Séminaire: Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) –Spoliations d’œuvres d’art et enjeux financiers et économiques pendant l’Occupation

Le 16 mars, de 18h30 à 20h, aura lieu la dernière séance du séminaire Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945).Il accueillera Arnaud Manas (Banque de France) pour une présentation sur le thème : Spoliations d’œuvres d’art et enjeux financiers et économiques pendant l’Occupation.

Cette séance sera l’occasion d’aborder un sujet mal connu et rarement évoqué, pourtant capital pour comprendre le contexte des échanges d’œuvres d’art pendant l’Occupation : le fonctionnement du système bancaire pendant la guerre en Europe, et particulièrement entre la France et l’Allemagne. En 1945, la France a considéré que les achats effectués sur son sol par des Allemands pendant l’Occupation constituaient un appauvrissement du patrimoine français ; pour mieux comprendre cette analyse, il est nécessaire de revenir sur le système financier pendant la guerre. Comment fonctionnait le système bancaire ? Quels étaient les circuits financiers entre la France et l’Allemagne ? Qui réglait réellement les achats effectués en France par des Allemands ?

La séance se déroulera Galerie Colbert, auditorium Jacqueline Lichtenstein (2 rue Vivienne – 75002 Paris). L’entrée est libre dans la limite des places disponibles sur présentation d’un pass sanitaire valide.

A propos du séminaire

Après un premier cycle de séminaires « Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) » en 2019, consacrés à la recherche de provenance dans différents pays, musées ou collections, le séminaire a poursuivi, en 2020, l’étude de quelques cas particuliers, abordé de nouveaux pays et s’est intéressé à la situation de certaines galeries. Au cours de cette deuxième année, perturbée par la crise sanitaire, le séminaire, organisé en lien avec l’Institut national du patrimoine et la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture, a élargi son champ d’investigation au contexte, à la signification et aux conséquences des recherches de provenance et des restitutions d’œuvres d’art. En 2021, le séminaire poursuit ces réflexions : si la nécessité de la recherche et des restitutions des biens spoliés pendant la période nazie s’est désormais, et heureusement, imposée, cette quête suscite encore critiques et interrogations. Les questions sont nombreuses : pourquoi recherche-t-on les œuvres d’art ? pourquoi s’intéresse- t-on aux œuvres d’art plus qu’à d’autres biens spoliés ? quelles sont les conséquences d’une restitution pour les descendants de personnes spoliées ? qu’est-ce que restituer veut dire, pour les descendants des spoliés, qui se retrouvent aux prises avec une mémoire parfois difficile à affronter, ou pour les musées, qui voient partir une œuvre jusque-là exposée au public ? Le séminaire veut également s’intéresser aux artistes et écrivains inspirés aujourd’hui par les thèmes de la spoliation, de la disparition et de la recherche des traces. Au côté des chercheurs de provenance, des historiens de l’art, des historiens et des juristes, ces créateurs font vivre le souvenir des hommes et des femmes qui furent spoliés ; ils retracent et font revivre autrement le parcours des biens et de leurs anciens propriétaires dépossédés.




Citer ce billet
Anaelle Lahaeye (2022, 10 mars). Séminaire: Patrimoine spolié pendant la période du nazisme (1933-1945) –Spoliations d’œuvres d’art et enjeux financiers et économiques pendant l’Occupation. La Bibliothèque nationale sous l'Occupation. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbtq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search