre de documentation) sont complètement confondues. La cote A36 pourtant créée pour accueillir les documents relatifs au Centre de documentation n’en renferme aucun, ces derniers étant en A41, cote sur la même thématique. Cette cote répartie sur neuf boîtes et représentant 1 ml, contient cependant une boîte hors sujet, avec des documents relatifs à la création du département de la Musique, aux relations avec les autorités d’occupation, aux mesures de défense passive ainsi que des réponses à des questionnaires classés en A44 (Guerre 39-44 généralités).

 On observe également des erreurs de classement plus ponctuelles, sur quelques pièces :

-Des documents relatifs à la sécurité intérieure classés en A51 (période de guerre) aurait davantage leur place en en A49 (surveillance générale),

-Des documents relatifs au service du personnel classés en A66 (service photographique) devraient être classés en A68 (services administratifs, personnel),

-Les dossiers cotés A94 (sur la guerre) et A96 (sur le secrétariat technique) ont leur contenu inversé,

-La cote A102 sur la sécurité renferme des documents sur le schéma directeur qui seraient à leur place en A230 (schéma directeur informatique).

Les incohérences du plan de classement

  • Cotes manquantes

Vingt-deux cotes sont manquantes dans le plan de classement, dont dix d’entre elles7 n’existent pas physiquement. Il s’agit peut-être de cotes laissées en réserve. En revanche douze autres cotes8 correspondent à des archives existantes, allant du simple dossier à seize boîtes pour la cote A111. Les cotes n’étant pas renseignées dans le plan de classement, impossible pour les usagers de savoir qu’elles existent, et donc de les consulter. Les sujets abordés par ces différentes cotes « cachées » sont très divers, allant des données statistiques aux rapports mensuels de certains départements, et couvrent la période 1930-1984. Certains documents concernent la période de l’Occupation.

Nous ignorons les raisons de ces oublis mais ce décalage constaté sur la série A entre l’outil de description public (très succinct) et les documents physiquement présents nous conduira à entreprendre une comparaison systématique lorsque les autres séries (B, C, E, F, G) seront traitées.

À l’inverse, treize cotes9 figurant dans le plan de classement manquent en place. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer cette absence : pertes liées à des déménagements, « ouverture » de cote en prévision de versements finalement non effectués. Il existe encore un cas un peu annexe : celui de cotes10 renvoyant à des dossiers présents mais vides. La plupart font doublons avec d’autres entrées du plan de classement.

  • Éclatement des thématiques

La mise en place d’un plan de classement entraîne nécessairement le classement de certains sujets ou affaires entre différentes rubriques. Ainsi, le service social est indiqué en A90 dans le plan de classement, mais est également présent en A80 (service technique) et A91 (comité social). Cet éclatement n’est pas problématique si le plan de classement signale précisément les archives (avec une description précise du sujet et des types de documents rassemblés sous un même intitulé), et si cette dispersion n’est pas tentaculaire. Le centre d’histoire contemporaine est renseigné dans le plan de classement en A48 (historique) et A124 (fonctionnement général), mais de nombreuses archives s’y rapportant sont présentes en A26 (rapports généraux) et A73 (avec la recension des archives maçonniques).

La dispersion des archives s’accroît de surcroît lorsque l’on s’intéresse à une thématique générale, le système de classement ayant été pensé pour une utilisation technique et interne par l’administration. Les archives des relations avec les autorités d’occupation sont ainsi présentes en A19, A40, A42 selon le plan de classement, mais également en A76, A84, A96, A102, A140 et A142. De même pour les dépôts de replis, il faut jongler entre les cotes A1 (Castelnau-Bretenoux), A8 (Ussé), A18 (voyages d’inspections), A21 (dépôt en banque), A52 (prospection des dépôts), A62 (Luceau), A69 (dépôts de replis). L’éclatement le plus important est sans doute celui du service de sécurité, qui totalise sept cotes (A13 (police), A49 (discipline générale), A75 (service de sécurité), A79 (services administratifs), A102 (surveillance générale), A140 (sécurité Bibliothèque du conservatoire) et A142 (sécurité générale)).

Le plan de classement proposé au public depuis 1984 trouve donc rapidement ses limites dans le cadre d’une recherche historique comme celle du présent projet de recherche autour de la période d’Occupation. Si la guerre apparaît via la rubrique « HISTORIQUE – période de guerre », la consultation des cotes qui s’y rapportent déçoit. La majorité des archives se rapportant à cette période est en réalité répartie selon d’autres logiques (typologie, département concerné, fonction, service producteur…). On pense par exemple aux rapports mensuels des départements (notamment la cote A25 « Département des estampes ») qui évoquent le rapatriement des collections et les contraintes dues à la guerre. Ceux de la bibliothèque de l’Arsenal (A84) sont également précieux pour comprendre les incidents engendrés par la libération de Paris. La cote A39 « administration générale » contient également des archives sur la période de l’Occupation, dont l’application des listes Otto, la suspension de Raphael Labergerie ou la mise en place d’un service de surveillance des employés. La cote A85 (service technique) renferme quant à elle un dossier sur les déportés, ainsi que des ordres de mission pour la saisie des documents maçonniques. En soi, ce classement n’est pas illogique. En pleine Occupation, ces documents relevaient du fonctionnement normal des services, et c’est notre vision rétrospective qui isole ces informations en rapport avec la période. La recherche en est cependant d’autant compliquée.

Soulignons néanmoins que certains choix de cotation semblent incohérents, notamment lorsqu’ils rassemblent des thématiques très différentes. La cote A108 regroupe par exemple les notes internes du département des Cartes et plans ainsi que les rapports mensuels du département des Entrées alors que ce dernier a sa propre cote en A143.

  • Erreurs et approximations de description

Les intitulés des rubriques du plan de classement sont parfois erronés. Les cotes A151 et A154 ont ainsi des descriptions inversées, la première se rapportant à la Réserve du département des Imprimés et la seconde à la division orientale du département des Manuscrits, contrairement à ce qui est inscrit dans le plan de classement. Les cotes A152 et A153 (respectivement sur les publications officielles et le catalogue général) sont inversées de la même façon. Autre exemple, la cote A19 sur la période de guerre et les rapports généraux, ne comporte que des documents sur la guerre. Les rapports généraux sont classés en A22.

Par ailleurs, certains intitulés sont trop partiels et oblitèrent une partie des archives. La cote A76 est intitulée « protection des collections en place pendant la guerre », mais contient également les archives du personnel relatives au conflit armé (formulaire sur le lieu de repli des employés, renseignements du statut militaire, et ordre de retour). La cote A96 concernant le « secrétariat technique 1940-1945 » renferme également de nombreux échanges sur les archives du Grand Orient. Ce secrétariat a en effet été créé par Bernard Faÿ afin « d’assumer au jour le jour les tâches qui sont de la compétence de Bibliothèque Nationale, mais qui, sortant du cadre de ses attributions régulières, ne peuvent être confiées au personnel des Départements11. La cote A155, censée se limiter au rapport préliminaire de juillet 1984, comporte des documents allant de 1947 à 1977 sur la situation globale de la bibliothèque. La cote A11 « document de principe », renferme quant à elle beaucoup de notes de service sur la protection des collections.

Un bilan en demi-teinte

Un ensemble malaisé à décrire et à communiquer

Un double constat s’impose. En l’état, la série A est à la fois inexploitée et inexploitable. Inexploitée, car de nombreux documents sont invisibles, à cause d’une description trop vague, erronée ou inexistante. Inexploitable, car le déclassement global rend difficiles les recherches dans le fonds.

Pour le moment, ce sont les recherches menées par les archivistes qui pallient ces manques. En effet, leur pratique régulière du fonds et le recours au fichier alphabétique leur permet d’orienter au mieux les usagers suivant leurs besoins. Cette situation nécessite néanmoins que les chercheurs s’adressent directement aux archivistes, et que ces derniers sélectionnent dans des boîtes en désordre les archives en relation avec la demande. Ce mode de fonctionnement est à l’origine d’un cercle vicieux : les archivistes perdent du temps en recherche, temps qui manque pour le traitement des fonds. Ce fonctionnement présente en outre le double problème d’un risque de perte de connaissance en cas de changement de personnel et d’un tuilage particulièrement fastidieux à toute nouvelle prise de poste. Il convient également d’ajouter que la dépendance actuelle du chercheur à l’archiviste peut susciter des biais involontaires dans les résultats de la recherche.

Aux origines du TK

Il convient de s’interroger sur les raisons de l’état actuel de la série A. Tout d’abord, le fonds est tributaire de la logique inhérente à sa création et à l’époque de cette dernière. Le rôle de ces archives a évolué : d’outils courants, ces documents sont devenus des supports de mémoire et la matière première de travaux historiques. Or le classement initial n’a pas été pensé pour la recherche. L’éclatement des fonds est le résultat de l’application d’une pensée par taxinomie et non par thématique. En outre, la perception de la Seconde Guerre mondiale que nous avons aujourd’hui (qui englobe à la fois les combats, la défense, ainsi que la vie de « l’arrière ») n’était évidemment pas la même pour les individus qui l’ont vécue. Cet écart explique que les dossiers thématiques sur la guerre puissent sembler décevants et que les archives qui nous paraissent liées sont dispersées.

Par ailleurs, le fonds est tributaire des conditions de son enrichissement et de ses consultations régulières. Le système de classement et de cotation mis en place en 1943 par Thérèse Kleindienst a perduré jusqu’en 1984. Cela explique les écarts quant à l’arbitrage de l’appartenance des documents à une cote ou à une autre. La succession des agents ayant traité le fonds, sans support ou guide initial (le seul plan de classement écrit que nous connaissons date de 1984) a surajouté des logiques différentes à son appréhension.

Il faut enfin prendre en considération les conditions de conservation (la répartition des fonds sur plusieurs locaux à Richelieu et Versailles ainsi que les déménagements) qui ont compliqué la tâche de classement, ainsi que les communications. Les consultations sont également un facteur potentiel de déclassement.

Richesse et variété des documents

L’absence d’un véritable traitement archivistique de la série A a paradoxalement permis de préserver sa diversité et rappelle, toutes proportions gardées, l’expression de « fossile archivistique » employée à l’égard des archives du ministère de l’Intérieur restituées par la Russie à partir des années 199012.

D’une part, il a permis de maintenir la logique des acteurs apparente. Les choix de classement, de terminologie ou de sélection des documents sont en effet révélateurs de l’archiviste à leur origine, mais aussi plus globalement des conceptions de l’époque. La mise en exergue de certaines thématiques, comme la sécurité, ou la logique de partition par département sont riches d’enseignement pour le chercheur actuel et devraient également permettre, au terme du projet, de lever le doute sur d’éventuelles dissimulations.

D’autre part, le relatif abandon de la série a permis la conservation d’une étonnante diversité de supports et de documents : formulaires officiels vierges, brouillons des rapports d’activités, photographies d’inaugurations et de fonctionnement des services, fiches d’inventaires des collections conservées dans les dépôts de replis, prospectus de masque à gaz, journaux officiels, revues, affiches exposées en salles de lectures, notes internes des plus sérieuses aux plus insolites, télégrammes, plans de la répartition téléphonique,Ausweiss, bons de rationnements… autant d’exemples de la richesse des sources disponibles. Outre l’intérêt curieux de l’amateur, ces documents sont une manne pour la recherche. À qui veut bien s’y plonger, la série A recèle des sources de première main et un panorama fidèle des époques que l’institution a traversées.

La présence de ces documents ouvre ainsi de nombreuses pistes de recherche. Beaucoup de notes de service et les différents états des rapports d’activité (dont les brouillons qui comportent les annotations des directeurs) dessinent en négatif la politique de gestion de la « maison » par les administrateurs généraux, et notamment de Bernard Faÿ. Les formulaires de la situation militaire des agents, de l’organisation des évacuations, les déclarations de l’appartenance à des sociétés secrètes ou à la religion juive dessinent, de même, la façon dont la politique nationale en temps de guerre puis d’occupation a été appliquée au sein d’une institution publique.

Questions méthodologiques

Le fragile équilibre entre respect du fonds et nécessité de clarté

Le temps du constat étant achevé, il s’agit maintenant de décider des actions à mener sur la série A. Seules 129 boîtes, sur les 309 que contient la série, concernent la période du projet de recherche. Les actions seront donc uniquement portées sur cet ensemble, bien que le dépouillement effectué soit dorénavant une base solide à la compréhension de l’ensemble de la série.

Pour les archives concernées, l’objectif est d’inventorier selon les principes archivistiques actuels tout ce qui concerne la période de la Seconde Guerre mondiale. Ce travail de signalement doit s’accompagner de reclassement si besoin et de la mise en place de mesures de conservation préventive afin d’assurer la pérennité des collections. Ces actions sont néanmoins à mener dans le respect des choix archivistiques de l’époque, ce qui implique un respect du fonds et du principe de provenance. Elles doivent également prendre en compte la communication potentielle des archives. De fait, le respect du fonds se heurte aux problèmes manifestes de déclassement et à sa description trop lacunaire. Un équilibre est donc à trouver.

Solutions envisagées

Compte tenu de ces impératifs, une description précise des archives semble être le moyen le plus efficace de pallier les difficultés actuelles. La description sera normalement effectuée au niveau du dossier avec la mention de la cote du plan de classement. De cette manière ce travail permettra de maintenir apparent les choix de classement initiaux. Les documents spécifiques tels que les photographies, qui font une partie de la richesse de cet ensemble, seront également mentionnés. L’instrument de recherche sera publié dans le catalogue BnF archives et manuscrits.

Étant donné le bon état global des archives du secrétariat général, seules des actions ponctuelles de conservation préventive seront entreprises : retrait des pièces en métal, remplacement des pochettes endommagées, conditionnement adapté pour les types particuliers de documents (photographies, Ausweiss…). En fonction du niveau d’intervention sur une boîte (description complète ou partielle selon les documents présents concernant la période du projet), celle-ci pourra être remplacée par une boîte adaptée à la conservation définitive (de type polypropylène).

La principale difficulté sera d’ajuster en permanence les modalités de description et de traitement en raison du niveau de déclassement que nous avons détaillé. Il conviendra d’arbitrer, au cas par cas, en documentant chaque choix, s’il convient de revenir sur telle ou telle erreur de classement ou de cotation, et sur ce qu’il convient de faire pour les nombreux doublons.

Le problème reste encore entier concernant la cote A84 et la boîte « A divers ». Faut-il réintégrer ces documents dans les différentes cotes ou maintenir en place ces erreurs de classement ? Ces dernières sont parlantes, mais empêcheront sans doute les chercheurs d’accéder à ces archives.

Conclusion

Le dépouillement manuel des 309 boîtes qui composent la série A, particulièrement chronophage, a été achevé en décembre 2020. Il a permis une entrée en matière efficace pour comprendre le fonds dans son ensemble, mais également de révéler la richesse des archives conservées, de connaître plus précisément leur contenu et enfin de circonscrire les incohérences du classement actuel.

Ce premier terrain de recherche ouvre de prime la double focale du projet, à savoir éclairer l’histoire de la Bibliothèque nationale sous l’Occupation, mais aussi la façon dont cette histoire a été traitée au sein même de l’institution. Le soupçon de la destruction/dispersion volontaire des archives afférentes à la guerre reste à éclaircir, notamment au regard de la désorganisation progressive du fonds au fil de son histoire.

Ainsi « à travers ces exemples, on voit comment des problèmes qu’on pourrait qualifier de techniques, puisqu’il est d’abord question de description archivistique, s’inscrivent dans des enjeux institutionnels beaucoup plus larges13 ».

Notes

  1. Elles ont été reprographiées en 2019 pour garantir l’accès au fonds. Elles ne sont pas toutes librement communicables dans la mesure où le fichier a été alimenté au moins jusqu’en 1984 et contient  des informations susceptibles de porter atteinte à la protection de la vie privée (pour lesquelles le code du patrimoine prévoit un délai de communicabilité de cinquante ans). []
  2. LARAN J. (dir.), Rapport sur la réunion des Bibliothèques nationales pendant les années 1943 et 1944 présenté à M. le ministre de l’Education nationale, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.63. []
  3. Une autre partie des archives sur le sujet se trouve dans le fonds dénommé Mortreuil. []
  4. En outre, lors de la création d’un nouveau dossier d’affaire, la personne en charge du classement initial ne peut pas savoir « a priori » quels seront les développements de celle-ci. []
  5. Sur le même modèle : A22 (éclatée entre deux boîtes de rassemblement A19-22 et A22-23), A105 (une boîte propre et un dossier dans la boîte A104-A106), A112 (une boîte propre et un dossier dans la boîte A112-A123), A122 (une boîte propre et un dossier dans la boîte A112-A123), A123 (quatre boîtes propres et un dossier dans la boîte A112-A123), A129 (dix boîtes propres et un dossier dans la boîte A124-A130), A163 (deux boîtes propres et un dossier dans la boîte A158-A163), etc. []
  6. Titre du dossier daté de l’époque du « classement ». []
  7. Ce sont les cotes : A2, A5, A24, A30, A54, A127, A131, A146, A161, A166, A219. []
  8. Ce sont les cotes : 2 (Bibliothèque Mazarine), 17 (section permanente du Conseil d’administration), 47 (conseil administration 1943-1944), 55 (sécurité intérieure), 100 (échanges avec la bibliothèque de l’Arsenal 1963-1974), 109 (statistiques générales), 111 (rapports mensuels et annuels du département des entrées 1944-1978), 133 (sécurité sociale, un seul document), 138 (rapports de l’atelier de reliure), 177 (dossier maison Jean Vilar), 180 (annexe de Versailles ), 186 (organisation du travail 1977). []
  9. Il s’agit des cotes : A58, A59, A60, A67, A81, A80, A116, A117 (celle-ci est sans doute une erreur avec la cote « en trop » A177), A126, A204, A205, A206, A235. []
  10. Il s’agit des cotes : A207, A209, A211, A214, A216, A217. []
  11. FAY B. (dir.), Rapport présenté au Maréchal de France, chef de l’Etat, sur la réorganisation et le fonctionnement de la réunion des Bibliothèques nationales de Paris de 1940 à 1943, Paris, Bibliothèque nationale, p.143. []
  12. Devaux Dominique. Les archives de la direction de la Sûreté rapatriées de Russie. In: La Gazette des archives, n°176, 1997, p. 83. []
  13. Anne Leblay Kinoshita, «Des pois, des rossignols et des livres : à la découverte des archives de la BnF », 2020, [en ligne]  https://histoirelivre.hypotheses.org/6330 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.