Le dépôt de repli du château d’Ussé

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Bibliothèque nationale prend des mesures de protection pour ses collections. Les pièces les plus précieuses sont entreposées dans les coffres de plusieurs banques ou envoyées dans des dépôts de replis. Outre le dépôt de Castelnau-Bretenoux, que nous avons déjà évoqué, des fonds sont conservés à Luceau (demeure de Bernard Faÿ), à Valencay, ainsi qu’au château d’Ussé. Ce dernier accueille une grande partie des collections.

Dès septembre 1939, ce ne sont pas moins de 1239 caisses qui prennent la route pour l’Indre-et-Loire1. Par la suite, différents mouvements vont accroître cet ensemble déjà conséquent, qui culmine à un peu plus de 1600 caisses en mars 1940. En 1944, une partie des caisses de Castelnau-Bretenoux y est rapatriée. De surcroît, le dépôt d’Ussé est également utilisé pour entreposer les collections d’autres institutions, à l’instar du Sénat.

Les trois principales zones d’entreposage au sein du château sont le donjon, la galerie centrale et la chapelle. Les photographies ci-dessous sont éloquentes de l’importance du dépôt.

BnF, Archives institutionnelles, (C1645). Photographie du dépôt d’Ussé . 1945.
BnF, Archives institutionnelles, (C1645). Photographie du dépôt d’Ussé . 1945.

Afin de s’assurer une complète sécurité et en raison du classement du château en tant que monument historique, l’architecte des monuments historiques Pierre Berne  est mandaté pour déterminer les charges maximales supportables par la voûte du donjon. Mais si la charpente permet l’entreposage d’un grand nombre de caisses, l’engorgement du lieu doublé de son humidité soulève des problèmes de conservation, nécessitant l’installation de déshydrateurs.

Un grand nombre de dispositifs incendie sont également déployés, en raison des risques de bombardements. On peut discerner sur la première photographie un extincteur à côté des caisses. L’amélioration de la prévention des feux est un souci constant pour les responsables du dépôt. Ce souci s’égrène durant toute la période au sein de la correspondance avec la maison mère. Si la situation en pleine campagne constitue un avantage pour l’éloignement des combats, elle présente également des inconvénients. Les premières casernes de pompiers, à Azay-le-Rideau et à Chinon, sont à plus de dix kilomètres du château. Pour cette raison, un pompier de la Bibliothèque nationale, Marcel Brunet, est dépêché sur place en juillet 1944 dans le contexte de la Libération. Néanmoins, sans matériel efficace cette mesure est dérisoire. Une moto-pompe est bien présente sur les lieux, mais faute de tuyaux assez longs pour rejoindre la rivière et de carburant pour faire fonctionner suffisamment longtemps l’engin, les chances d’éteindre un incendie important restent maigres.

Bnf, Archives institutionnelles, (dossier du personnel de Marcel Brunet). Carte de travail, 17 juin 1944.
BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 1)). Lettre de mission. 22 juillet 1944.
BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 4)). Lettre de Pierre Berne à Bernard Faÿ. 24 avril 1939.

Les spécificités du domaine vont de surcroît poser problème en raison des réquisitions. Après un premier ensemble de démarches destinés à éviter une réquisition du bois du domaine, précieux pour le chauffage des dépôts, Bernard Faÿ et Pierre de Blacas d’Aulps de La Baume-Pluvinel, comte de Blacas, propriétaire du château, multiplient les demandes auprès des autorités allemandes et françaises afin d’éviter une réquisition des caves du domaine. Cette décision reviendrait en effet à faire du lieu une potentielle cible :

(…) il serait question d’une réquisition des caves creusées dans le coteau, tout le long du village et jusque sous ma propre enceinte (certaines galeries passent dans le roc pas loin de sous la grande chapelle). Je vais en parler au préfet, en lui demandant de faire son possible pour écarter cette menace dont vous sentez la gravité, notamment celle d’attirer éventuellement les bombardements.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 1)). Lettre du Comte de Blacas à Bernard Faÿ. 12 décembre 1943.
BnF, Archives institutionnelles, (C1645). Photographie du dépôt d’Ussé .
BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 1)). Lettre du comte de Blacas à Bernard Faÿ. 12 décembre 1943.

Le comte ayant eu gain de cause, les caves vont s’avérer très utiles pour mettre à l’abri les collections, car l’approche des armées alliées fait peser de grands risques sur leur sécurité. À l’issue de plusieurs échanges entre M. André Linzeler, conservateur aux Estampes et responsable du dépôt, et l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, il est jugé préférable de déplacer les collections entreposées. L’évènement est relaté en détail dans le rapport de Jean Vallery-Radot, conservateur du département des Estampes :

Les instructions qu’il avait reçues de M. Faÿ en date du 19 juillet, lui enjoignaient le transfert des caisses dans un souterrain à l’abri des bombardements dès que la bataille se rapprocherait du quadrilatère formé par les villes du Mans, d’Angers, de Poitiers et de Chartres, la date du transfert étant naturellement laissée au choix du chef de dépôt. Le problème consistait donc à transférer les caisses dans les souterrains le plus tard possible en vue d’éviter les risques d’humidité, mais pas trop tard cependant afin de ne pas se laisser gagner de vitesse  par l’avance de l’offensive. Lorsque l’on sut à Ussé que les quatre villes du quadrilatère précisé par M. Faÿ étaient aux mains des Alliés, on ne recevait déjà plus de nouvelles régulières. Plus de journaux et plus de T.S.F à cause de la suppression du courant. M. Linzeler se rendait tous les jours à l’heure du communiqué à quelque distance d’Ussé chez le propriétaire d’un poste fonctionnant par accus, et, ainsi renseigné, décida le transfert le 16 août. Le mouvement se fit en deux jours, les 17 et 18 aout, M. Linzeler ayant avancé lui-même la plus grande partie de la somme destinée au paiement de la main d’œuvre qui exigeait d’être réglée séance tenante. Les locaux avaient été très judicieusement choisis, à proximité du château. Ce sont des souterrains comme il y en a tant en Touraine, d’anciennes carrières creusées à même le rocher au pied d’une colline. L’entrée unique donne accès à deux longues galeries communiquant entre elles par d’autres galeries d’un côté et revenant de l’autre. Les caisses furent déposées sur des madriers les isolant du sol. Un corps de garde fut établi dans une maison abandonnée située à quelques mètres de l’ouverture des galeries. M. Linzeler et M. Chevrier y couchèrent avec les gardiens sur des bat-flancs, comme au régiment, pendant la quinzaine durant laquelle les caisses demeurèrent dans les souterrains. Elles en furent extraites les Ier et 2 septembre pour réintégrer le château.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 1)). Rapport de mission de Jean Vallery-Radot. 10 octobre 1944.
BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 1)). Rapport de mission. 10 octobre 1944.
BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 1)). Rapport de mission. 10 octobre 1944.

Les collections ne sont pourtant toujours pas à l’abri des attaques aériennes. Les caves et les mines ayant été souvent utilisées par l’armée allemande, ces dernières peuvent devenir des cibles. Lela Emery, duchesse de Talleyrand, se rend au commandement américain pour prévenir de l’importance du château d’Ussé et éviter ainsi une frappe aérienne. Elle sera chaleureusement remerciée pour son acte de courage.

Il s’en est fallu de peu que le Château, n’ait été pris comme objectif par l’artillerie alliée. C’est au dévouement de Madame la Duchesse de Talleyrand, qui a fait à moto-cyclette, dans la nuit du 18 au 19 août le trajet de Rochecotte au Mans, et à son insistance auprès du Commandant en Chef de l’armée américaine opérant dans le secteur, que nous devons d’avoir évité une catastrophe.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 1)). Lettre de Jean Laran au ministre de l’Éducation nationale. 18 septembre 1944.
BnF, Archives institutionnelles, (A8). Lettre de remerciement de Jean Laran à Lela Emery, Duchesse de Talleyrand, 12 septembre 1944.

Seuls quelques dégâts matériels sont finalement à déplorer, notamment la destruction des vitraux de la chapelle, visible sur les photographies ainsi que sur les plans ci-dessous.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 4)). Plan de la Chapelle d’Ussé.
BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 1)). Mémoire des travaux effectués par la manufacture Tourangelle. 9 décembre 1944.

Un remplacement de pièces brisées est immédiatement commandé à un artisan d’art. Compte tenu de la grande valeur des collections qui sont retournées dans la chapelle dès septembre 1944, il est indispensable de les protéger des intempéries et du froid de l’hiver approchant. Un conflit s’engage alors entre la direction des monuments historiques et la Bibliothèque nationale pour le paiement des dépenses. Pour la direction des monuments historiques, c’est à la Bibliothèque de payer tandis que cette dernière souhaite partager les frais, conséquents. Elle obtiendra gain de cause après des mois d’échanges qui occasionneront un retard de paiement dont se plaindra la manufacture ayant fait les travaux.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 4)). Lettre de la manufacture Tourangelle à la Bibliothèque nationale. 31 mars 1945.
BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 4)). Lettre de Jean Laran au Directeur des services d’architecture. 3 février 1945 (erreur sur la copie qui date en 1944 l’envoi).

En 1945, alors que le retour des collections à Paris est en train d’être organisé, le conservateur du département des Estampes s’inquiète de l’absence de documentation visuelle du dépôt de repli, comme cela avait été fait plus tôt à Castelnau-Bretenoux. Il s’agit de garder trace « non pas à vrai dire du château dont nous avons des épreuves, mais de la façon dont nos caisses étaient disposés dans les différents locaux du château et de la chapelle (…) pour éviter cette lacune dans nos collections topographiques »2 .

Quelques semaines seulement avant le premier convoi du rapatriement des collections, décision est donc prise qu’un photographe des services internes de la Bibliothèque nationale soit détaché afin d’immortaliser les conditions de replis. C’est de cette campagne, effectuée quelque peu dans l’urgence3, que proviennent les photographies du présent article.

  1. Voir les rapports d’activité de la Bibliothèque Nationale durant la Seconde Guerre mondiale et POULAIN, Martine, Livres pillés, lectures surveillées, Paris, Gallimard, 2013. []
  2. BnF, Archives institutionnelles, A8 (boîte 1). Note du conservateur du cabinet des estampes à l’administrateur général, 25 septembre 1945. []
  3. dont on retrouve la mention dans les registres des clichés réalisés par les photographes internes []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.