Composer avec l’Occupant

Institution culturelle de premier plan, la Bibliothèque nationale suscite la curiosité, y compris pour les armées d’Occupation. Si les soldats allemands ne bénéficient pas de facilités d’accès particulières, il en va différemment pour les officiers qui profitent de l’importante manne d’informations disponibles en son sein. Entre la présentation qui est faite de la Bibliothèque nationale dans les journaux destinées aux soldats et les pratiques qu’il est possible de retracer grâce aux archives se lit tout un ensemble de passe-droits.

Un régime d’exception parcimonieux

Der Deutsche Wegleiter für Paris (Le guide allemand de Paris)[1] est un bimensuel publié sous l’autorité de la Kommandantur allemande. Tirée à des dizaines de milliers d’exemplaires, la publication du guide débute le 15 juillet 1940, un mois après la prise de Paris, et se termine en août 1944. Installé à côté de la Propagandastaffel, sa finalité est de fournir aux Allemands, notamment aux  soldats stationnés dans la capitale, un ensemble d’anecdotes, d’informations utiles et de bonnes adresses pour faciliter leur séjour. Le magazine, qui rencontre un certain succès, s’étoffe rapidement (passant de 16 à 100 pages).

Dans son numéro du 20 juin 1942,  la revue publie un article de Johannes Binkowski qui offre une description sommaire de toutes les bibliothèques parisiennes. Chacune bénéficie d’un petit paragraphe indiquant sa localisation et le nombre d’ouvrages conservés. La Bibliothèque nationale bénéficie d’une présentation un peu plus étoffée.  L’auteur évoque rapidement son histoire, puis note :

« La Bibliothèque nationale contient actuellement environ 5 millions de livres, 130 000 manuscrits, 3 millions d’objets artisanaux, gravures et cartes et 200 000 pièces de monnaie. La salle de travail peut accueillir 300 personnes et est presque toujours pleine. En effet, les bibliothèques parisiennes ne prêtent pas les livres. On ne peut les emmener chez soi, il faut les consulter sur place. Étudiants, travailleurs, professeurs d’université, etc. sont assis dans une rangée colorée et étudient activement. Les livres allemands sont représentés en abondance à la Bibliothèque nationale, non seulement dans les livres scientifiques et classiques, mais aussi dans les lexiques, dictionnaires et autres ouvrages de référence allemands. Il n’y a presque pas un livre allemand d’importance qui manque à la Bibliothèque nationale[2] ».

L’article tient les promesses d’un aperçu rapide et ludique. De fait, le guide étant destiné aux soldats, il n’est pas fait mention d’éventuelles facilités, privilèges dont seul l’état-major allemand peut se targuer. En effet, les archives institutionnelles de la Bibliothèque nationale font mention de visites ou de prêts impossibles aux lecteurs ordinaires.

Plusieurs hauts dignitaires allemands viennent visiter la Bibliothèque nationale, parfois sans laisser aux conservateurs le temps de s’organiser. Le 18 décembre 1940, c’est la femme d’Otto Abetz, ambassadeur d’Allemagne en France, qui demande une visite impromptue. Bernard Faÿ s’empresse d’organiser la visite :

« Monsieur Renoult, Mme Abetz viendra demain matin à 10h30 voir nos objets du roi de Rome. Veuillez donc rajouter deux ou trois vitrines pour étoffer l’exposition. Voyez s’il y a lieu de prévenir la police. Il nous faut un service d’ordre en tout cas. Veuillez prévenir M. Babelon que Mme Abetz montera voir la chaise de Dagobert et des monnaies siciliennes. Prévenez aussi M. Lauer de tenir deux ou trois manuscrits carolingiens prêts à être montrés. Pour le reste, n’en parlez à personne. Ne dites même pas à Babelon et à Lauer de qui il s’agit[3] ».

Certaines demandes concernent même des visites de groupes qu’il s’agit encore d’organiser à la hâte. En 1942, c’est une partie du  service des Archives de l’Armée au Commandement Militaire en France qui annonce sa venue par l’entremise du major Josef Brennfleck[4] qui en a la charge: « Mes collaborateurs ont exprimé le désir de visiter la Bibliothèque Nationale pour voir ses richesses et ses installations techniques. Il s’agit de 10 Dames et Hommes en tout. Vous plairait-il de nous indiquer le jour qui vous conviendrait le mieux. Si vous me permettez d’exprimer encore une préférence, je vous dirai que 15 heures nous conviendrait[5] ».

BnF, Archives institutionnelles, (A40). Lettre du Major Brennfleck à Bernard Faÿ, 11 mai 1942.

Quelques écarts au règlement

Outre les visites, des demandes personnalités d’aides à la recherche sont également soumises, à l’exemple de celle du docteur Hermann Bunjes, chef du Kunstschutz, pour Lisa Schürenberg, historienne de l’art:

« Monsieur, le porteur de cette lettre, Madame Dr Schürenberg, désirerait consulter divers manuscrits dans la Bibliothèque nationale (…) Je vous serais très obligé si vous vouliez bien lui prêter votre concours pendant ses travaux dans la Bibliothèque nationale[6] ».

Une note de la même teneur arrive au département des Imprimés le 21 mai 1941 : « une haute personnalité allemande me demande ce que nous possédons comme documentation relative aux Parsis et aux sectes non bouddhiques de l’Inde. Voudriez-vous me rendre compte de ce qu’on pourrait lui montrer ?[7] ».

                Les emprunts, bien que le règlement les interdise, sont nombreux. La seule liste des ouvrages non rendus par les autorités allemandes de mars 1942 comporte quarante-et-un manquants. Néanmoins, l’administration se montre rétive dans l’attribution de ce privilège. Une demande d’un chercheur allemand du 17 janvier 1944 se voit renvoyée aux autorités :

« Il est parfaitement loisible aux membres des troupes d’occupation de faire usage de la Bibliothèque nationale. S’il ne s’agit que de consulter sur place les collections, l’accès des salles de travail vous est ouvert sur présentation de M. le docteur FUCHS, chef du Bibliothekschutz (…) s’il s’agit d’emprunter des livres, la chose ne peut qu’être tout-à-fait exceptionnel ; elle est en principe interdite par les règlements, mais certaines dérogations sont accordées dans les cas particuliers utiles au travail scientifique. Quand il s’agit de ressortissants de l’armée allemande, les emprunts n’ont lieu que sous la garantie et par l’intermédiaire de M. le docteur FUCHS[8] ».

La liste des ouvrages empruntés est tenue à jour par le département des imprimés, car Bernard Faÿ doit régulièrement réclamer les ouvrages non rendus:

« Monsieur le docteur, J’ai fait rechercher par le Département des Imprimés et pointer très méticuleusement les ouvrages qui ont été  prêtés depuis 1940 aux membres de l’Armée allemande. Je vous en remets ci-joint la liste. Un certain nombre sont sortis depuis peu de temps, mais il en est une vingtaine d’autres que pour la bonne règle je serais heureux de voir réintégrer leurs rayons[9] ».

BnF, Archives institutionnelles, (A40). Liste des volumes empruntés par des membres des autorités allemandes non encore rendus, le 28 avril 1942.

La direction insiste sur le soulagement apporté par la prise en charge de ces prêts par les autorités allemandes au sein de son rapport d’activité :

« Le Service allemand a assumé également la charge des prêts aux membres de l’armée allemande  et aux ressortissants allemands. Il y a eu là, au début de l’occupation, un sérieux risque de désordre à la Bibliothèque Nationale même. Des militaires, étudiants, professeurs ou érudits, mobilisés, fréquentaient en assez grand nombre les salles de travail. Mais plus nombreux étaient ceux à qui leurs obligations ne permettaient pas de s’y rendre pendant les heures d’ouverture. Des services officiels s’adressaient eux aussi à la Bibliothèque Nationale pour y puiser la documentation nécessaire à leurs travaux. L’autorité du règlement français, souvent respectée, risquait d’être inopérante dans de nombreux cas. En prenant en main le contrôle et la responsabilité des emprunts faite à nos collections, le Service allemand de protection a pleinement justifié son titre. Aucun volume n’a disparu des établissements de la Réunion des Bibliothèques nationales[10] ».

                Pourtant, la recherche, la mise à disposition, le suivi et le retour de ces prêts reste à la charge de la Bibliothèque nationale. Le Bibliothekschutz se porte avant tout garant des emprunteurs et constitue un intermédiaire des demandes, rien de plus, mais la Bibliothèque nationale ne peut s’y soustraire. L’institution étant dépendante des autorités allemandes pour un grand nombre de démarches (demande de laissez-passer, de bons-matières, d’autorisations en tout genre, etc.) la bonne entente avec l’occupant s’avère cruciale. Par la spécificité des demandes, en raison du caractère « sensible » de cette collaboration, et sans service dédié au sein de l’établissement, ce sont généralement aux conservateurs qu’incombe de mener ces recherches.

Consulter, visiter, emprunter… pour quels usages ?

Durant l’Occupation, la Bibliothèque nationale évoquait déjà sans détour sa participation aux travaux de l’armée allemande :

« La mission des bibliothécaires allemands qui ne se composait à l’origine que de quelques personnes devait s’accroître rapidement (…) occupés principalement à la recension des Incunables, pour le Catalogue général, dont la publication est assurée par la Bibliothèque Nationale de Berlin ; à celle des manuscrits relatifs à l’histoire allemande, à l’inventaire des catalogues allemands conservés dans les bibliothèques françaises. Accessoirement le Service allemand recherchait les instruments de travail non publiés comme les notes de Barthélemy HAURÉAU, pour en envoyer des photographies à la Bibliothèque Nationale de Berlin. (…) Les commandes faites pour lui à l’Office de Documentation ont été extrêmement abondantes, et c’est presque uniquement à elles que l’atelier de photographie doit d’avoir pu continuer de fonctionner et de payer ses ouvriers depuis l’armistice[11] ».

Un bureau est d’ailleurs aménagé pour accueillir des bibliothécaires allemands au printemps 1941, dont l’installation est payée par l’occupant. Un peu moins de 700 ouvrages y sont placés afin de faciliter leurs recherches (voir ci-dessous la liste du 13 octobre 1941). Ces dernières, d’ampleur, semblent se limiter aux collections. Une note du 3 décembre 1943 annonce que « Les catalogues commandés par le Dr Fuchs sont prêts. Ils représentent 677 volumes. La facture va être établie et lui sera envoyée[12] ».

On demande ainsi à Bernard Faÿ l’ensemble des planches publiées par l’Atlas de France depuis 1938[13]. Dans une veine similaire, de nombreuses recherches dans les journaux doivent être effectués par les agents de la bibliothèque pour le compte de l’occupant. Le 2 octobre 1942, Jean Bruno, bibliothécaire du département des Imprimés, se voit attribuer une enquête de ce type:

« Pour le 10 octobre au plus tard le service allemand des Bibliothèques demande de lui établir l’état des collections de revues, dont ci-joints la liste se trouvant à la Bibliothèque Nationale ou dans les principales bibliothèques de Paris. Il est inutile de remonter au-delà de 1930, mais, pour chacune, il faudra indiquer nettement les années des numéros possédés, le lieu où elles peuvent être consultées, les lacunes[14] ».

Les facilités d’accès offertes par la Bibliothèque aux occupants sont décriées à la Libération. Un article du 26 septembre 1944 de la revue Résistance titre « C’est à la Bibliothèque nationale que les Allemands préparaient leur débarquement sur les côtes anglaises[15] ». Il contient une interview de Pierre Mornand, conservateur adjoint du département des Imprimés, qui confirme la venue régulière de membres de l’armée, non pas pour des recherches personnelles, mais pour de potentielles actions militaires : « dès le début de l’occupation, nous fûmes envahis par une nuée de stratèges de fauteuil, tondus ras et aux larges nuques, qui se jetèrent avec frénésie sur nos documents géographiques. Ils étudièrent en particulier, avec une extrême minutie, les détails des côtes est et sud de l’Angleterre, ceci en vue d’un débarquement[16] ».

La supposition de l’utilisation des ressources à des fins militaires n’est pas absconse. Les archives comportent une cinquantaine de demandes de documentation concernant des recherches géographiques, politiques ou tactiques.

BnF, Archives institutionnelles, (A19). Article du journal Résistance, 26 septembre 1944.

Notes


[1] La revue a bénéficié d’une publication en 2012 par la maison d’éditions Alma, par le biais d’une sélection d’articles (recontextualisés et traduits) par Laurent Lemire et Catherine Miel.

[2] Nous traduisons. BINKOWSKI J., « Ein Gang durch Pariser Bibliotheken », Der Deutsche Wegleiter für Paris, n°46, juin 1942.

[3] BnF, Archives institutionnelles (A40). Note de Bernard Faÿ à Jacques Renoult, 18 décembre 1940.

[4] A propos de son parcours voir : STEIN, Wolfgang Hanz, « Les archives militaires françaises sous l’occupation allemande, 1940-1944. Droit des gens et spoliations d’archives », dans FOCK, Bertrand, SABLON DU CORAIL, Amable, (dir.), 1940 : L’empreinte de la défaite, Témoignages et archives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Service historique de la Défense, 2014, pp.52-53.

[5] BnF, Archives institutionnelles (A40) Lettre du Major Brennfleck à Bernard Faÿ, 11 mai 1942.

[6] BnF, Archives institutionnelles (A40). Lettre d’Hermann Bunjes à Bernard Faÿ, 13 mai 1942.

[7] BnF, Archives institutionnelles (A40). Note de Bernard Faÿ pour le département des Imprimés, 21 mai 1941.

[8] BnF, Archives institutionnelles (A40). Lettre de Bernard Faÿ à Edmund von Gordon, 17 janvier 1944.

[9] BnF, Archives institutionnelles (A40). Lettre de Bernard Fau au Docteur Fuchs, 28 avril 1942.

[10] FAŸ B. (dir.), Rapport présenté au Maréchal de France, chef de l’État, sur la réorganisation et le fonctionnement de la réunion des Bibliothèques nationales de Paris de 1940 à 1943, Paris, Bibliothèque nationale, 1944.

[11] FAŸ B. (dir.), Rapport présenté au Maréchal de France, chef de l’Etat, sur la réorganisation et le fonctionnement de la réunion des Bibliothèques nationales de Paris de 1940 à 1943, Paris, Bibliothèque nationale, 1944.

[12] BnF, Archives institutionnelles (A40). Note adressée à Bernard Faÿ, 3 décembre 1943.

[13] BnF, Archives institutionnelles (A40). Document non daté.

[14] BnF, Archives institutionnelles (A40). Note de Bernard Faÿ à Jean Bruno, 2 octobre 1942.

[15] YONNET, « C’est à la Bibliothèque nationale », Résistance, 26 septembre 1944.

[16] Idem.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.