Louise Delavis et l’organisation du dépôt légal en zone Sud (1941-1946)

Après avoir évoqué la législation du dépôt légal pendant l’Occupation, nous revenons sur l’organisation concrète du dépôt en zone Sud. C’est également l’occasion d’évoquer la figure d’une bibliothécaire oubliée, Louise Delavis, qui a permis le fonctionnement du service de dépôt légal dans cette zone. En effet, en raison de la division administrative de la France occupée, la Bibliothèque nationale recherche dès 1941 une annexe destinée à recevoir le dépôt légal éditeur pour la zone libre (zone Sud après novembre 1942)1

Deux lieux sont envisagés pour l’annexe, Clermont-Ferrand et Lyon, sur les conseils de Jean Porcher. Bernard Faÿ contacte donc Henry Joly, conservateur en chef de la Bibliothèque et des Archives de la ville de Lyon et Pierre-François Fournier, archiviste en chef du Puy-de-Dôme pour leur faire part du projet. Ce dernier avait en effet dès le mois de juillet 1940, « de sa propre initiative », commencé à recevoir les dépôts2.

BnF, archives institutionnelles, 2005/026/047. Extrait d’une lettre de l’archiviste en chef du Puy-de-Dôme à l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, Clermont, 7 avril 1941.

La réponse, favorable mais prudente, de Pierre Fournier scelle la décision, bien que celle-ci semble déjà arrêtée, comme en atteste une note datée du 12 février 1941 :

« Un fonctionnaire et 2 gardiens de la Bibliothèque nationale seraient envoyés à Clermont-Ferrand pour y organiser le service3 ».

BnF, archives institutionnelles, 2005/026/047. Certificat/recommandation de l’administrateur général en faveur de Louise Delavis, 11 avril 1941

Louise Delavis, bibliothécaire alors âgée de 55 ans, est envoyée le 11 avril 1941 à Clermont-Ferrand afin d’organiser le service du dépôt légal de la zone non occupée. Louise Delavis, née à Clermont-Ferrand, a alors une solide expérience. D’abord enseignante en anglais à l’école primaire supérieure de jeunes filles d’Objat en Corrèze, elle rejoint la bibliothèque-musée de la guerre en novembre 1919 puis la Bibliothèque nationale en 1929 où elle a en charge le bulletinage des périodiques jusqu’à son départ en Auvergne4. En vertu de la législation alors applicable au travail féminin, elle peut faire valoir ses droits à la retraite en octobre 1941, mais sa présence et son action à Clermont-Ferrand sont jugées essentielles jusqu’à ce que l’administration de la Bibliothèque ait « la possibilité de la remplacer à la tête du service et au plus tard quand serait supprimée la ligne de démarcation entre les zones occupée et non occupée5 ». Elle dirige finalement l’annexe jusqu’à son départ à la retraite en 1946.

 

Elle est assistée d’un gardien, Jean Poriquet, né en 1909 et ancien combattant de l’infanterie coloniale, vraisemblablement jusqu’au printemps 1944 qui rejoint alors, jusqu’à la Libération, l’annexe de la Bibliothèque nationale en cours d’installation à Vichy6.

Louise Delavis tente de combler les nombreuses lacunes du dépôt depuis juin 19407.

BnF, archives institutionnelles, 2005/026/047. Note du 27 juillet 1942.

Georges Bataille, alors chef du service des Périodiques du département des Imprimés, est chargé de s’y rendre à l’automne 1941 pour prendre les décisions nécessaires « à la mise en route et au fonctionnement du service en ce qui concerne les périodiques et, d’une manière générale, à l’application de la loi du 17 septembre 19418 ».

Quelques mois plus tard, Robert Brun, conservateur-adjoint au département des Imprimés, profite d’une mission dans les bibliothèques situées en zone libre pour leur signaler l’existence de ce nouveau service.

La tâche est difficile. Lors de l’inauguration officielle du service annexe, situé 1 rue Ramont, en juillet 1942, Louise Delavis demande encore aux imprimeurs de remettre les déclarations remontant à 1940.

En plus de la division du territoire, les importants changements législatifs autour du dépôt légal pendant l’Occupation compliquent la tâche des déposants comme des bibliothécaires :

« Voici la situation au 15 décembre [1943]. Ancien dépôt : le Ministère de l’Intérieur nous a versé tout l’arriéré de ses dépôts. Nous avons pu ainsi constater que certaines archives départementales n’avaient jamais rien envoyé à Vichy. J’en ai transmis la liste à Monsieur Porcher lui signalant qu’il y aurait lieu de nous faire verser au plus vite tous ces dépôts pour que nous puissions les confronter avec les dépôts d’éditeurs en attente et nous débarrasser de cet arriéré. En outre, malgré nos réclamations réitérées, il m’arrive encore de ne pas pouvoir obtenir que le dépôt d’éditeur s’effectue directement à la Bibliothèque nationale. Bien des journaux de province, en particulier, continent à déposer à la Préfecture de leur département.

D’une manière générale éditeurs et imprimeurs s’en tiennent encore à l’ancienne loi. Si la plupart des grands éditeurs et imprimeurs sont au courant de la nouvelle loi, elle semble être ignorée des maisons de moindre importance. Pas un quotidien ne nous vient en 4 exemplaires et nous n’avons reçu jusqu’ici qu’une soixantaine d’ouvrages et 5 revues en 4 exemplaires. Pour les imprimeurs le dépôt en 2 exemplaires est le plus fréquent. Il semble que les bibliothèques régionales n’aient pas été préparées à recevoir le dépôt d’imprimeur ou même l’aient refusé au début, car des imprimeries importantes comme Protat, Aubanel, Coueslant, Dumas nous ont adressé directement leurs 2 exemplaires. Il est entendu avec Monsieur Porcher que les doubles qui nous sont ainsi parvenus nous resteront acquis9

Les faibles moyens humains et matériels dont dispose initialement l’annexe ralentissent considérablement le processus. Mademoiselle Delavis ne peut assurer seule, même avec l’aide d’un gardien dénommé Poriquet, tout le travail nécessaire à la prise en charge du dépôt légal pour toute la zone sud. La correspondance entre les deux zones est compliquée et les retards de paiement fréquents.

L’un des atouts de Clermont-Ferrand est toutefois la présence de la Bibliothèque nationale et universitaire et de l’Université de Strasbourg et donc de bibliothécaires compétents : « comme ceux de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, dont l’activité doit actuellement être considérablement réduite puisque les collections de cet établissement ont été rapatriées sans que le personnel ait été autorisé à les suivre, doit permettre de faire face à la question du dépôt légal en zone libre10 ».

Si le projet initial de recruter des bibliothécaires expérimentés ne fonctionne pas, cela permet néanmoins à Louise Delavis de recruter des auxiliaires sur place :

    • Anne-Marie Domas « dite » Manon », entre le 1er septembre 1943 et le 15 août 194511,

    • Victor Krumacker, né en 1920 à Seltz (Bas-Rhin), entre le 1er novembre 1943 et une date inconnue12,

    • André Gérard, né en 1935, entre le 5 et le 15 novembre 194313,

    • Odile et Monique Schlumberger, respectivement nées en 1922 et 1925, entre mars ( ?) 1944 et juin 1945, qui rejoignent Paris en août 1945 et poursuivront leur carrière à la Bibliothèque nationale jusqu’à leurs départs à la retraite14,

    • Jacqueline Chanzy, future épouse Madeuf, née en 1920, de janvier 1944 à août 1945, qui intégrera le service juridique de la Bibliothèque nationale en 197015.

    • Victor Krumacker et André Gérard sont arrêtés lors de la rafle de l’Université de Strasbourg à Clermont le 25 novembre 194316). Si le premier peut reprendre ses activités au lendemain de la rafle, André Gérard est déporté en Allemagne et ne revient qu’en 1945.

BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel d’Odile Schlumberger. Carte professionnelle datée du 22 août 1945.
BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel de Monique Schlumberger. Photographie d’identité agrafée dans le dossier.

Aucune photographie de Louise Delavis n’a malheureusement pu être identifiée.

Des négatifs photographiques, malheureusement de mauvaise qualité, ont été retrouvés fin 2020. Datés de février 1945, ils témoignent de l’encombrement de l’annexe.

BnF, archives institutionnelles. Non coté. Clermont-Ferrand, février 1945. Les deux jeunes sont vraisemblablement Victor Krumacker et l’une des soeurs Schlumberger.
BnF, archives institutionnelles. Non coté. Clermont-Ferrand, février 1945.

Les transferts des ouvrages de Clermont-Ferrand à Paris se déroulement du 28 juin 1945 à la mi-juillet 194517. Le volume transféré n’est pas connu, en l’absence d’inventaires ou de bordereaux identifiés, mais un devis de mai 1945 fourni par une entreprise de déménagement auvergnate permet d’avoir un ordre de grandeur.

BnF, archives institutionnelles, (A77). Devis de l’entreprise de déménagements, camionnage et transports Seguin-Chomette. Riom, le 7 mai 1945.

L’annexe ferme officiellement ses portes le 30 juin 1945, mais les activités du service ne cessent pas complétement, comme en rend compte Louise Delavis dans son dernier rapport :

« Depuis notre départ de la rue Ramond, les dépôts d’éditeurs nous ont été transmis de la Bibliothèque de Clermont où le bibliothécaire a bien voulu abriter ce qui restait du service. La Bibliothèque universitaire étant fermée pendant les vacances, j’ai dû me contenter d’abord de recevoir le courrier sans pouvoir classer les publications. Ce n’est qu’en octobre qu’une toute petite pièce ayant été mise à ma disposition, j’ai pu classer les périodiques mais l’exiguïté du local ne m’a pas permis de faire ce classement avec tout le soin et la précision voulus.

Dès avant notre départ nous avons averti les grands éditeurs de ne plus déposer à Clermont-Ferrand. Ceux-ci ont tout de suite compris, j’ai reçu très peu d’ouvrages depuis juillet. Il n’en est pas de même des périodiques. J’avais demandé, en juin, au service des Périodiques, d’envoyer une circulaire aux journaux et revues dont nous avions donné la liste. Le résultat n’en a été appréciable qu’au milieu de septembre. En octobre il me venait environ 180 périodiques, principalement des quotidiens et des hebdomadaires. Il est possible que parmi ces périodiques quelques-uns aient été déposés et à Paris et à Clermont-Ferrand ce que d’ailleurs j’ai pu vérifier pour certains journaux de la région. J’ai écrit aux éditeurs de ces 180 périodiques d’avoir désormais à déposer à Paris. Une trentaine a continué à me parvenir. Nouvelle lettre et j’ajoute cette fois que tout exemplaire adressé à Clermont-Ferrand serait désormais refusé. (…) J’ai envoyé à Paris, le 24 janvier, 5 caisses qui contiennent tout ce que j’ai reçu depuis juillet18 ».

Louis Delavis, prend officiellement sa retraite en février 1946 avec le titre de conservateur-adjoint honoraire en reconnaissance des « excellents services » qu’elle a rendus pour la Bibliothèque19.

  1. Ce billet est le fruit d’un travail collectif de recherche et de rédaction auquel ont participé outre l’auteur cité, Saori Yamane et Anaelle Lahaeye. []
  2. BnF, archives institutionnelles, A77. Fiche sur un service annexe de dépôt légal en territoire non occupé. 12 novembre 1941 []
  3. BnF, archives institutionnelles, (2005/026/047). Service annexe du dépôt légal en territoire non occupé, le 12 février 1941. []
  4. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel de Louise Delavis. []
  5. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel de Louise Delavis. Administrateur général de la Bibliothèque nationale au secrétaire d’État à l’Éducation et à la Jeunesse. Paris, le 18 juin 1942. []
  6. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel de Jean Poriquet. Le dossier ne permet pas de connaître précisément la période pendant laquelle Jean Poriquet était gardien au service du dépôt légal de Clermont-Ferrand. []
  7. BnF, archives institutionnelles, (A77). Rapport de Louise Delavis à Bernard Faÿ, le 25 juin 1941 []
  8. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel de Georges Bataille. Ordre de mission pour Georges Bataille. 18 novembre 1941 []
  9. BnF, archives institutionnelles, (A77). Rapport de Louise Delavis à l’administrateur général. Clermont-Ferrand, 16 décembre 1946. []
  10. Note sur l’utilisation du personnel de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg qui se trouverait encore à Clermont-Ferrand. Paris, le 8 octobre 1941. []
  11. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel d’Anne-Marie Domas. []
  12. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel de Victor Krumacker. []
  13. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel d’André Gérard. []
  14. BnF, archives institutionnelles, dossiers de personnel d’Odile et Monique Schlumberger. []
  15. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel de Jacqueline Madeuf. []
  16. Arnold Matthieu, « La rafle du 25 novembre 1943 », dans Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 91e année n°3, Juillet-Septembre 2011. pp. 353-363.https://www.persee.fr/doc/rhpr_0035-2403_2011_num_91_3_1567. Voir également : Témoignages strasbourgeois : de l’université aux camps de concentration, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1996, 1 vol. (XI-564 p.) https://cdm21057.contentdm.oclc.org/digital/collection/coll17/id/1977 (consulté le 22/11/2021 []
  17. BnF, archives institutionnelles, (A77). Rapports de Louise Delavis  au secrétaire général. 21 juin 1945 et 9 juillet 1945. []
  18. BnF, archives institutionnelles, (A77). Rapport de Louise Delavis  au secrétaire général. Clermont-Ferrand, 30 janvier 1946. []
  19. BnF, archives institutionnelles, dossier de personnel de Louise Delavis. Administrateur général de la Bibliothèque à Louise Delavis. Paris, le 30 avril 1946. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.