Armer le personnel de la Bibliothèque nationale

Si les collections de la Bibliothèque nationale sont éloignées de la capitale lors de la Seconde Guerre mondiale, c’est en premier lieu pour parer aux risques engendrés par les bombardements (destructions, incendies, etc.). Mais  les risques de vols sont également envisagés que ce soit par des autorités militaires ou par des individus isolés. Il s’agit alors, pour l’administration, de prendre des mesures de protection afin de protéger les dépôts de replis, dont l’armement du personnel.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Bibliothèque nationale prend des mesures de protection pour ses collections. Les pièces les plus précieuses sont entreposées dans les coffres de plusieurs banques ou envoyées dans des dépôts de replis, notamment Ussé et Castelnau-Bretenoux, auxquels plusieurs billets ont été consacrés (« Les déshydratateurs du dépôt d’Ussé », « le dépôt de repli du château d’Ussé », « Castelnau-Bretenoux »). Toutefois, les risques de vols, de la part des autorités d’occupation ou du fait d’individus isolés, y apparaissent plus importants. Dans ce contexte, l’administration de la Bibliothèque nationale envisage l’armement du personnel[1].

Une telle mesure n’est pas sans poser problème. En effet, depuis 1939, le  port d’arme est interdit, sauf exceptions soumises à autorisation. Dans ces conditions, armer certains membres de la Bibliothèque nationale va se révéler particulièrement complexe.

Des démarches laborieuses

 L’administrateur général Bernard Faÿ craint les vols dans les dépôts et multiplie les démarches afin d’obtenir des permis pour port d’arme ainsi que des pistolets. Les procédures sont entamées dès 1943 pour le dépôt de Castelnau-Bretenoux. Une lettre du préfet du Lot, René Dijoud, au responsable du dépôt, Jacques Feller, annonce la nouvelle : « Monsieur, j’ai l’honneur de vous faire savoir que vous êtes autorisé à détenir, ainsi que vos gardiens, un révolver. En effet, votre situation fait partie des dérogations prévues par le paragraphe 2 de la Loi du 3 décembre 1942[2] ». Le personnel est doté d’armes la même année.

La situation est plus complexe pour le dépôt d’Ussé, en zone nord. En décembre 1943, la question est soulevée par le préfet d’Indre-et-Loire : « On m’a signalé que les gardiens de la Bibliothèque Nationale, abrités au Château d’Ussé, ne possédaient aucune arme pour veiller sur la sécurité de ce dépôt d’archives. J’ai demandé au Chef de la Police allemande s’il lui serait possible de délivrer des revolvers à ces gardiens[3] ».

BnF, Archives institutionnelles, (A19). Permis de port d’arme, 5 février 1944.

Des armes sont également demandées pour Paris. Le 8 janvier 1944, Bernard Faÿ annonce dans une lettre avoir trois autorisations de port d’arme, mais l’administrateur général n’arrive pas à mettre la main sur des révolvers. Débouté par les autorités allemandes, il se tourne vers les fabricants, arguant son lien direct avec le ministère et l’importance des collections de la Bibliothèque nationale. Le 18 janvier, il reçoit une lettre de refus du fabricant Gastinne-Renette : rien ne peut être livré en dehors de l’armée occupante[4]. Cette réponse entraîne une nouvelle salve de démarches de Bernard Faÿ, qui mobilise ses contacts afin d’atteindre Joseph Darnand, secrétaire général de la milice française fondée par le maréchal Pétain :

« Comme je vous l’ai dit hier, je n’ai pu réussir à obtenir jusqu’ici des armes, bien que j’ai obtenu des autorités d’occupation trois autorisations de porter des armes, l’une pour moi, les autres pour deux de mes gardiens, M. Fortier-Maitre, ancien fonctionnaire de police, et M. Garcette ; alors qu’un bon nombre de fonctionnaires de la Bibliothèque nationale ont reçu des menaces de mort et que, par la richesse de leurs fonds et leur importance, nos collections sont extrêmement visées. (…) Pourriez-vous demander à M. Darnand de la façon la plus instante qu’il me donne ces armes[5] ».

                Concernant Ussé, il s’agit d’abord de se rapprocher des autorités d’Occupation. Dans une lettre du 22 janvier 1944, Bernard Faÿ annonce au docteur Fuchs, responsable du Bibliothekschutz :

« La région d’Ussé est calme ; et on ne signale pour l’instant aucun danger particulier, cependant l’expérience de Castelnau me fait désirer vivement d’obtenir l’autorisation d’avoir au moins cinq gardiens armés à Ussé. Tous les dépôts des Musées Nationaux ont cette autorisation, et dans le seul château de Montal il y a vingt gardiens et surveillants des Musées Nationaux armés (ce que justifie la présence d’œuvres comme La Joconde de Léonard de Vinci). Cependant, la valeur de nos collections et leur intérêt national autant qu’international est sensiblement égal à celui des Musées Nationaux. Je me permets donc d’insister auprès de vous afin qu’une nouvelle démarche soit faite auprès des autorités de l’armée d’occupation dans ce sens[6] ».

Fort de ces arguments, on lui demande de mener des démarches de concert avec les Musées nationaux alors dirigés par Jacques Jaujard, eux-mêmes demandeurs de nouvelles armes :

« En réponse à la demande d’armement des gardiens des dépôts, le Dr Fuchs fait connaître que cette question est entre les mains de l’Artschutz pour les musées, les archives et les bibliothèques, que, du côté français, M. Jaujard s’occupe de la question, que c’est avec lui qu’il conviendrait d’entrer immédiatement en rapport. Étant donné l’urgence, j’ai téléphoné à M. Jaujard que je n’ai pu atteindre que le 26. M. Jaujard ne demande pas mieux que de joindre notre demande à la sienne en lui faisant connaître dans la lettre de transmission que c’est sur les indications des autorités allemandes. Je lui ai promis également de transmettre copie du dossier à M. le docteur Fuchs. Cette demande devra comporter, sous forme de tableau : le nom et le lieu du dépôt avec l’adresse, les noms et prénoms du chef et des gardiens, les besoins en armes et munitions pour chacun d’eux, le cas échéant, les armes déjà possédées par les dépôts. J’ai demandé au personnel de fournir d’urgence les éléments pour ce travail[7] ».

                La Bibliothèque nationale demande huit pistolets et deux mitraillettes pour le dépôt d’Ussé, et deux mitraillettes pour les dépôts de Castelnau-Bretenoux et Luceau. La direction des musées demande de son côté un pistolet automatique par homme. Malgré la demande conjointe du 1er février (et l’accord du 25 avril pour les musées) ce n’est que le 19 mai que le docteur Fuchs donne son accord, après avoir reçu une nouvelle fois la liste des membres du personnel désignés pour être armés.

                Les autorités françaises, qui doivent fournir les armes, vont attendre la validation allemande pour agir. En effet, tandis que les procédures de l’armée d’Occupation suivent leur cours, Bernard Faÿ tente de mener les démarches avec le gouvernement de Vichy. Il se voit opposer un refus, en témoigne un courrier du 14 avril 1944 : 

« J’ai l’honneur de vous accuser réception de votre lettre SGMO du 31 mars dernier, répondant à ma lettre n°115 du 8 du même mois concernant la protection du dépôt de repli, établi par la Bibliothèque nationale au château d’Ussé. Je ne puis vous cacher que la fin de non-recevoir apposée par votre réponse en ce qui concerne la protection d’un dépôt représentant une part essentielle du patrimoine national m’apparaît fort grave. Les garanties de sécurité que je demandais me semblaient de celles qu’exige en tout état de cause le souci des intérêts supérieurs permanents de la France. Il ne m’appartient pas d’apprécier dans quelle mesure peut se justifier le rejet pur et simple d’une telle demande : je ne puis qu’en prendre acte et laisser, dans ces conditions, à l’autorité chargée de la sécurité intérieure, la responsabilité devant le pays des pertes irréparables qui pourraient en résulter dans l’avenir. Ayant été amené à installer à USSE un certain nombre de personnes, pour la mise en œuvre des mesures techniques de conservation, il me semble qu’il serait au moins souhaitable, dans les circonstances actuelles, de les doter de quelques armes[8] ».

Durant la même période, les collections du dépôt de Castelnau sont transférées à Ussé. Le second dépôt récupère donc les armes du premier, ce qu’annonce Bernard Faÿ au préfet du Lot : « Les armes que vous aviez bien voulu accorder au château de Castelnau pour la défense individuelle des membres du personnel ont suivi celui-ci dans sa nouvelle résidence. Cette dernière se trouvant en zone occupée, j’ai l’honneur de vous faire connaître que les autorités d’occupation ont donné les trois autorisations utiles pour les détenteurs, et que le contrôle de ces armes est passé désormais sous ma responsabilité directe au lieu de M. Feller[9] ». Malheureusement, le 21 mars le préfet annonce que les autorités allemandes demandent le retour de ces trois armes et de leurs munitions. L’administrateur général ne peut qu’acter leur retour le 28 mars 1944. Le dépôt d’Ussé est de nouveau sans armes.

BnF, Archives institutionnelles, (A20). Autorisation de port d’arme par les autorités allemandes, 27 avril 1944.
BnF, Archives institutionnelles, (A20). Autorisation de port d’arme du secrétaire général au maintien de l’ordre, 17 juin 1944.

Il faut attendre le mois de mai et l’accord allemand pour que la situation se débloque. Bernard Faÿ contacte les services compétents : « par lettre en date du 20 mai 1944 répondant à ma demande du 14 avril, M. le secrétaire général au maintien de l’ordre a bien voulu me faire connaître qu’il vous priait de donner toutes instructions utiles à vos services afin que l’armement indispensable du personnel des dépôts de repli de la Bibliothèque nationale fût pourvu d’armes[10] ». L’administrateur général prend soin de faire suivre les autorisations des autorités allemandes, attestant l’accord de la direction des armées pour l’armement des gardiens des bibliothèques et des musées français. Le 25 mai, une lettre de Vichy annonce l’aboutissement des démarches et leur suivi par le préfet responsable de la zone. Des instructions sont données au service technique régional d’Angers en vue de la livraison des armes de poing nécessaires. Bernard Faÿ prévient son personnel le 15 juin 1944 : « je vous envoie ci-inclus l’annonce que 9 révolvers sont à votre disposition à Angers[11]».

De la dissuasion à la défense

Cette réussite tardive confronte le personnel à un nouveau problème. En juin 1944, il ne s’agit plus de dissuader d’éventuels vols, mais bien de protéger les collections tandis que le théâtre des opérations se rapproche. Quelques armes ne font pas le poids face à deux armées, et se pose la question délicate des possibilités d’action du personnel. Tandis que la situation devient critique, menaçant la coupure des communications entre la Bibliothèque nationale et ses dépôts de replis, Bernard Faÿ contacte André Linzeler, conservateur adjoint au département des imprimés détaché à Ussé, au début du mois de juillet 1944. Un projet d’instruction décrit dans quelles circonstances les armes peuvent être utilisées :

« 1° Etant donné les dangers auxquels peuvent se trouver exposées nos collections et l’impossibilité qui vous a été notifiée de faire appel à la force publique, en application des instructions générales du Chef du Gouvernement dont je vous envoie ci-inclus copie, vous devez vous considérer comme jouissant d’une initiative totale pour appliquer les consignes qui vous sont données et dont l’essentiel est : la sauvegarde des objets précieux qui vous sont confiés. Tel doit être votre préoccupation constante et le but de ce que vous faites. 

2° Il est évident en particulier que si des groupes armés attaquent le dépôt, vous n’êtes pas en mesure avec votre faible effectif et votre faible armement de vous défendre ; au demeurant, une bataille autour de ce dépôt constituerait le pire danger pour les collections. Vous devez donc faire tous vos efforts, fût-ce au péril de votre vie, pour obtenir le maintien sur place et la sauvegarde des collections, mais cela sans entrer en conflit violent.

3° Les armes qui vous sont confiées vous permettent d’écarter toute tentative de vol venant d’individus isolés, et votre devoir est de vous en servir dans cette limite. Toutefois, bien entendu, vous devez éviter autant que possible l’effusion du sang[12] ».

Que cette lettre ait été envoyée ou non, la possession des armes sous-entend une potentielle utilisation. Lourde responsabilité que celle qui pèse alors sur les épaules du personnel, isolé et livré à lui-même. Les communications sont en effet coupées quelques jours plus tard. Le scénario critique évoqué par Bernard Faÿ n’aura pas lieu. Les combats resteront éloignés des dépôts de la Bibliothèque nationale, même si le dépôt d’Ussé manque de peu d’être bombardé par les alliés.

Si les dépôts de la Bibliothèque nationale sont épargnés, les dépôts des musées nationaux n’ont pas cette chance. Le 30 mars 1944, le château de Rastignac est incendié, celui de Badefol-d’Ans le 1er avril. Le 11 août, un gardien du dépôt du château de Brissac est abattu. Dix jours plus tard, au château de Chambord (dépôt de replis occupé militairement depuis juin 1940) quatre otages sont fusillés[13]. Au château de Valençay, un gardien autre est tué. La ville est incendiée et le château manque de peu de brûler également[14].

Concernant le cas de Paris, on ignore si la demande d’obtention d’armes de l’administrateur a abouti.

Néanmoins, lorsque Bernard Faÿ est arrêté, il est en possession d’un pistolet automatique. Ce dernier est remis à la conciergerie, puis aux autorités. On ignore également dans quelle mesure des armes ont pu être placées au sein de la bibliothèque par la Résistance. Toutefois, le 9 janvier 1965, plus de vingt ans après la guerre, un fusil mitrailleur est retrouvé dans les combles de l’institution. Pour les autorités, il ne fait pas de doute que l’arme a été oubliée à la Libération. Elle est remise à la police[15].

Conclusion 

Une fois la guerre passée, l’armement du personnel demeure une préoccupation de l’administration. En avril 1948 puis en janvier 1949, l’administrateur général Julien Cain, contacte le ministre de l’Intérieur afin d’obtenir que les gardiens soient armés. Il appuie sa demande sur l’exemple des Musées nationaux dont les gardiens sont armés.

Il est débouté par le ministre qui lui « oppose une nouvelle fin de non-recevoir à cette demande, basée sur le fait que le texte autorisant le port d’armes en faveur des agents des Musées nationaux auquel je me référais s’applique aux seuls agents chargés de convoyer des œuvres d’art ou objets de valeur sur la voie publique[16] ».

BnF, Archives institutionnelles, (A20). Note de la conciergerie sur l’arrestation de Bernard Fay, 29 septembre 1944.

Notes


[1] Voir « travailler malgré le danger » dans l’article « Les conditions de travail à la Bibliothèque nationale durant l’Occupation »).

[2] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Lettre du préfet du Lot à Jacques Feller, 1er mai 1943.

[3] BnF, Archives institutionnelles, (A8). Lettre du préfet de l’Indre-et-Loire au représentant de la Bibliothèque Nationale, 3 décembre 1943.

[4] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Lettre de Monsieur Gastienne à Bernard Faÿ, 18 janvier 1944.

[5] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Lettre de Bernard Faÿ à maître Chamant, 22 janvier 1944.

[6] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Lettre de Bernard Faÿ à Hermann Fuchs, 22 janvier 1944.

[7] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Note de Raphaël Labergerie à Bernard Faÿ, 27 janvier 1944.

[8] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Lettre de Bernard Faÿ au ministre secrétaire d’État à l’Intérieur, 14 avril 1944.

[9] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Lettre de Bernard Faÿ au préfet du Lot, 11 mars 1944.

[10] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Lettre de Bernard Faÿ au directeur des services techniques de la Police, 25 mai 1944.

[11] BnF, Archives institutionnelles, (A19). Permis de port d’arme, 5 février 1944.

[12] BnF, Archives institutionnelles, (A8). Projet d’instruction de Bernard Faÿ à destination du responsable du dépôt d’Ussé, 3 juillet 1944.

[13] MARTEL, P. (dir.), Otages de guerre, Chambord 1939-1945, cat. exp., Chambord, Château de Chambord, du  10 octobre 2009 au 2 mai 2010, Paris, Art Lys, 2009, p.12.

[14] BEULAY M., « L’exil des chefs-d’œuvre du Louvre, Les dépôt d’œuvres d’art au château de Valençay durant la Seconde Guerre mondiale », Les cahiers de Valençay, n°3 (2019), pp.3-11.

[15] BnF, Archives institutionnelles, (A20). Note à propos de la découverte d’une arme, 9 janvier 1965.

[16]  BnF, Archives institutionnelles, (A20). Lettre du ministre de l’Éducation nationale à Julien Caïn, 11 avril 1949.


Une réflexion sur « Armer le personnel de la Bibliothèque nationale »

  1. Bonjour,

    Bravo pour ce billet! Pour information, je suis en train de mettre en ligne dans la salle des inventaires virtuelle les journaux de bord des dépôts des musées nationaux pendant la Seconde guerre mondiale (versement 20144792). La question de la sécurité revient souvent dans ces journaux et il est parfois fait référence aux armes dont les agents étaient munis. Comme je n’ai pas particulièrement creusé la question, j’ignore comment ils s’étaient procuré ces armes.
    Pascal Riviale
    Archives nationales
    DECAS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.