Pallier la dénutrition du personnel : coopérative, autoculture et cantine

À l’instar du reste de la population française[1], le personnel de la Bibliothèque nationale est durement touché par le rationnement et les pénuries alimentaires qui touchent le pays durant l’Occupation. Il l’est d’autant plus qu’il fait partie des catégories à risque : celle des villes, loin des possibilités de la culture vivrière des campagnes. Face à une situation qui devient rapidement alarmante, plusieurs mesures sont prises afin d’endiguer la dénutrition galopante.

Une situation sanitaire alarmante

Le rationnement débute en France dès septembre 1940 et dure jusqu’en 1949. Le nouveau gouvernement établi en juillet 1940 annonce faire de l’alimentation une priorité. Dans son message du 13 août 1940, le maréchal Pétain proclame «  que la première tâche du gouvernement est de procurer à tous une alimentation suffisante[2] ». Un journaliste du quotidien Le Progrès n’hésite d’ailleurs pas à écrire début 1941 : « Que les gens qu’affolent les restrictions se calment un peu. Nous avons à serrer notre ceinture, certes, et à nous priver. Mais nous n’en sommes pas encore à la mort par la faim ![3] ». Cependant dès 1942 les autorités de santé commencent à s’alarmer. Non seulement les populations marginales et fragiles sont durement touchées (personnes âgées, internés psychiatriques, enfants, etc.), mais également une large part de la société qui n’a pas les moyens de se nourrir correctement. De fait, les quantités allouées par les tickets de rationnement sont insuffisantes. Ces quotas (environ 1 400 calories par personne en 1942 et 1943) ne fournissent qu’autour des deux tiers des besoins énergétiques journaliers nécessaires (de 2000 à 2500 calories pour un adulte). La situation est reconnue à demi-mot par le maréchal Pétain lui-même dans un discours du mois de décembre 1940: « Je fais appel à l’ingéniosité des Français pour qu’ils improvisent eux-mêmes les moyens de compléter leur alimentation[4] ».

Trois solutions s’offrent à la population. La première : cultiver eux-mêmes les aliments nécessaires à leur subsistance. Les jardins ouvriers sont ainsi multipliés par deux entre 1939 et 1942. Mais encore faut-il avoir un terrain disponible, ce qui est particulièrement complexe en ville. Seconde solution : bénéficier de l’aide de proches vivants à la campagne ou s’y approvisionner directement. À nouveau, les disparités sont grandes entre les individus. Enfin, il est possible de recourir au marché noir, mais les prix qui y sont pratiqués s’envolent rapidement. Seuls les plus riches peuvent s’y approvisionner régulièrement. Le consommateur le plus défavorisé est donc un « habitant d’une grande ville particulièrement mal placée pour le ravitaillement, pauvre, sans amis ni parents à la campagne et ne pouvant, par sa profession, bénéficier des avantages offerts aux collectivités[5] ».

Une part du personnel de la Bibliothèque nationale correspond à ce portrait. Les rapports du service social sont alarmants : « le service social a dû envoyer au docteur des gardiens et des chômeurs intellectuels qui souffrent beaucoup de sous-alimentation. Les rations sont insuffisantes : on se prive pour un grand fils, un prisonnier. Un amaigrissement inquiétant survient avec un manque de forces qui n’a d’autres causes que le manque de nourriture chez des gens dont le budget est trop modeste pour satisfaire un appétit normal[6] ». L’administrateur général estime en mai 1942 que « la dénutrition est manifeste chez tous les employés[7] », constat qu’il réitère en 1943[8] puis au ministre en 1944 : « je tiens à attirer votre attention sur la gravité de l’état sanitaire du personnel de la Bibliothèque nationale, dans certains services (Centre de Documentation) 35 % du personnel sont absents pour cause de maladie ; dans les autres services, la moyenne est sensiblement la même[9] ».

L’autoculture est envisagée, raison pour laquelle Bernard Faÿ réclame au ministre des fermetures et des vacances : « je me permets de vous demander s’il ne serait pas possible de fermer la Bibliothèque un jour par semaine, le samedi ou le lundi par exemple, afin que les très nombreux bibliothécaires ou gardiens qui habitent dans la banlieue parisienne puissent se reposer et cultiver leur petit jardin qui leur donne de quoi manger[10] ». Tous ne peuvent y prétendre, mais « le reste du personnel profiterait aussi de ce repos, qui lui permettrait de s’occuper des questions de ravitaillement si compliquées en ce moment-ci[11] ». Les démarches sont effectivement laborieuses. Il faut pour chacun retirer les cartes de rationnement en mairie, puis échanger les coupons contre des tickets, s’inscrire chez les commerçants, et enfin faire de chronophages queues devant les boutiques afin de bénéficier du peu de stocks disponibles. À chaque produit alimentaire correspond son magasin et donc son interminable file d’attente. Si l’administrateur obtient gain de cause, ce seul octroi de repos n’est cependant pas suffisant pour soulager le personnel de la Bibliothèque nationale.

Durant l’Occupation, des municipalités, des associations et des entreprises vont monter des projets afin de pourvoir à l’alimentation de tous. Les « comités patates », surnom des comités sociaux d’entreprise, sont ainsi à l’origine d’initiatives comme des cantines, des coopératives de ravitaillement ou des jardins ouvriers. La Bibliothèque nationale ne déroge pas à ce schéma. Outre l’action directe du service social (distribution de bon pour des soupes populaires, organisation de goûters des enfants, distribution de bonbons vitaminés et de biscuits caséinés, etc.), un service d’entr’aide est créé dès 1941 afin de répondre aux difficultés du ravitaillement du personnel. Les débuts sont laborieux, en témoigne un rapport d’avril 1941 : « Après deux mois de tâtonnement et de recherches, nous allons enfin pouvoir donner plus d’extension à ce service d’entr’aide pour le ravitaillement, au moment de la réouverture de la Bibliothèque en mai[12] ». Le service initie ses fonds grâce à un prêt de la Société des amis de la Bibliothèque nationale. C’est sous son égide, avec l’aide du service social, que les mesures de ravitaillement sont menées.

La coopérative de vente

La première action d’envergure du service d’entr’aide est d’ouvrir une coopérative de vente. L’objectif est de réduire le coût des denrées par l’achat de gros et de restreindre le temps nécessaire aux provisions. La coopérative est dirigée par un conseil d’administration au sein duquel siègent l’assistante sociale de la Bibliothèque nationale et d’autres membres du personnel élus à titre privé. Le service social lui assure un fonds de roulement de 100 000 francs ainsi que son personnel, néanmoins l’entreprise est périlleuse. En effet, devant le fourmillement de projets de la sorte l’État légifère : « Le C.N.C.C [Groupement national des coopératives de consommation] conseille d’interrompre toute constitution de coopérative et de société anonyme jusqu’à ce que sorte du ministère du Travail la loi ou le décret actuellement en préparation et qui devrait paraître fin octobre. Cette loi n’autoriserait que les coopératives groupant 2.000 sociétaires et existant déjà en 1938, ou exceptionnellement fondées avant mars 1941[13] ».

Afin de contourner le problème du nombre d’adhérents, la Bibliothèque nationale s’associe avec les Musées nationaux. Les contacts de Bernard Faÿ à Vichy semblent également avoir joué : « La constitution même de cette Société fut longue et laborieuse. Il nous fallut beaucoup de persévérance pour surmonter les difficultés, et l’appui que nous donna Mr Bernard FAŸ nous ouvrit des portes presque impossibles à franchir[14] ». L’assemblée générale constitutive se tient le 3 décembre 1941. Le magasin ouvre six mois plus tard, en dépit de problèmes d’approvisionnement.

En effet, la toute jeune coopérative est loin d’être prioritaire aux halles : « C’est bien péniblement que notre coopérative a commencé d’entrer en activité au cours de ce semestre. L’approvisionnement des Halles étant fort difficile en février et mars, les opérations de vente n’ont pu commencer qu’en avril. L’acheteur que nous avions arrêté en février n’a pas donné satisfaction et nous lui avons signifié son congé fin juin. (…) ce qui nous manque, c’est l’autorisation d’achat direct au grossiste expéditeur. Nos démarches au secrétariat d’État au ravitaillement n’ont pas encore abouti sur ce point. Nous attendons la communication d’une circulaire ou d’un arrêté qui nous fixera sur le genre de demande à présenter au secrétariat d’État à l’Agriculture[15] ». Cette volonté de s’approvisionner en amont des halles  s’explique par les « méthodes » dudit marché. Marcel Rieunier, conservateur adjoint au département des Imprimés et trésorier de la coopérative, s’en désole en février 1943 :

« Afin de respecter les règlements, ignorés sans doute par nombre d’acheteurs, nous travaillons aux Halles sans pratiquer le « dessous de table ». Résultat actuel : aucun ravitaillement pour nos 800 sociétaires, soit plus de 2.500 personnes. (…) Hier, mercredi, nous avons pu obtenir une dizaine de bottes de carottes, à peu près autant de navets, et un peu de persil. C’est peu pour des travailleurs qui trouvent les boutiques vides lorsqu’ils rentrent chez eux. Et je ne serais pas surpris si notre acheteur me disait que pour aboutir à ce piteux résultat il lui a fallu donner, sinon un dessous de table, du moins un pourboire.  Assurer le fonctionnement d’un service d’entr’aide dans de telles conditions est décevant. Lorsque se nourrir devient pratiquement impossible, il faut une singulière vertu, à ceux qui en ont les moyens, pour résister à la tentation du marché noir, et aux autres pour ne pas laisser entraîner à des excès[16] ».

Le faible approvisionnement entraîne son lot de mécontentement et la coopérative fait l’objet de nombreuses plaintes de la part du personnel. En janvier l943, l’administrateur général contacte Monsieur Rieunier à ce sujet : « J’ai reçu des plaintes de gardiens au sujet de denrées vendues sans tickets à la coopérative à des tarifs de « marché noir ». J’ai dit à Mlle LEVASSOR que si nous voulons éviter la fermeture du Service d’Entr’aide par la préfecture de police, il faut nous abstenir de ces pratiques[17] ». Pour répondre au flot de reproches, l’administrateur général décide de laisser le personnel décisionnaire quant à la poursuite de ce service. Il annonce dans une lettre au ministre de l’Éducation du 16 février 1943 : « J’ai donc fermé la Coopérative pendant huit jours, à titre d’expérience et j’ai fait organiser parmi le personnel un référendum. Les résultats sont concluants et à la demande de la quasi-unanimité des fonctionnaires, agents et auxiliaires de la Bibliothèque nationale, je me propose, sauf contre ordre de votre part, d’autoriser la Coopérative à reprendre ses opérations[18] ».

En dépit d’un soutien qui semble général, ces plaintes prennent un tour dramatique en juillet 1943. Après l’envoi d’une lettre anonyme à la Kommandantur, une enquête est ouverte par la gendarmerie allemande. La missive accuse la coopérative de gonfler ses prix de vente, à l’instar des plaintes du mois de janvier de la même année. Elle est signée « un groupe de gardiens », lesquels ont des salaires particulièrement bas. Un sous-officier et son interprète se présentent à la Bibliothèque nationale et demandent à voir la présidente du service d’entr’aide, Mademoiselle Litoux, puis les responsables des prix, à savoir l’assistante sociale Renée Levassor. L’assistante sociale est de nouveau interrogée plus tard dans la journée :

« Après une enquête qui dura plus d’une demi-heure, j’ai été priée de me rendre à 17 heures à la Kommandantur où l’interrogatoire a repris en détail sur tous les points indiqués dans la lettre anonyme. J’ai dû, pour chaque article, donner en détail les conditions d’achat et de vente, puis expliquer la nature de notre société coopérative de consommation et donner des indications précises sur notre personnel, en spécifiant bien qu’il était en presque totalité à la charge de la Bibliothèque. Cette enquête avait principalement pour but d’établir si nous avions un service régulièrement constitué et si nous ne faisions pas de bénéfices exagérés. J’ai pu affirmer que les bénéfices ne dépassaient jamais 30% et qu’ils s’élevaient habituellement à 10 ou 15% quand nous ne vendions pas à perte[19] ».

L’affaire est assez grave pour arriver à l’attention du ministre de l’Éducation nationale : « J’ai pris connaissance du rapport du 8 juillet courant dans lequel vous rendez compte à M. le Directeur de l’Enseignement supérieur d’une enquête effectuée par la gendarmerie allemande à la coopérative installée à la Bibliothèque nationale. L’enquête a été provoquée par une dénonciation anonyme, je déplore avec vous l’état d’esprit que cette dénonciation révèle. Vous estimez qu’il ne convient pas, en raison de cet incident, de priver votre personnel d’un ravitaillement particulièrement apprécié à l’heure actuelle. Je vous donne mon entière approbation sur ce point[20] ». Ainsi que le conclut la lettre, l’entreprise n’est pas compromise.

En dépit de ces errances ou des plaintes, la coopérative continue d’être soutenue par la plupart de ses membres. De fait, le rationnement et les pénuries ne permettent pas au personnel d’être exigeant: « Cette coopérative, malgré les inévitables critiques qu’elle a souvent suscitées a rendu de grands services en proposant au personnel dans les jours de disette des denrées qu’il était très difficile de se procurer[21] ».

En 1943, la coopérative compte 1400 sociétaires (489 sociétaires de la Bibliothèque nationale, 335 aux musées nationaux, 28 aux arts décoratifs, 154 aux Beaux-Arts et 409 au Muséum d’Histoire naturelle)[22]. Ce succès crée une charge de travail considérable pour le service social qui en a pris la gestion. Dès 1942, la situation est suffisamment inquiétante pour en alerter l’administration :

« Bien qu’il soit souhaitable qu’une distinction bien nette dans la gérance et l’organisation s’établisse entre le service social et le service d’Entr’Aide, le service social est pratiquement obligé d’épauler notre coopérative et d’intervenir pour soutenir son activité. Le nombre des adhérents est passé en ce semestre de 400 à plus de 900. Toutes les opérations concernant les inscriptions (versement des fonds, établissement des feuilles de papier timbré, des cartes d’adhérents, vérification de l’exactitude des déclarations) ont été effectuées par le personnel du service social[23] ».

Pour soulager le service social, Marie-Antoinette Zandré et Marguerite de Montmorot, chômeuses intellectuelles, sont affectées à la coopérative en mai 1944. Cela n’empêche pas les récriminations du personnel sur la mauvaise gestion des services de la coopérative de se poursuivre. Un an plus tard, leur nombre pousse Bernard Faÿ à commanditer une enquête à Renée Levassor : « Des plaintes arrivent presque quotidiennement à l’Administration sur les conditions dans lesquelles se fait la répartition des maigres ressources de la Coopérative. Le nom de Mme de Montmorot est mis très souvent en cause. Veuillez faire une enquête discrète et me renseigner dans les plus courts délais. D’autre part, veuillez me faire connaître d’urgence les mesures prises par vous pour assurer une répartition équitable et qui tienne compte des situations des bénéficiaires[24] ». La deuxième partie de la note de service révèle cependant la raison sous-jacente aux tensions : le manque de ressources disponibles.

Le terrain de culture maraîchère de Chèvreloup

Tandis que la situation du pays s’aggrave avec les saisies de l’occupant, il n’est bientôt plus possible de trouver suffisamment de nourriture dans les Halles parisiennes. La solution d’une autoculture collective est présentée au comité du service d’entr’aide (sur l’expérience de la Première Guerre mondiale), et il est envisagé de lancer un potager sur un terrain prêté par le Muséum d’Histoire naturelle (10 hectares sur le site actuel de l’arboretum de Versailles-Chèvreloup). Des démarches sont rapidement lancées :

« Ce début de l’année 1942 a connu toutes les vicissitudes d’un projet de ravitaillement du personnel par l’application de la loi du 30 novembre 1941 conformément à la mise en culture maraîchère de terrains en friche pour les collectivités. La question proposée au Conseil d’administration du service d’entr’aide en janvier a été mise à l’étude aussitôt. Monsieur Chouard, professeur aux Arts et Métiers et membre du Secours national fut mis au courant de notre projet, il l’encouragea vivement. Sur ces indications, nous sommes entrés en rapport avec Monsieur Dunier du Service Artisanal et Agricole de l’Équipement national, avec le service de la main d’œuvre de l’Équipement national et avec la Direction du Service Agricole de Seine et Oise[25] ».

Afin de financer la mise en exploitation du terrain, le service d’entr’aide lance une nouvelle structure d’adhésion et demande à ses adhérents un paiement anticipé de 25 francs par tête. La somme obtenue, 50.000 francs, demeure insuffisante. Une aide d’un montant de 100.000 francs est sollicitée au Secours national. D’abord refusée, la somme est allouée en deuxième délibération « lorsque nous avons insisté sur les motifs de notre demande[26] ». Elle est versée pour moitié sous forme de subvention et pour moitié sous forme de prêt.

Ce type de requêtes n’est pas inhabituel pour le Secours national. Ce dernier est créé en août 1914 afin d’aider les populations à lutter contre les effets de la guerre[27]. Son action principale est de collecter des fonds privés qu’il répartit ensuite entre les bonnes œuvres. Mis en sommeil pendant l’entre-deux-guerres, le Secours national est reconstitué par Édouard Daladier en octobre 1939. Son financement est élargi aux subventions publiques, donnant au gouvernement un droit de regard sur son action. Le maréchal Pétain en prend la présidence d’honneur en octobre 1940, ce qui achève d’en faire un organe sous emprise du gouvernement (ainsi qu’un support de sa propagande). Toutes les affiches du Secours national présentent un portrait du maréchal Pétain, qui est même glorifié dans le « chant du Secours national ». Avec ce support gouvernemental, l’action de la structure s’accroît très largement durant l’Occupation. Ses employés passent de quelques centaines en 1939 à plus de 15 000 en 1945, épaulés par plus de 40 000 bénévoles. Entre octobre 1939 et juillet 1944, il subventionne 12 000 œuvres pour un total de 1 600 000 000 francs (fonds principalement d’origine publique). En plus des réfugiés et des sinistrés, il fournit des aides à l’enfance, aux personnes âgées, et surtout à la lutte contre la faim (28,7 % de son budget en 1941)[28].

Dans ce dernier segment d’action, le Secours national accorde son appui à un grand nombre de cantines scolaires gérées par les municipalités, mais aussi à de restaurants d’association et des cantines d’entreprises. Il intervient également au niveau de la production agricole. La structure aide les possesseurs de jardins familiaux et collectifs par l’attribution d’argent, mais aussi la distribution d’outils, de graines, de plants, de semences, d’engrais, etc. Grâce à ce soutien, les mises en culture se développent rapidement sur tous les terrains disponibles en région parisienne, en témoignent ces images du jardin du Luxembourg et du champ de courses du bois de Boulogne.

Bibliothèques patrimoniales de Paris, photographies d’André Zucca sur la transformation des parterres du Sénat en jardins potagers.
Bibliothèques patrimoniales de Paris, photographies d’André Zucca sur la transformation du champ de course du bois de Boulogne [Longchamp] en champ de pommes de terre

Dans le cas de la Bibliothèque nationale, le lancement de la culture nécessite davantage que ce premier soutien. Un grand nombre d’acteurs vont porter leur secours à l’entreprise. Après l’obtention de l’agrément du préfet de la Seine-et-Oise, les engrais sont fournis par la Direction des Services agricoles de Seine-et-Oise[29], l’Équipement national met à disposition la main-d’œuvre, le Service Artisanal et Agricole procure un chef de culture, le Muséum national prête un cheval, l’ingénieur en chef du génie rural de Paris Ouest fournit du carburant pour le défrichement par tracteur, tandis que le Bureau de Répartition accorde un bon de semences de pommes de terre et de haricots. Les nombreuses sollicitations à effectuer expliquent les retards de mise en culture.

Les travaux commencent en mai 1942 :  « Nous avons pu, enfin, le 11 mai, signer un contrat pour le défrichement du terrain, et malgré de nouveaux déboires au sujet des semences, de leur qualité, de leur transport sur le terrain, nous avons, à la fin de juin, plus de 8 ha défrichés et emblavés en pommes de terre (3Ha), haricots tomates (1000 pieds), salades (2000 pieds) poireaux (100 000 pieds) carotte, etc. Ce résultat est l’œuvre de notre chef de culture, qui depuis le 26 mai dirige les travaux des chômeurs de notre chantier[30] ».

La récolte de 1942 est néanmoins décevante en raison de semences de piètre qualité, conservées dans de mauvaises conditions et de mises en terre tardivement (le défrichement ayant été terminé en juin). Ce piètre résultat est d’autant plus difficile à supporter que les espérances étaient grandes :

« Nous avions eu cependant un légitime espoir de récolte convenable dans le courant de l’été, espoir justifié par les constatations des personnes compétentes qui visitèrent notre terrain en juillet et août. L’emplacement qui nous était concédé avait été entièrement labouré et emblavé. Le champ de pommes de terre était un vaste espace de verdure plein de promesses, nos 50.000 choux venaient à merveille, nos 100.000 poireaux plantés avaient plus de mal à se tenir en bon état, mais nos carottes et nos navets trouvaient un terrain favorable. Pourquoi avons-nous eu une récolte si décevante ? Notre plant de pommes de terre étant de mauvaise qualité nous donna seulement 12 tonnes alors que nous pouvions en espérer 25 ou 30. Ne parlons pas de notre récolte de choux, splendide, mais qui n’a pas eu vos faveurs. Le temps pluvieux d’octobre acheva de perdre les haricots déjà très abîmés par l’anthracnose. (…) Nous avons pour l’exercice 1942 un déficit de 25.000 francs environ pour une première année d’exploitation[31] ».

Cet état de fait n’est pas sans soulever des critiques. Le service d’entr’aide rappelle néanmoins la situation de départ : « Pour assurer à chacun des bénéficiaires sa provision de légumes d’hiver, il nous aurait fallu de 100 à 200 m² par personne, soit 30 à 50 hectares et une mise de fonds de 1 à 2 millions. Nos cultures n’atteignirent pas plus de 10 hectares et notre mise de fonds s’élevait à 150.000 francs environ[32] ». La répartition des légumes pose également problème, notamment en raison des infrastructures de la coopérative : « Nous ne possédions aucun hangar nous permettant de réunir toute la récolte afin de l’évaluer avant de la répartir. Nous avons dû au fur et à mesure de l’arrachage faire le transport – et au prix de quelles difficultés – immédiatement aux magasins de vente. Vous connaissez leurs dimensions, ce n’est pas là que nous pouvions stocker. C’est pourquoi nous avons fait une première répartition de 5 kilos qui fut hélas, à notre grande surprise, la seule que nous ayons pu faire[33] ». Ces déboires ne sonnent cependant pas le glas de l’entreprise. Les défections ne s’élèvent qu’à un dixième des adhérents et sont vite comblées par de nouvelles inscriptions.

Pour la saison 1943, le terrain est porté à 19 hectares, et la récolte est plus prospère. Une note au personnel du  25 novembre 1943 annonce : « À partir de 10h30, distribution de légumes de Chèvreloup : carottes, chou, betteraves (au-dessous du prix de la taxe)[34] ». Les récoltes des années suivantes sont tout aussi importantes : « ont été faites en 1944 et 1945, au cours de l’été et de l’automne des distributions de pommes de terre, de haricots et de légumes frais qui constituèrent un appoint appréciable[35] ». À titre d’exemple, 1000 kg de poireaux sont mis à la vente dans la coopérative en mars 1944.

Cependant plusieurs difficultés s’accumulent, en premier lieu vis-à-vis de la main-d’œuvre. Le personnel nécessaire à la culture d’un tel terrain est important : un conseiller technique (Monsieur Legault), un chef de culture (Monsieur Goupillon), et dix à quinze manœuvres y sont alloués en permanence. Ce nombre doit également croître lors des récoltes. Le 26 juin 1942, Bernard Faÿ se voit obligé d’écrire au docteur Hermann Fuchs, responsable du Bibliothekschutz, suite aux rumeurs de fermetures des chantiers agricoles (fermeture censée pallier le faible nombre de volontaires s’étant présentés pour aller travailler en Allemagne) :

« Désireux d’aider dans toute la mesure du possible le ravitaillement du personnel de la Bibliothèque nationale, le Service social attaché à mon administration a ouvert au début du mois de mai dernier, à Chèvreloup, un chantier agricole. Ce chantier, qui porte le n°2.141, occupe 15 à 20 hommes suivants les besoins de la culture, qui tous ont été choisis parmi les ouvriers d’usine chômeurs – la loi du 30 novembre 1941 interdisant d’employer du personnel agricole. Il est à craindre que par suite des récentes dispositions prises par les autorités allemandes, le chantier 2.141, ne se trouve dans l’obligation de fermer. C’est pourquoi je me permets, d’ores et déjà, d’attirer tout particulièrement votre attention sur le fait que ce chantier est purement agricole, et qu’à ce titre, il est d’une nécessité impérieuse. Il subviendra, en effet, dans un assez bref délai, à une bonne partie des besoins de notre personnel en matière de ravitaillement. En conséquence, et pour éviter toutes difficultés, je vous serais extrêmement reconnaissant de bien vouloir faire accorder au Service social de la Bibliothèque nationale l’autorisation de continuer à exploiter son chantier[36] ».

 La situation se complique encore en 1943 lorsque le financement des salaires des manœuvres est retiré au service d’entr’aide : « la participation de 50% aux frais de la main d’œuvre assurée depuis la convention du 3 mai dernier cessera le 1er octobre prochain. Jusqu’au mois de mai dernier, cette main d’œuvre était entièrement à la charge du Commissariat à la lutte contre le chômage et le service d’entr’Aide avait établi ses prévisions de budget en conséquence. La convention du 3 mai aggravait singulièrement l’équilibre de ces prévisions. La charge totale de ces salaires à partir du 1er octobre, date à laquelle commenceront les récoltes de pommes de terre, menace gravement le résultat de l’entreprise pour cette année[37] ». Une note aux conservateurs datée du 28 octobre 1943 tente de remédier au problème par la mise à contribution du personnel :

« La pénurie de main d’œuvre risque de retarder dangereusement la récolte des pommes de terre sur le terrain de la Bibliothèque nationale à Chèvreloup. Si les gelées survenaient sous peu, 40 à 50 tonnes de tubercules risqueraient d’être perdues. Les musées nationaux, la direction des beaux-arts, et le Museum, qui ont bénéficié de notre organisation, ont décidé de détacher à Chèvreloup un certain nombre de leurs agents pour arracher les pommes de terre. Il est indispensable que la Bibliothèque nationale agisse de même. Les hommes qui seront envoyés à Chèvreloup recevront une rémunération sous la forme que voici : il leur sera alloué par journée de travail 30 kilos de pommes de terre.  Il y aurait lieu de détacher en permanence pendant au moins 3 semaines 10 hommes pour l’ensemble des départements. Étant donné le mode de rétribution spécial, il est souhaitable que le roulement soit établi en commençant par les pères de famille[38] ».

Bernard Faÿ est alerté par le directeur du Museum à propos des zébus parqués en bordure du terrain de culture, lesquels auraient été dérangés par les ouvriers agricoles. Les zébus et d’autres animaux herbivores du parc zoologique de Vincennes y ont été installés en raison de la pénurie de fourrage. Ils sont protégés par les autorités d’Occupation afin de prévenir des vols, rendus communs par la sous-alimentation. Devant l’importance du ravitaillement, l’administrateur de la Bibliothèque nationale ne prend pas le problème à la légère : « je vais immédiatement donner des instructions pour que mes gardiens cessent d’agacer vos zébus. La discipline, à l’heure actuelle, est un des devoirs les plus stricts du Français[39] ». Il contacte deux jours plus tard l’assistante sociale, la prévenant  qu’ : « il faut faire extrêmement attention que les gardiens de la bibliothèque nationale en plantant des pommes de terre et des topinambours n’agacent pas les zébus du Museum, lesquels sont très nerveux et sous la protection des gendarmes allemands[40] ».

C’est néanmoins la question financière qui mettre fin au projet. Le bilan de l’exercice financier de 1942 dévoile ainsi que la participation des bénéficiaires couvre à peine la moitié des frais généraux. Les prévisions de budget pour 1943 font état d’une dépense de presque un demi-million de francs. Pour cette seconde année, les sociétaires augmentent à 751, mais ce nombre est toujours insuffisant à couvrir les dépenses nécessaires à la mise en culture. C’est donc sur les fonds du service social que sont prélevés une grande partie des besoins (99.086 francs en 1943, 127. 898 francs en 1944), mais les frais augmentent année après année[41]. L’inflation est galopante, le prix des cultures avec : « Nos dépenses de l’an prochain seront plus élevées. Les agriculteurs avec lesquels nous passerons des contrats vont majorer  leurs propositions de l’an dernier ; semences, engrais, transports seront plus chers[42] ». Ces augmentations viennent s’ajouter aux dépenses courantes du service d’entr’aide, lequel ne peut se permettre de ne pas rentrer dans ses frais ainsi que le rappelle Marcel Rieunier: « Nous sommes un service d’entr’aide, nous ne l’oublions pas, mais lorsqu’il faut assurer les fins de mois et régler les salaires du personnel de Paris et de Chèvreloup (20 000 francs), la caisse de compensation  (5660 par trimestre), les imports et tant d’autres dépenses, l’esprit commercial de l’entreprise apparaît aux yeux[43] ».

Le Secours national est de nouveau sollicité : « Afin de continuer des cultures collectives sur un terrain de 19 hectares à Chèvreloup, près de Versailles, le service d’entr’aide des Bibliothèques nationales, des Musées nationaux et des grands établissements scientifiques, littéraires et artistiques à l’honneur d’adresser un pressant appel au Secours national. Déjà en 1942 et 1943, le Secours national à bien voulu faciliter les opérations du service d’entr’aide en répondant à une demande de la Bibliothèque nationale et en faisant à cet établissement un don et des avances dont le mode de remboursement est à l’étude. Grâce à cette aide indirecte du Secours national, l’entreprise a pu être mise en marche et le ravitaillement d’un grand nombre de familles de travailleurs a été amélioré. C’est un résultat intéressant. Malheureusement les gains réalisés en 1942 et 1943 n’ont pas été assez élevés pour qu’on pût constituer une réserve d’argent permettant de financer la campagne 1944[44] ». Une fois le prêt accordé, c’est du côté de la coopérative que le problème se pose : « Le problème le plus difficile, c’est celui de la trésorerie. Il ne s’agit pas tant de régler des dépenses que de pouvoir les engager. Il nous faut de l’argent pour prendre livraison de nos semences, payer nos labours et les salaires de nos ouvriers agricoles. Or, toutes nos disponibilités sont absorbées par la coopérative. Cette dernière, étant donné le prix anormalement élevé des denrées doit disposer en permanence d’une masse considérable. Dans ces conditions, pour que Chèvreloup puisse marcher, nous avons besoin d’avances[45] ».

En dépit de la situation préoccupante, la culture est relancée une nouvelle année : « Au point de vue financier, la sagesse conseillerait peut-être de s’abstenir. Mais au point de vue national il y a un intérêt évident à procéder à l’ensemencement de toutes les terres disponibles[46] ». 

L’année 1944 est la dernière année d’ensemencement et des récoltes. En 1945, les ouvriers agricoles sont congédiés : « En établissant nos comptes en vue de notre bilan de 1944, nous constatons que les dépenses de Chèvreloup l’emportent sur les recettes. Ces dernières proviennent surtout de la vente des petits pois et des pommes de terre, car notre clientèle n’achète pas d’autres légumes. Il y a de ce fait un déficit qui, malheureusement, nous met dans l’obligation de cesser l’exploitation de Chèvreloup. Nous avons donc le regret de vous informer ainsi que le personnel sous vos ordres, que le licenciement se fera le 15 janvier prochain. Nous vous demandons de nous conserver personnellement votre collaboration un certain temps, pour la liquidation du chantier[47]».

Une cantine à la Bibliothèque nationale

Un dernier projet, moins soumis à la conjoncture, va se pérenniser dans l’institution. La Bibliothèque nationale crée une cantine afin d’apporter aux membres du personnel un repas consistant à prix modique :

« L’état de santé du personnel et les multiples réalisations actuelles dans les usines et les administrations nous imposent d’étudier la question d’une cantine ou d’un restaurant  pour le personnel, gardiens, chômeurs et autres employés. Un essai avait été tenté l’an dernier en octobre-novembre ; Il n’a pas abouti faute de place pour créer une salle de restaurant. Actuellement, le personnel peut se procurer des tickets-repas délivrés par la chambre de Commerce, mais ces repas à douze francs sont insuffisants. Un projet d’organisation de cantine ou de restaurants va être de nouveau étudié[48] ».

Pour le service social, il s’agit de trouver un cuisinier alors que le salaire proposé par la Bibliothèque nationale n’est pas à la hauteur, de gérer la caisse et les billets de cantine, mais surtout d’aménager des locaux dans un bâtiment déjà trop étroit pour ses propres attributions. Le projet démarre en 1942 : « La réalisation d’un restaurant pour le personnel de la Bibliothèque nationale s’avère de plus en plus indispensable pour lutter contre la sous-alimentation. Les difficultés concernant l’attribution d’un local paraissent maintenant écartées. Le restaurant pourrait probablement être installé au cours du premier trimestre 1943. Nous envisageons l’organisation d’un service d’achat des denrées alimentaires commun à la coopérative et au restaurant[49] ». Pourtant, ce n’est qu’en juillet 1944 que son ouverture est annoncée : 

« Pour alléger les fatigues que les difficultés de transport et de ravitaillement imposent au personnel depuis plusieurs semaines et pour obvier à la disette des vivres, nous essayons de faire ouvrir une cantine à la Bibliothèque nationale. Ce projet rencontre à l’heure actuelle des difficultés de toute sorte (local matériel, approvisionnement, etc.). Nous tentons cependant une expérience qui nous indiquera si nous pouvons la poursuivre, en servant cette semaine un repas à tous les membres du personnel. Ils bénéficieront ainsi des denrées qu’à notre demande un camion envoyé à Ussé et qui revenait à vide a pu rapporter. Ce n’est pas une entreprise facile à l’heure actuelle que de composer, cuire et servir un déjeuner pendant quatre jours pour 200 personnes sans aménagement spécial. Mais cette tâche sera facilitée par la discipline que feront respecter les consignes pratiques et la bonne humeur avec laquelle seront accueillis des moyens de fortune[50] ».

BnF, Archives institutionnelles, (A58). Feuille de tickets-repas.

Comme on peut le lire ici, la Bibliothèque nationale bénéficie de ses échanges avec les dépôts de replis pour avoir accès aux produits agricoles. Ces trajets sont cependant limités aux besoins vis-à-vis des collections. La coopérative permet au service d’entr’aide de compenser ces défaillances. Le repas proposé est composé d’un potage, d’un plat et d’un dessert (sans pain, celui-ci doit être apporté), pour une somme de 10 à 20 francs suivants le salaire. Le prix est faible en comparaison de l’explosion des prix des denrées alimentaires[51]. À Paris, de septembre 1939 à février 1942, le kilogramme de beurre passe de 21,50 francs à 46 francs, et le lapin de 16,60 francs à 34,50 francs le kilo. L’année suivante le prix de la cantine est encore réduit, tandis que de la viande est disponible en supplément. La Bibliothèque nationale participe très largement aux frais afin de réduire le coût des repas pour le personnel. Ce poste de dépense, pris sur le budget du service social, représente 551.551 francs en 1944 (comprenant les frais d’établissement et la participation aux frais généraux). La cantine est pleinement fonctionnelle à partir de septembre 1944 et sert en moyenne 250 repas par jour.

Le projet, interne à la Bibliothèque nationale, pose néanmoins la question de l’éloignement des différents sites. En juin 1944, le personnel de la bibliothèque de l’Arsenal demande à l’administrateur général d’être pris en considération : « Informés de votre intention d’instituer à la Bibliothèque Nationale, une cantine destinée à faciliter les repas du personnel, durant une période particulièrement pénible au point de vue du ravitaillement, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir comprendre parmi les bénéficiaires les collaborateurs de la Bibliothèque de l’Arsenal et d’envisager même, si possible, en leur faveur, à raison de l’éloignement et des difficultés de communication, certaines facilités d’horaire (ou, mieux encore, la possibilité d’emporter les plats cuisinés par leurs propres moyens). D’autre part, nous nous recommandons encore à votre bienveillance pour obtenir un accès plus aisé à la coopérative[52]». Une journée est de ce fait réservée aux services extérieurs. De fait, la cantine n’est de toute façon pas suffisante pour offrir chaque jour un repas à l’ensemble du personnel.

Un roulement, lourd en organisation, est mis en place afin de pouvoir satisfaire le plus grand nombre : « Malgré toutes les difficultés, nous espérons, dans le mois qui vient, améliorer l’organisation actuelle et servir chaque semaine au moins un repas à tous les membres du personnel. Pour faciliter le fonctionnement de la cantine, nous demandons à ceux qui désirent en bénéficier de retirer, par l’intermédiaire d’un délégué de service auprès du service social, la carte individuelle de cantine qui désormais donnera droit aux tickets-repas et à l’entrée des réfectoires. La cantine fonctionnera les : mardi, mercredi, jeudi et vendredi, le vendredi étant réservé aux services extérieurs. Chaque samedi les différents départements dresseront le tableau des inscriptions pour les déjeuners de la semaine suivante en ayant soin de répartir également les inscrits entre les neufs services prévus. Les tickets-repas seront remis aux délégués de service entre 14 et 16 heures la veille du repas sur présentation des cartes de cantine. Les personnes n’ayant pas donné leur nom sur la liste de service n’auront plus la possibilité de retirer leur ticket de repas de la semaine[53] ».

La cantine du personnel est une des réalisations de la période de l’Occupation qui va perdurer. Après la nouvelle de sa création et du rendement de 250 repas par jour dans le rapport d’activité 1943-1944, celui couvrant les années 1945-1951 annonce le maintien de ce « service utile à tous[54] ». Le rapport de 1969  évoque la poursuite de sa gestion par la société d’entr’aide et son déménagement : « Cette dernière [la société d’entr’aide du personnel], association conforme aux dispositions de la loi du 1er juillet 1901 qui s’est substituée le 1er juin 1964 à l’ancien « service d’entr’aide » et au comité social, contrôle en premier lieu la gestion de la cantine, qui est confiée à une entreprise de gérance ; c’est sous les auspices de la Société d’entr’aide que la cantine a été installée en 1968 au 12 rue Colbert, dans des locaux plus vastes que précédemment, sinon entièrement suffisants pour le nombre des repas qui a passé de 67 665 à 112 471 par an[55] ». La cantine est ensuite déplacée dans les immeubles de la rue Vivienne. Les rapports suivants ne font plus mention des travaux ni de la cantine, mais cette dernière est encore aujourd’hui à cet emplacement.

Conclusion

                Ces trois initiatives (coopérative, cantine et culture collective) témoignent de la mobilisation des entreprises et institutions afin de lutter contre la dénutrition des individus. Le livret des services sociaux du ministère des Finances, dont sont tirées les illustrations ci-dessus, témoigne de l’étendue de ces mesures. Celles-ci ne sont que des compléments, lesquels trouvent rapidement leurs limites. En novembre 1944, des distributions gratuites de bouillon chaud ont lieu matin et soir dans la salle de la cantine de la Bibliothèque nationale, preuves de l’insuffisance de ces projets au regard de la situation générale du pays.

Notes


[1] ALARY, E. (dir.), Les Français au quotidien, 1939-1949, Paris, Perrin, 2006. VON BUELTZINGSLOEWEN, I. (dir.). « Morts d’inanition » : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005. [en ligne] URL : https://doi.org/10.4000/books.pur.20069. (Consulté le 21 janvier 2022). VEILLON, D., FLONNEAU, J-M. (dir.), « Le temps des restrictions en France (1939-1949) », Cahiers de l’IHTP, mai 1996. VEILLON, D., Vivre et survivre en France 1939-1947, Paris, Payot, 1995. ROUSSO H., Les Années noires, vivre sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 1992.

[2] PÉTAIN P., BARBAS, J-C. (éd.), Discours aux Français : 17 juin 1940-20 août 1944, Paris, Michel, 1989, p.71.

[3] Le Progrès, 9 février 1941.

[4] PÉTAIN P., BARBAS, J-C. (éd.), Discours aux Français : 17 juin 1940-20 août 1944, Paris, Michel, 1989, p.108.

[5] CEPEDE, M., Agriculture et Alimentation en France durant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Génin, 1961.

[6] BnF, Archives institutionnelles, (A91) Rapport sur l’activité du service social janvier-juin 1942.

[7] Archives nationales (AN F 17 17333 5). Lettre de l’Administrateur général de la BN à M. le Ministre de l’Éducation nationale, 22 mai 1942. Cité dans POULAIN M., Livres pillés, lectures surveillées, Paris, Gallimard, 2013, p.292.

[8] BnF, Archives institutionnelles, (A26). Lettre de Bernard Faÿ à Philippe Poirson, 8 avril 1943.

[9] BnF, Archives institutionnelles, (A6). Lettre de Bernard Faÿ au ministre de l’Éducation nationale, 5 août 1944.

[10] BnF, Archives institutionnelles, (A6). Lettre de Bernard Faÿ au ministre de l’Éducation nationale, 5 août 1944.

[11] BnF, Archives institutionnelles, (A6). Lettre de Bernard Faÿ au ministre de l’Éducation nationale, 5 août 1944.

[12] BnF, Archives institutionnelles, (A90). Rapport sur l’activité du Service social de la Bibliothèque nationale au mois d’avril 1941.

[13] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Note sur les coopératives de consommation, 1941.

[14] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Rapport annuel sur l’activité de la société, 31 mars 1943.

[15] BnF, Archives institutionnelles, (A91) Rapport sur l’activité du service social janvier-juin 1942.

[16] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Note du trésorier du Service d’entr’aide à Monsieur le secrétaire général de la Bibliothèque nationale, 7 juin 1942.

[17] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Lettre de Bernard Faÿ à Marcel Rieunier, 28 janvier 1943.

[18] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Lettre de Bernard Faÿ au ministre de l’Éducation nationale, 16 février 1943.

[19] BnF, Archives institutionnelles, (D46). Note concernant l’enquête de la gendarmerie allemande à la coopérative, 7 juillet 1943.

[20] BnF, Archives institutionnelles, (D46). Lettre du ministre secrétaire d’État à l’Éducation nationale à Monsieur l’administrateur de la Bibliothèque nationale, 28 juillet 1943

[21] LARAN J. (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.64.

[22] BnF, Archives institutionnelles, (D7). Note concernant les prévisions de budget du service d’entr’aide pour l’année 1944, 28 octobre 1943

[23] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport sur l’activité du service social janvier-juin 1942.

[24] BnF, Archives institutionnelles, (D46). Lettre de Bernard Faÿ à Mademoiselle Levassor, 19 juin 1944.

[25] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport sur l’activité du service social janvier-juin 1942.

[26] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport sur l’activité du service social janvier-juin 1942.

[27] Voir : LE CROM, J-P., Au secours, Maréchal ! L’instrumentalisation de l’humanitaire (1940-1944), Paris, Presses universitaires de France, 2013.

[28] LE CROM, J-P., « Lutter contre la faim : le rôle du Secours national » in VON BUELTZINGSLOEWEN, Isabelle (dir.). « Morts d’inanition » : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005. [en ligne] URL : https://doi.org/10.4000/books.pur.20069. (Consulté le 21 janvier 2022).

[29] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Note sur la mise en culture de terrain, 1941.

[30] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport sur l’activité du service social, janvier-juin 1942.

[31] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Rapport annuel sur l’activité de la société, 31 mars 1943.

[32] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Rapport annuel sur l’activité de la société, 31 mars 1943.

[33] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Rapport annuel sur l’activité de la société, 31 mars 1943.

[34] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Note de service, 25 novembre 1943.

[35] LARAN J. (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.64.

[36] BnF, Archives institutionnelles, (A40). Lettre de Bernard Faÿ au docteur Hermann Fuchs, 26 juin 1942.

[37] BnF, Archives institutionnelles, (D47). Note concernant la main-d’œuvre du chantier de Chèvreloup, 21 juillet 1943.

[38] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Circulaire pour les conservateurs, 38 octobre 1943.

[39] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Lettre de Bernard Faÿ à Monsieur Urbain, 10 juin 1942.

[40] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Lettre de Bernard Faÿ à Mademoiselle Levassor, Mademoiselle Levassor, 12 juin 1942.

[41] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport sur l’activité du service social janvier-juin 1942.

[42] BnF, Archives institutionnelles, (D7). Note concernant les prévisions de budget du service d’entr’aide pour l’année 1944, 28 octobre 1943.

[43] BnF, Archives institutionnelles, (A99). Note de Marcel Rieunier, juillet 1944.

[44] BnF, Archives institutionnelles, (A93). Lettre de Marcel Rieunier à Monsieur Voisin, directeur du service des subventions au secours national, 12 mai 1944.

[45] BnF, Archives institutionnelles, (A93). Rapport de Marcel Rieunier, Culture de Chèvreloup 1944, non daté.

[46] BnF, Archives institutionnelles, (A93). Rapport de Marcel Rieunier, Culture de Chèvreloup 1944, non daté.

[47] BnF, Archives institutionnelles, (A93). Lettre de Marcel Rieunier à Monsieur Goupillon, 29 décembre 1944.

[48] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport sur l’activité du Service social de la Bibliothèque nationale durant le semestre janvier-juin 1942, non daté.

[49] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Note concernant le programme de l’activité du service social pour l’année 1943, non datée.

[50] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service de Bernard Faÿ, 18 juillet 1944.

[51] VON BUELTZINGSLOEWEN, I. (dir.), « Morts d’inanition » : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005. [en ligne] URL : https://books.openedition.org/pur/20077?lang=fr (consulté le 26 janvier 2022).

[52] BnF, Archives institutionnelles, (D46). Lettre du personnel de la Bibliothèque de l’Arsenal à Bernard Faÿ, 22 juin 1944.

[53] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 28 juillet 1944.

[54] CAIN, J. (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943-1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1954, p.60.

[55] LE RIDER, G. (dir.), Rapport d’activité, La Bibliothèque nationale en 1976, Paris, Bibliothèque nationale, 1977, p.33.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search