Les conditions de travail à la Bibliothèque nationale durant l’Occupation

“Évacuer les collections, souvent plusieurs fois, dans des conditions particulièrement précaires et chaotiques, fermer puis rouvrir les salles de lecture, appliquer, de manière plus ou moins sévère suivant l’humeur des kommandanturs locales, les listes Otto, craindre un arbitraire toujours possible, souffrir d’un isolement extrême fut le quotidien de tous les bibliothécaires ; subir les bombardements, voir leurs bibliothèques en flammes, tenter de sauver des collections dans les décombres, ne retrouver que des pages calcinées, furent celui d’un certain nombre d’autres”

POULAIN M., Livres pillés, lectures surveillées, Paris, Gallimard, 2013, pp.14-15.

L’ouvrage pionnier de Martine Poulain a permis de mieux appréhender les conditions de fonctionnement des bibliothèques pendant la Seconde guerre mondiale. Malgré les circonstances exceptionnelles et les privations, beaucoup de bibliothécaires se font un devoir de maintenir ce service public. Si les sources sont souvent lacunaires pour appréhender concrètement les difficultés auxquelles durent faire face ces individus, la Bibliothèque nationale de France, bien qu’à part en raison de son échelle, conserve de nombreuses archives sur cette période. Que révèlent celles-ci des conditions de travail à la Bibliothèque nationale durant l’Occupation ?

Travailler sans lumière ni chauffage

De 1939 à 1941, la situation est relativement stable d’un point de vue énergétique, mais dès 1941 la production est rationnée. En effet, de 1941 à 1943 les centrales thermiques et hydrauliques ne produisent plus assez et doivent en outre faire face aux hausses de consommation des usines du Reich[1]. Les quotas définis par l’État pour la Bibliothèque nationale sont dès l’origine trop faibles face aux besoins de l’institution : « La C.P.D.E [Compagnie Parisienne de Distribution de l’Electricité] nous informe que pour le deuxième trimestre 1941 nous avons dépassé notre consommation de 25%[2] ». Des mesures sont prises immédiatement pour endiguer les écarts : l’utilisation du monte-charge est réservée aux situations impérieuses, le courant est suspendu dans toute la bibliothèque à partir de 17h et les lampes du sous-sol sont retirées. Ces économies sont néanmoins insuffisantes dès lors que le chauffage devient nécessaire. Une note du 12 février 1942 annonce au personnel qu’« en raison de la persistance des grands froids qui ont entraîné une consommation excessive de combustible, la Bibliothèque Nationale sera fermée le lundi 16 et le mardi 17 février[3] ». C’est désormais la météo qui dicte les horaires d’ouverture : « La température extérieure étant redevenue plus clémente il nous faut envisager le retour aux horaires normaux[4] ». L’institution est également tributaire de la fermeture des transports pour rationnement électrique. Le 8 décembre 1941, une note de service annonce que «  par suite des circonstances et à cause de la fermeture du métropolitain à 17 heures, la Bibliothèque nationale se voit obligée de fermer tous ses services à 16 heures[5] ».          

Dans ces conditions, l’hiver particulièrement rigoureux de 1942[6] est une épreuve. L’administration a pourtant tenté d’anticiper les besoins, comme en témoigne une note du mois de mai : « Afin d’éviter les inconvénients de l’hiver dernier et assurer autant que possible un ravitaillement convenable en charbon, MM. les conservateurs et Chefs de service intéressés sont priés de faire connaitre d’urgence au secrétariat les quantités et qualités de charbon nécessaires au chauffage de leur département ou bibliothèque pour l’hiver prochain[7] ». Mais la rigueur de l’hiver est telle que les dépassements de consommation sont précoces, dès le mois de novembre. Ils se paient chèrement. En surcroit d’amendes, le courant est coupé : « Il est rappelé à tous les services que la consommation d’électricité est étroitement mesurée, même à la Bibliothèque Nationale. Des dépassements de plus de 50% ont été relevés et, en plus de la pénalité pécuniaire dont la Bibliothèque a été frappée, une suspension du courant est annoncée du 14 novembre à 11h au 16 novembre à 11h ; et du 21 novembre à 9h au 23 novembre à 9h[8] ». Suite à la coupure, le personnel est rappelé à l’ordre et tenu de faire attention : « Chacun doit comprendre que les circonstances actuelles ne permettent pas des gaspillages qui peuvent avoir pour conséquence l’arrêt complet des services (…) chaque chef de service ou son représentant nommément désigné voudra bien veiller à l’extinction des lumières à l’heure de la fermeture et considérer sa responsabilité personnelle comme engagée[9] ». Les dépassements continuant, de nouvelles économies sont envisagées, jusqu’aux plus dérisoires : « Les énormes dépassements de consommation de courant électrique nous obligent à retirer du service tous les aspirateurs et tous les appareils de chauffage électrique. Le nettoyage se fera désormais à la main[10] ». Le marché noir est même envisagé pour pallier les manques : « M. Poirson trouve du charbon de bois à un prix qui n’est guère que le double du prix normal, mais auprès d’un vendeur qui ne veut pas faire de facture. Comment pouvons-nous nous en tirer ?[11] ». Outres les notes de services, le rapport d’activité annuel se fait l’écho de cette situation difficile qui touche également les lecteurs, mais en se focalisant uniquement sur le manque de lumière et d’aération : « La salle de lecture non plus n’avait pas changé d’aspect. On devait y déplorer un manque d’usuels, une mauvaise disposition des meubles et l’obscurité en hiver faute d’électricité[12] », « la Salle des Catalogues est malheureusement devenue un séjour peu enviable pour ceux qui y travaillent en permanence : l’aération mécanique, la lumière artificielle sont, depuis le rationnement de l’électricité, insuffisantes l’une et l’autre; les yeux souffrent, les poumons aussi[13] ».

La situation se dégrade encore en 1943. Les lignes de transports et le réseau d’énergie sont ciblés par les belligérants, de sorte que le charbon, déjà rare, ne parvient plus aux centrales thermiques. L’électricité excédante des centrales hydrauliques ne peut quant à elle être redistribuée, faute de moyens d’acheminements. Pour faire face aux besoins du pays, le chauffage est interdit de jour, et les coupures sont fréquentes malgré des restrictions déjà drastiques. Dès le mois d’octobre, les horaires de la bibliothèque sont aménagés pour pallier ces conditions : « Durant la durée des restrictions opérées sur la fourniture du courant électrique, les salles de travail de la Bibliothèque Nationale seront désormais ouvertes : De 9h à 18h du 1er avril au 15 Octobre ; de 9h à 17h du 15 Octobre au 1er Décembre, de 9h à 16h du 1er Décembre au 15 février », mais il est bien fait mention que « Les modifications dans les horaires du personnel ne doivent pas réduire la durée hebdomadaire du travail[14] ».

Maintenir un rythme de travail productif est cependant une gageure, y compris après la Libération. Durant l’hiver 1944, la température descend à -2° la journée dans certaines salles de travail. La direction n’a d’autre choix que de supprimer certaines missions ou certaines plages de travail. Une note de service du 20 novembre 1944 annonce qu’« en raison du froid et de la situation générale, la permanence de nuit est supprimée jusqu’à nouvel ordre à la Bibliothèque Nationale (…) Il est rappelé aux conservateurs que pendant la période des froids et jusqu’au rétablissement du chauffage, ils ont qualité pour abroger les heures de service du personnel dans la mesure où le service public reste assuré[15] ».

La situation est similaire dans les dépôts de replis, dont les espaces accumulent l’humidité faute de chauffage ou d’électricité pour les déshydrateurs. La réponse véhémente de l’administrateur général Bernard Faÿ au conservateur en poste au dépôt de repli d’Ussé, André Linzeler, qui réclame à plusieurs reprises du charbon est éloquente :

« à un moment où le gouvernement est en train de faire des efforts vraiment suprêmes pour maintenir à tout prix l’alimentation du pays, je n’ai aucune chance d’obtenir que l’on prélève sur des stocks de carbures destinés aux boulangers une portion destinée à la Bibliothèque nationale, puisque l’on ferme toutes les usines parisiennes pour garder un peu de gaz, d’électricité et de charbon, ainsi qu’un peu de lumière pour lesdits boulangers et pour la cuisine de la population. Je crois que vous ne vous rendez pas compte à quel point la situation est tendue et grave[16] ».

Travailler sans matériel

Les pénuries de charbon et d’électricité ne sont pas les seules à handicaper le travail. Le manque de papier et plus généralement de matériel de bureau revient inlassablement dans la correspondance.

La question du papier est un sujet politique d’envergure durant l’Occupation[17]. Il n’y a plus d’importation à partir de la déclaration de guerre et la production diminue fortement. Faute d’offre face à une demande constante, les prix flambent. De 2000 francs la tonne en 1938, le prix du papier augmente à 5250 francs  la tonne en 1941, pour culminer à 7750 francs en août 1944. Afin d’attribuer au mieux la production défaillante, un comité d’organisation des industries, arts et commerces du livre (COIACL) est créé sous la responsabilité du Secrétariat à la production industrielle. Ce dernier fait parvenir à tous les acteurs concernés (institutions, maisons d’éditions, journaux, etc.) un questionnaire afin de déterminer les besoins. La Bibliothèque nationale reçoit celui-ci en avril 1942 : « L’Office Central de Répartition des Produits Industriels -Section du Papier et du Carton – réclame d’urgence un état plus précis des besoins des services de la Réunion des Bibliothèques nationales[18] ».

Les fonds alloués sont rarement suffisants, nécessitant une adaptation des acteurs. Les journaux réduisent leurs formats, les maisons d’éditions diminuent fortement le nombre de publications, et même les timbres-poste sont imprimés sur un papier de moindre grammage. La Bibliothèque se plie aux mêmes exigences, d’autant que Bernard Faÿ, son administrateur général, est justement le président du conseil du livre qui fournit des directives au comité d’organisation. Les notes de services se multiplient pour encourager le personnel, notamment les secrétaires, à  économiser : « Les économies de papier auxquelles les circonstances contraignent ne doivent pas porter seulement sur les quantités utilisées, mais, dans toute la mesure du possible, sur les dimensions même de chaque formule[19] », « Je vous prie de bien vouloir veiller à ce que toute correspondance soit faite sur papier demi-format et recto verso (…) La dactylographie à interlignes espacés doit être désormais proscrite[20] ».

Outre ces adaptations, la réutilisation de papier est encouragée. Un décret de mai 1940 interdit déjà au grand public de  jeter les vieux papiers. La Bibliothèque nationale suit l’exemple : « Les difficultés de plus en plus grandes à se procurer du papier pour les différents besoins de la Bibliothèque Nationale obligent à récupérer le plus possible de vieux papiers. Désormais il est sans intérêt pour nous de les vendre à une maison spécialisée dans la refonte, alors qu’il est possible de les donner à certains fournisseurs, en échange de bons-matières[21] ». Puis « on conservera les enveloppes usagées pour les faire resservir en fermant s’il est nécessaire, par une bande collée ou par une agrafe métallique[22] ». Commence alors une inlassable exigence d’économie. Le 25 juin 1942 : « note pour Mlles les secrétaires. Malgré les remarques souvent faites, il ne semble pas qu’un grand soin soit porté à l’économie du papier[23] »,  le 9 juillet 1942 « l’administrateur général rappelle la nécessité de réduire la consommation du papier, et il compte sur la discipline et l’initiative de chacun pour obtenir une économie appréciable[24] », ou encore le 3 septembre 1943 « L’attention du personnel est attirée sur l’opportunité de l’emploi pour l’usage intérieur du papier et des enveloppes « récupérés »[25] ».

Tous les services de la Bibliothèque pâtissent du manque de fournitures, d’autant que les actions inhérentes à la bibliothèque en sont largement demandeuses. Le conservateur du département des Estampes s’en plaint quasi systématiquement dans ses rapports mensuels: « ce qui nous fait le plus cruellement défaut ce sont les reliures mobiles, les portefeuilles, les boîtes. Certains classements ont dû être arrêtés faute de reliures mobiles. J’espère parer un peu à cette situation alarmante par la livraison de 1500 kg de carton que j’ai pu obtenir à la suite de démarches personnelles[26] ». Les « arrangements » sont monnaie courante et le personnel de la Bibliothèque est parfois réduit à recourir au marché noir pour obtenir les outils nécessaires à son travail. Trouver une simple machine à écrire se transforme en activité illégale : « La nécessité d’une seconde machine se faisant depuis longtemps sentir au Secrétariat Technique, M. d’Espezel décide de charger Mlle Dubus, une des sténodactylographes de son service, d’en rechercher une systématiquement parmi les fournisseurs du quartier de la Bibliothèque nationale (…) Le prix demandé était de 7.200. Fr. Le marchand pour des raisons sur lesquelles il est inutile d’insister, n’acceptait de vendre cette machine que sans facture et moyennant paiement de la main à la main[27] ». D’autres petit matériels, introuvables, sont dénichés par des voies détournées et  des stratagèmes avoués à demi-mots : « j’ai reçu, par l’entremise de l’Administration, 5 piles pour lampes électriques de poche, impossible à trouver dans le commerce, et qui nous sont indispensables pour assurer le service des rondes de nuit[28] ».

Dans les dépôts de repli, la situation est tout aussi délicate, d’autant que pour toute demande s’ajoutent les délais inhérents à la distance et la lourdeur des procédures. Pour des clous et du bois afin de monter des rayonnages, Jacques Feller, responsable du dépôt de Castelnau-Bretenoux, doit d’abord envoyer un courrier à Jacques Guignard (conservateur adjoint de la réserve du département des Imprimés) qui s’adresse ensuite à Jacques Renoult (conservateur au secrétariat technique) qui lui-même donne son approbation, et fait transmettre des bons-matières. Les gardiens des dépôts attendent longtemps leurs uniformes et doivent en plus supporter des retards de salaires récurrents, qui dureront jusqu’à la dissolution des dépôts. Une lettre d’Ussé datée du 24 novembre 1944 est exemplaire de ces délais : « Il s’agit du paiement des gardiens qui n’ont pas encore touché leur traitement du mois d’octobre. Il est inutile de vous décrire la situation matérielle et morale dans laquelle ils se trouvent ; l’un d’eux a trois enfants[29] ».

Travailler avec peu, et loin des collections

Dès 1938 des mesures d’évacuation sont prises afin de protéger les collections et de déplacer les fonds les plus précieux[30]. En septembre 1939, la procédure est lancée et en moins d’une semaine les collections prioritaires sont évacuées. Pas moins de 9 lieux de replis différents seront utilisés (Castelnau-Bretenoux, Ussé, quatre banques différentes, et ponctuellement les châteaux de Luceau, de Beaumesnil et de Valençay). Des retours vers Paris sont effectués à la demande des autorités d’occupation allemandes en 1940 et 1941. Néanmoins, compte tenu de la dégradation de la situation militaire, il n’est plus question de rapatrier les collections à Paris dès 1942. Le 18 juin de cette même année, c’est même le processus inverse qui reprend :

« A la demande des autorités d’occupation, les Bibliothèques de la Réunion ont dû ramener une partie des ouvrages évacués en province. Peut-être avez-vous vous-même donné un avis conforme à ce retour, favorable à l’entretien des volumes. La reprise d’opérations actives entre belligérants, et leurs répercussions sur le territoire français me font, aujourd’hui, attirer votre attention sur les dangers nouveaux courus. Je demande à chaque chef de département de m’adresser pour le 30 juin, au plus tard, ses propositions en ce qui concerne les précautions estimées nécessaires pour la sauvegarde des collections dont il a la charge[31] ».

Après avoir établis de nouveaux fonds prioritaires, les évacuations ont finalement lieu en 1943 puis en 1944.  Bernard Faÿ, qui craint des actions de la Résistance dans la région de Castelnau-Bretenoux, fait rapatrier les collections à Ussé et dans sa maison de Luceau en 1943. En 1944, les fonds conservés au château d’Ussé sont déplacés dans des grottes attenantes. À Paris, les collections sont descendues dans les caves lorsque cela est possible, ou protégées par des sacs de sable. Ces mouvements permanents et l’organisation conséquente qu’ils nécessitent sont exigeants pour tout le personnel. Certains des membres qui ont accompagné les collections lors des évacuations restent pendant cinq ans auprès de celles-ci.

A l’occasion des rapports préliminaires qui sont fournis par les conservateurs à Bernard Faÿ pour le rapport d’activité de 1942, il n’est pas rare de voir mentionner l’arrêt de certains travaux, faute d’avoir les collections sur place : « Le travail demeure donc en suspens jusqu’à ce que les circonstances permettent de le mener à son achèvement[32] », « Le travail sur les pièces mêmes est interrompu par l’absence des collections[33] », etc. Ces remarques seront dûment supprimées du rapport final, afin de ne pas entacher l’image de l’établissement. De fait, visiter les dépôts de replis est complexe. Des laissez-passer et des cartes de travail, délivrés par les autorités allemandes, sont nécessaires. Plusieurs voyages, faute de laissez-passer reçus à temps, sont annulés. Après quelques tentatives de navettes pour des demandes de lecteurs, les communications d’ouvrages des dépôts sont suspendues en août 1942 : « Selon les instructions des autorités d’occupation, les livres et les documents précieux ou rares nécessaires pour satisfaire les commandes de reproduction ou de communications, ne seront plus demandés en zone non occupée à raison des difficultés et des dépenses qui en découlent[34] ».

L’administration perd plusieurs fois contact avec ses équipes dans les dépôts de repli. En juillet 1944, le dépôt de repli d’Ussé est injoignable : « Il n’y a aucun moyen d’ouvrir les liaisons téléphoniques actuellement bloquées avec les dépôts de la province, en particulier avec le château d’Ussé[35] ». Le 11 juillet 1944, Bernard Faÿ écrit à André Linzeler, responsable du dépôt d’Ussé : « Il ne faut pas attendre mes ordres, même téléphonés, nous sommes trop loin et le téléphone est trop peu sûr. (…) Vous ne devez plus dans les conditions actuelles attendre d’ordres de Paris ; si vous en recevez, tenez-en compte dans la mesure du possible[36] ». La Libération n’améliore pas la situation. André Linzeler reçoit à la fin du même mois une lettre éloquente : « on ne vous enverra plus personne de Paris, d’abord parce que à l’heure actuelle, j’ai besoin de tout le personnel que j’ai à Paris, ensuite parce que j’estime que les circulations deviennent trop dangereuses[37] ».

Répartition des principaux dépôts de replis

Travailler malgré le danger

Afin de protéger les personnes, l’administration prend soin d’aménager un poste de secours et des abris ventilés où sont mis à disposition des masques à gaz. Pour le département des Estampes (installé depuis 1937 à l’hôtel Rothschild, dans le 8e arrondissement de Paris,  en raison de travaux): « Un abri pour le personnel a été aménagé dans les caves de l’hôtel Salomon de Rothschild, par les soins de M. Bois, architecte en chef des Bâtiments civils et aux frais de la Direction des Beaux-Arts. Cet abri, qui mesure environ 38m2 et 95m3 peut recevoir de 30 à 40 personnes, si on laisse circuler l’air, de 15 à 20 si on obturait les ouvertures. Il peut donc suffire pour le personnel de la Fondation [Rothschild], celui du Cabinet et quatre ou cinq lecteurs. Il répond à nos désidérata par ses facilités d’accès, sa salubrité, sa protection déjà très puissante contre les projectiles de petit et moyen calibre, mais  ils demanderaient quelques aménagements nouveaux, d’ailleurs faciles à réaliser, si on voulait se défendre contre les gaz[38] ». Des espaces similaires sont aménagés rue de Richelieu après concertation avec le service des bâtiments civils et le service des monuments historiques. Ces abris sont doublés de postes de secours dès octobre 1938, en raison de leur totale absence dans le 2e et le 1e arrondissement parisien. Sous la direction de Myriam Foncin, des membres volontaires du personnel, diplômés de la Croix-Rouge ou formés par d’autres voies,  sont désignés pour organiser ces espaces et se tenir prêts en cas de bombardements.

                Les alertes scandent la vie du personnel et des lecteurs durant toute la période de guerre, avec plus ou moins de récurrence. Un rapport du département des Estampes précise en 1942 : « Quelques alertes ont permis de constater que les consignes établies en septembre 1939 n’ont pas été oubliées du personnel. Le public s’y est prêté de bonne grâce[39] ». Des rappels réguliers sont faits aux usagers pour des consignes qui demeurent invariablement les mêmes : quitter leur place sans les documents dès le signal d’alerte et se rendre après un contrôle d’identité aux refuges sous l’encadrement des membres de la Bibliothèque. En 1944, les alarmes deviennent plus fréquentes, et les consignes sont de nouveaux rappelées afin qu’aucun retard ne vienne perturber les évacuations : « avec la recrudescence des bombardements, l’administration signale aux lecteurs la nécessité de se rendre dans les abris dès que l’alerte est donnée et leur devoir de laisser sur place les livres[40] ». La fréquence des alertes perturbe néanmoins grandement le travail du personnel, ce qui entraîne la mise en place de mesures moins restrictives. Quatre signaux différents sont programmés à partir du 4 février 1944 afin de différencier le niveau de danger : présomption d’alerte, alerte, présomption de fin d’alerte et fin d’alerte. La présomption devient ainsi une simple précaution : « Il est rappelé que le premier signal n’entraîne pas l’évacuation vers les abris des lecteurs et du personnel féminin de la Bibliothèque, mais qu’aussitôt le signal d’alerte retentit, les salles et les services doivent être évacuées. Par contre, dès le signal de présomption de fin d’alerte est émis, sans même attendre le signal de fin d’alerte, la vie normale peut reprendre[41] ». La mesure est renforcée en juillet 1944 :

« La fréquence des alertes sans tir de D.C.A. ni bombardement, peut faire apparaître les précautions prises pour le personnel comme excessives dans un certain nombre de cas. Le travail en souffre et il est possible de rechercher à en réduire les inconvénients. Désormais, en cas d’alerte pendant la durée du service, le personnel restera en place. Un guetteur montera au poste de guet. En cas de tir de D.C.A. ou de passage d’avions, le guetteur préviendra les différents services, le personnel descendra alors à l’abri. Rien n’est changé aux consignes qui concernent le public des salles de travail[42] ».

Lorsque la menace des conflits se fait plus présente, les agents sont également mis à contribution pour la protection des collections. Bernard Faÿ craint les vols dans les dépôts et multiplie les démarches afin d’obtenir des permis et des armes. Ces derniers sont accordés par les autorités et plusieurs armes sont réservées à l’institution ainsi qu’il en informe le personnel: « je vous envoie ci-inclus l’annonce que 9 révolvers sont à votre disposition à Angers[43]». Bernard Faÿ précise à André Linzeler au début du mois de juillet 1944 dans quelles circonstances il peut être amené à les utiliser :

« 1°Etant donné les dangers auxquels peuvent se trouver exposées nos collections et l’impossibilité qui vous a été notifiée de faire appel à la force publique, en application des instructions générales du Chef du Gouvernement dont je vous envoie ci-inclus copie, vous devez vous considérer comme jouissant d’une initiative totale pour appliquer les consignes qui vous sont données et dont l’essentiel est : la sauvegarde des objets précieux qui vous sont confiés. Tels doit être votre préoccupation constante et le but de ce que vous faîtes. 

2° Il est évident en particulier que si des groupes armés attaquent le dépôt, vous n’êtes pas en mesure avec votre faible effectif et votre faible armement de vous défendre ; au demeurant, une bataille autour de ce dépôt constituerait le pire danger pour les collections. Vous devez donc faire tous vos efforts, fut-ce au péril de votre vie, pour obtenir le maintien sur place et la sauvegarde des collections, mais cela sans entrer en conflit violent.  

3° Les armes qui vous sont confiées vous permettent d’écarter toute tentative de vol venant d’individus isolés, et votre devoir est de vous en servir dans cette limite. Toutefois, bien entendu, vous devez éviter autant que possible l’effusion du sang[44] ».

Dans la capitale, les risques induits par la guerre sont pris tout autant au sérieux. Si l’institution a la chance d’être bien pourvue en matériel incendie, les bâtiments historiques de la Bibliothèque nationale sont loin d’être exempt de failles, mises en lumière par plusieurs visites de contrôle des pompiers. Outre quelques menus travaux, des postes de guetteurs sont aménagés et des rondes de nuit organisées afin de neutraliser tout départ de feu.  Le personnel masculin est mis à contribution : « y sont assujettis tous les hommes valides, de tout grade (…) Autant que possible, la garde sera prise, le moment venu par un conservateur ou un conservateur-adjoint, deux bibliothécaires ou assistants, trois gardiens. Sauf nécessité absolue, seuls les célibataires et les hommes mariés sans enfants seront convoqués[45] », tandis que le personnel féminin doit se rendre aux abris. La charte ci-dessus définie précisément les actions à mener. De jour, ce sont les conservateurs qui sont en charge des opérations : « En cas d’alerte de jour avec bombardement et tir de D.C.A les conservateurs de chaque département ont la responsabilité de la surveillance des combles, à laquelle participeront tous les membres valides du personnel masculin présents dans le département à l’exception des fonctionnaires et agents requis pour la surveillance du public[46] ».

BnF, Archives institutionnelles, (A11). Consignes des rondes, 19 juillet 1944.
BnF, Archives institutionnelles, (A11). Consignes des rondes, 19 juillet 1944.
BnF, Archives institutionnelles, (A11). Consignes des rondes, 19 juillet 1944.

Travailler en dépit de la faim et de la maladie

Ces conditions de travail exceptionnelles s’accompagnent de la dégradation rapide de l’état de santé général du personnel. Les pénuries alimentaires en sont la cause principale : « Les cartes de rationnement permettaient d’assurer une ration de survie de 1.200 calories par jour, alors qu’une alimentation normale doit dépasser 2.000 calories par jour. Le système D et le marché noir tentèrent de pallier ces insuffisances (…) Avec le temps, les pénuries augmentèrent : les quantités de viande, de blé et de pommes de terre partaient en quantité croissante vers l’Allemagne[47] ». L’administrateur général estime en mai 1942 que « la dénutrition est manifeste chez tous les employés[48] », constat qu’il réitère à en 1943[49]. La situation s’empire au fil des ans et le rationnement reste en vigueur jusqu’en décembre 1949.

Afin de tenter de remédier à la situation, plusieurs mesures et services sont mis en place : un service social, une coopérative avec des terrains cultivés, des distributions de boissons et une cantine. Cette dernière est organisée progressivement et alimentée grâce aux navettes entre Paris et les dépôts de repli :

« Pour alléger les fatigues que les difficultés de transport et de ravitaillement imposent au personnel depuis plusieurs semaines et pour obvier à la disette des vivres, nous essayons de faire ouvrir une cantine à la Bibliothèque nationale. Ce projet rencontre à l’heure actuelle des difficultés de toutes sortes (local, matériel, approvisionnement, etc…). Nous tentons cependant une expérience qui nous indiquera si nous pouvons la poursuivre, en servant cette semaine un repas à tous les membres du personnel. Ils bénéficieront ainsi des denrées qu’à notre demande un camion envoyé à Ussé et qui revenant à vide a pu rapporter. Ce n’est pas une entreprise facile à l’heure actuelle que de composer, cuire et servir un déjeuner pendant quatre jours pour 200 personnes sans aménagement spécial[50] »

Des tarifs préférentiels sont pratiqués afin que tous puissent en profiter. Le repas est compris entre 10 et 20 francs suivant les revenus[51]. Le prix est faible en comparaison de l’explosion des prix des denrées alimentaires[52]. A Paris, de septembre 1939 à février 1942, le kilo de beurre passe de 21,50 francs à 46 francs, et le lapin de 16,60 francs à 34,50 francs le kilo. De surcroit, ces prix sont encore en deçà de la réalité, car si l’Etat fixe les tarifs du marché légal, les ruptures de la chaine d’approvisionnement amènent la population à se procurer des denrées par le marché noir, bien plus dispendieux. La coopérative permet également en 1944 et 1945 « des distributions de pommes de terre, de haricots, de légumes frais qui constituèrent un apport appréciable[53] ». Plusieurs échanges de lettres témoignent de la difficulté de la mise en place de ces initiatives, notamment de la culture des terrains, soumise à l’autorisation des autorités d’occupation. En 1946, alors que le rationnement reste en vigueur, a lieu une affaire de détournement de café et de sucre qui va faire grand bruit dans l’établissement et qui témoigne de la crispation autour de la question alimentaire[54]. En moyenne, les français adultes perdent 7 à 10 kg durant l’Occupation[55].

Dans ces conditions, et alors que les médicaments manquent[56], l’état de santé du personnel s’en ressent. Une hausse des cas de tuberculose au sein du personnel est observée en 1942. Les malaises ou absences sont très fréquents « dans certains services (Centre de Documentation) 35% du personnel sont absents pour cause de maladie ; dans les autres services, la moyenne est sensiblement la même[57] ». La situation n’a guère évoluée en 1945 « :« On excuse aussi quelques défaillances quand on constate le triste état sanitaire qui résulte des restrictions de toutes sortes subies pendant plus de cinq années. Si les maladies graves, comme la tuberculose, ne semblent pas en progrès, la fatigue générale est évidente et se traduit encore aujourd’hui pas des indispositions fréquentes, par des évanouissements même en cours de travail, par des absences qui ne sont que trop justifiées, surtout chez le personnel féminin, qui représente plus de 54% de nos effectifs[58] ».

La question des congés devient dès lors impérieuse afin de soulager un personnel lourdement éprouvé. Ainsi que le note l’administrateur général en avril 1943 : « le rapport sur l’état sanitaire de mon personnel qui vient de m’être fait par le Service Social me semble indiquer de la façon la plus évidente que cette période de vacances est très utile pour obvier à la dénutrition générale[59] ». En 1942 et 1943, les congés sont rallongés, ainsi que le souligne Bernard Faÿ aux responsables des différents départements de l’institution : « J’ai obtenu de Monsieur le Ministre de L’Education nationale que les vacances du personnel de la Bibliothèque Nationale soient portées, comme l’an dernier, de 4 à 6 semaines[60] ».

En revanche, avec la reprise du conflit armé, les vacances sont suspendues pour le personnel des bibliothèques par la décision ministérielle du 19 juin 1944, comme cela avait été le cas en 1940 : « Pendant la durée des hostilités il ne sera accordé aucun congé ni autorisation d’absence, si ce n’est pour des motifs graves[61] ».  Bernard Faÿ tente néanmoins de trouver une solution avec le ministre de l’Éducation Nationale pour soulager le personnel :

« Je tiens à attirer votre attention sur la gravité de l’état sanitaire du personnel de la Bibliothèque nationale : (…) Le manque de nourriture substantielle joint à la fatigue qui résulte des trajets dans des trains de banlieue lents, encombrés, bondés, irréguliers, souvent bombardés, et dans des métropolitains pleins jusqu’à l’asphyxie sont les causes principales de cette situation déplorable.

Un autre facteur, c’est le manque de vacances pour un personnel qui est habitué à en avoir chaque année un mois, et qui, dans les deux dernières années, avait même obtenu 6 semaines, jugées indispensables par le médecin de l’Administration et celui du Service Social. Dans ces conditions, je me permets de vous demander s’il ne serait pas possible de fermer la Bibliothèque un jour par semaine, le samedi ou le lundi par exemple, afin que les très nombreux bibliothécaires ou gardiens qui habitent dans la banlieue parisienne puissent se reposer et cultiver leur petit jardin qui leur donne de quoi manger ? Le reste du personnel profiterait aussi de ce repos, qui lui permettrait de s’occuper des questions de ravitaillement si compliquées en ce moment-ci[62] ».

 Ce n’est qu’en août 1944 qu’un communiqué radiodiffusé autorise de nouveau les congés pour les fonctionnaires, dans une limite de 15 jours.

Conclusion

Maintenir le service public, continuer à travailler en s’accommodant des restrictions, telle est la pénible ligne de conduite du personnel de la Bibliothèque nationale. Néanmoins, « En dépit de ces difficultés, le nombre des lecteurs et celui des livres communiqués ont remonté très sensiblement en 1941[63] », et beaucoup de responsables témoignent du dévouement des équipes. En 1939, le conservateur du département des Estampes évoque : « l’excellent esprit de tout le personnel dont le dévouement et le savoir-faire ont permis de mener à bien les besognes les plus inhabituelles[64] » tandis que l’on peut lire dans le rapport d’activité de 1944 « C’est merveille que, dans ces conditions morales et physiques, seule une minorité ait manqué et manque peut-être encore parfois à ces traditions de conscience, de discipline, de respect des collections, d’application à nos travaux souvent ingrats qui sont l’honneur de notre corporation [65]» . L’effort a cependant un prix, ainsi que le rappelle une note du 24 avril 1944 à destination des lecteurs :

« La Bibliothèque Nationale, qui a réussi à ne fermer que quinze jours en 1940, s’efforce de fonctionner normalement, quelles que soient les circonstances extérieures. Toutefois, avec la recrudescence des bombardements, l’administration signale aux lecteurs la nécessité de se rendre dans les abris dès que l’alerte est donnée et leur devoir de laisser sur place les livres. Autant que cela sera possible les communications seront maintenues dans les conditions où elles ont toujours été faites. Pourtant la diminution du personnel due au départ des jeunes classes pour l’Allemagne, et aux réquisitions pour le service du travail obligatoire, les difficultés de circulation pour une partie importante du personnel dont beaucoup habitent en banlieue, enfin le fait que certains d’entre eux ont tout perdu au cours des récents bombardements, toutes ces circonstances peuvent amener des ralentissements et des perturbations du service. La Bibliothèque Nationale demande à ses lecteurs de l’aider à maintenir son activité, en signalant aux bibliothécaires de service tout ce qui pourrait être utile, et en collaborant avec eux au maintien de l’ordre et du calme dans les salles[66] »

Ces conditions dégradées vont perdurer encore longtemps, et la Bibliothèque nationale ne reprendra un rythme normal que bien après la fin de la guerre. Les collections des dépôts de replis ne sont pas encore totalement rapatriées en 1945, et en 1947, les horaires d’ouverture demeurent restreints, ainsi que s’en plaint une pétition des lecteurs[67].

A ces difficultés matérielles s’ajoute l’occupation avec son lot de répression, de peur et de décisions arbitraires dont sont victimes le personnel et les lecteurs, en particulier juifs. Nous reviendrons sur ces questions dans un prochain article.

Notes


[1] PAULE P., « Les aléas de la production, du transport et de la distribution d’énergie électrique, en France, durant la seconde Guerre mondiale », Bulletin d’histoire de l’électricité, n°18 (1991), pp. 61-69.

[2] BnF, Archives institutionnelles, (A11) Note à Monsieur Auvray, 20 aout 1941.

[3] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, 12 février 1942.

[4] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, sans date.

[5] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, 8 décembre 1941.

[6] Voir L’évolution hiver par hiver des températures moyennes à la station de Paris-Montsouris entre 1921 et 2020, Météo-France, [en ligne] URL : http://www.meteofrance.fr/documents/10192/22603710/brochure_MF_APC_Le_changement_climatique_%C3%A0_Paris.pdf (consulté le 06/08/2021)

[7] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, 9 mai 1942.

[8] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, 6 novembre 1942.

[9] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, 6 novembre 1942.

[10] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service du secrétaire général, 8 décembre 1942.

[11] BnF, Archives institutionnelles, (A26). Note de service à Monsieur Larebière, 7 décembre 1942.

[12] FAY B. (dir.), Rapport présenté au Maréchal de France, chef de l’Etat, sur la réorganisation et le fonctionnement de la réunion des Bibliothèques nationales de Paris de 1940 à 1943, Paris, Bibliothèque nationale, 1944, p.51

[13] Idem, p.119.

[14] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, 9 octobre 1943.

[15] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de l’administrateur général, 20 novembre 1944.

[16] BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 3)). Lettre de Bernard Faÿ à André Linzeler, 27 juillet 1944.

[17] FOUCHE P., L’édition française sous l’Occupation, Paris, Editions de l’IMEC, 1987, t. I, p. 199. DERVAL A., « Papiers français sous l’occupation », Revue des deux mondes, 2012, pp.119-126.

[18] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 21 avril 1942.

[19] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 21 avril 1942.

[20] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 17 mai 1943.

[21] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 18 juin 1942.

[22] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 17 mai 1943.

[23] BnF, Archives institutionnelles, A11). Note de service, 25 juin 1942.

[24] BnF, Archives institutionnelles, A11). Note de service, 9 juillet 1942.

[25] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 3 septembre 1943.

[26] BnF, Archives institutionnelles, (A25). Rapport mensuel du département des estampes pour le mois de mars 1942, 3 avril 1942.

[27] BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 3)). Note sur l’achat pour la Bibliothèque nationale d’une machine à écrire Japy, 1943.

[28] BnF, Archives institutionnelles, (A25). Rapport mensuel du département des estampes pour le mois de mars 1942, 3 avril 1942.

[29] BnF, Archives institutionnelles, (A8). Lettre du responsable d’Ussé à l’administration, 24 novembre 1944.

[30] La chronologie exacte des mouvements des collections durant l’Occupation reste encore à établir.

[31] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service signée Bernard Faÿ, 18 juin 1942.

[32] BnF, Archives institutionnelles, (A3 (boite1)). Premier état du rapport d’activité, section cabinet des médailles, 1942.

[33] BnF, Archives institutionnelles, (A3 (boite1)). Premier état du rapport d’activité, section cabinet des médailles, 1942.

[34] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 3 aout 1942.

[35] « Es besteht keine Möglichkeit, die zur Zeit gesperrten telephonischen Verbindungen mit den Depots in der Provinz insbesondere mit dem Château Ussé freizugeben ». BnF, Archives institutionnelles, (A8). Lettre du docteur Fuchs, 13 juillet 1944.

[36] BnF, Archives institutionnelles, (A8). Lettre de Bernard Faÿ à André Linzeler, 11 juillet 1944.

[37] BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 3)). Lettre de Bernard Faÿ à André Linzeler, 27 juillet 1944.

[38] BnF, Archives institutionnelles, (A25). Rapport mensuel du département des estampes pour le mois de septembre 1939, 30 septembre 1939.

[39] BnF, Archives institutionnelles, (A25). Rapport mensuel du département des estampes pour le mois de mars 1942, 3 avril 1942.

[40] BnF, Archives institutionnelles, (A12). Prospectus distribué aux lecteurs, 24 avril 1944.

[41] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 2 février 1944.

[42] BnF, Archives institutionnelles, (A12).  Note de service de Bernard Fay, 13 juillet 1944.

[43] BnF, Archives institutionnelles, (A19 (boîte 2)). Permis de port d’arme, 5 février 1944.

[44] BnF, Archives institutionnelles, (A8). Projet d’instruction de Bernard Fay à destination du responsable du dépôt d’Ussé, 3 juillet 1944.

[45] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 16 mai 1944.

[46] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 3 aout 1944.

[47] VITAUX J., « Chapitre II – La guerre et la gastronomie », VITAUX J. (dir.), Les petits plats de l’histoire, Paris, Presses Universitaires de France, 2012, pp.15-78.

[48] Archives nationales, (AN F 17 17333 5). Lettre de l’Administrateur général de la BN à M. le Ministre de l’Education nationale, 22 mai 1942. Cité dans POULAIN M., Livres pillés, lectures surveillées, Paris, Gallimard, 2013, p.292.

[49] BnF, Archives institutionnelles, (A26). Lettre de Bernard Fay à Philippe Poirson, 8 avril 1943.

[50] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 18 juillet 1944

[51] BnF, Archives institutionnelles, (A40 (boîte 2)). Lettre de Bernard Faÿ au Docteur Fuchs, 26 juin 1942.

[52] VEILLON Dajoutentiendrons sur ces questions dans un prochain article. , mais aussi des des collections, d’que peut-., « Morts d’inanition » : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005. [en ligne] URL : https://books.openedition.org/pur/20077?lang=fr (consulté le 26 aout 2021).

[53] POULAIN M., Livres pillés, lectures surveillées, Paris, Gallimard, 2013, p.64.

[54] BnF, Archives institutionnelles, (A13). Dossier b24, 1946.

[55] VEILLON Dajoutentiendrons sur ces questions dans un prochain article. , mais aussi des des collections, d’que peut-.,  « Morts d’inanition » : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005. [en ligne] URL : https://books.openedition.org/pur/20077?lang=fr (consulté le 26 aout 2021).

[56] BONNEMAIN B., « L’industrie pharmaceutique pendant la Deuxième Guerre mondiale en France. Enjeux et évolution », Revue d’histoire de la pharmacie, n°336 (2002), pp. 629-646.

[57] BnF, Archives institutionnelles, (A6). Lettre de Bernard Fay au Ministre de l’Education Nationale, 5 aout 1944.

[58] LARAN J. (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.7.

[59] BnF, Archives institutionnelles, (A26). Lettre de Bernard Faÿ à Philippe Poirson, 8 avril 1943.

[60] BnF, Archives institutionnelles, (A26). Lettre de l’administrateur de la Bibliothèque nationale à monsieur le chef de service des sociétés secrètes, 8 avril 1943.

[61] BnF, Archives institutionnelles, (A93). Note de service de Julien Cain à Messieurs les conservateurs, 16 mars 1940.

[62] BnF, Archives institutionnelles, (A6). Lettre de Bernard Faÿ au Ministre de l’Education Nationale, 5 aout 1944.

[63] FAY B. (dir.), Rapport présenté au Maréchal de France, chef de l’Etat, sur la réorganisation et le fonctionnement de la réunion des Bibliothèques nationales de Paris de 1940 à 1943, Paris, Bibliothèque nationale, 1944, p.345.

[64] BnF, Archives institutionnelles, (A25). Rapport mensuel du département des estampes pour le mois de septembre 1939, 30 septembre 1939.

[65] LARAN J. (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.7.

[66] BnF, Archives institutionnelles, (A12). Prospectus distribué aux lecteurs, 24 avril 1944.

[67] BnF, Archives institutionnelles, (A22). Pétition des lecteurs, 1947.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.