Répertoire des acteurs du marché de l’art sous l’Occupation, 1940-1945 (RAMA)

Depuis le 3 décembre 2021, la base agohra accueille le Répertoire des acteurs du marché de l’art sous l’Occupation (RAMA). Produit en collaboration par l’Inha et l’Université technique de Berlin, ce dernier se compose de plus de 150 articles biographiques, rédigés par 70 auteurs internationaux, qui mobilisent de nombreuses archives françaises et allemandes pour bonne part inédites.

En effet, pour la toute première fois ont été dépouillés et croisés des fonds judiciaires des Archives de Paris, des Archives nationales, des Archives de la Préfecture de police mais également des fonds de la bibliothèque de l’INHA récemment acquis ou inventoriés (carnets d’adresses de marchands, catalogues de vente, notamment le fonds du commissaire-priseur Loudmer, dont les archives concernent Alphonse Bellier) ou encore des archives des musées allemands.

Ces articles sont complétés par 830 notices purement factuelles, relatives à des personnes physiques ou morales. Elles permettent ainsi de reconstituer les trajectoires des hommes et des œuvres pendant cette période en mettant en évidence les réseaux complexes par lesquels ils ont transité.

Le répertoire signale également les sources archivistiques sur cette thématique.

Il est accessible au lien suivant: https://agorha.inha.fr/ark:/54721/76

A propos du projet:

Jusqu’à présent de nombreux projets de recherche ont été consacrés aux œuvres spoliées par les nazis donnant lieu à la mise en ligne de plusieurs bases de données. Pour autant, aucune recherche d’ampleur n’avait été préalablement menée sur les acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation dans leur ensemble. En effet, plus de soixante- quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les connaissances sur les transferts, les trafics et les spoliations d’œuvres d’art générés par l’occupation allemande en France sont encore lacunaires, quoiqu’en constante progression.

L’identification exhaustive des différents acteurs du marché de l’art de cette époque, des opérations qu’ils ont effectuées, des œuvres qui sont passées entre leurs mains, manquait alors que ces données sont indispensables à la connaissance des personnes et à la documentation des œuvres et aux recherches concernant leur histoire et leur provenance. C’est ce à quoi entend répondre le Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation (RAMA).

Le lancement public du programme, initié par les partenaires principaux, l’INHA et l’Université technique de Berlin, en 2017 et réalisé depuis 2018 par les cheffes du programme Elisabeth Furtwängler (TU Berlin) et Ines Rotermund- Reynard (INHA). Il marque l’aboutissement d’une recherche commune franco-allemande, avec le soutien de partenaires privilégiés comme le Centre allemand d’histoire de l’art (Paris), mais également d’échanges plus larges, impliquant notamment des partenaires suisses (Musée des Beaux-Arts de Berne, l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne), américains (Association of Art Museum Directors,Washington DC) et autrichiens (Lexikon der österreichischen Provenienzforschung, Wien). Cette base de données est également le fruit d’une coopération étroite avec les Archives nationales, les Archives de Paris et les Archives diplomatiques du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.