La naissance du service social de la Bibliothèque nationale

Le service social de la Bibliothèque nationale trouve son origine durant l’Occupation. Devançant la loi du 28 juillet 1942 instaurant la mise en place du Service social et médical d’entreprise, la Bibliothèque nationale accueille dès février 1941 une assistante sociale. Les dégradations de vies engendrées par la guerre rendent en effet urgente la mise en place d’une aide pour les employés les plus précaires.

La création du service

Les mesures de protections des travailleurs sont antérieures à la Seconde Guerre mondiale. Durant le Front populaire, des médecins de l’inspection du travail sont nommés pour les secteurs du commerce et de l’industrie, dispositifs déjà obligatoires dans celui de l’armement. La démarche se poursuit en septembre 1939 par la création d’une commission ministérielle pour la protection de la santé des travailleurs, qui aboutit en décembre 1939 et juin 1940 à l’encouragement des entreprises à la création de services sociaux et médicaux internes, ainsi que de comités de sécurité et d’hygiène. Le contexte politique ne facilite pas leur tenue. Il faut attendre la loi du 23 juillet 1942 pour que ces mesures soient obligatoires pour les entreprises de plus de 250 salariés. Ces dernières doivent se doter d’un service social sous l’égide d’une assistante sociale et d’un service médical dirigé par un médecin du travail. Les entreprises se plient à la mesure et dès 1944, Paris compte plus de 600 assistantes sociales en entreprise (sur 1000 en activité[1]).

La Bibliothèque nationale devance quelque peu ces mesures puisque Renée Levassor, la première assistante sociale de l’institution est embauchée à mi-temps en février 1941. Elle est engagée par Bernard Faÿ afin d’accompagner le personnel en difficulté, et la tâche est immense. Dès le mois d’août, son poste est transformé en temps plein, tandis qu’une liste de fournitures de bureau du 4 août 1941 atteste la volonté de faire un véritable service avec un espace pérenne au sein de l’établissement. Pourtant, ce n’est qu’en 1944, soit trois ans après son lancement, que le service social obtient ses statuts définitifs. Ses attributions sont les suivantes :

« 1. Il est à la fois organe d’exécution et d’information pour tout ce qui peut contribuer au bien-être, à la sécurité, à l’hygiène du personnel dans l’établissement et en dehors.

2. Il apporte ou demande à l’Administration d’apporter l’assistance qui peut être nécessaire en cas d’accidents, maladies, charges familiales exceptionnelles, difficultés d’ordre privé. Il s’occupe de l’aide aux prisonniers ou à leur famille. Il opère quand il y a lieu des visites à domicile. Il peut disposer de secours, de prêts, de dons en nature.

3. Il veille à l’application des lois sociales et donne des conseils aux intéressés pour leur permettre de bénéficier de ces lois.

4. Il prête son concours aux œuvres et services d’intérêt collectif tel que : coopérative de consommation, cultures, cantines, distribution régulière de Tickets restaurant communautaires, distribution de vivres, quêtes en faveur des membres du personnel, consultations médicales, organisation et fonctionnement d’équipes de Croix-Rouge d’urgence, de postes de secours, de cours de secourisme, organisation et fonctionnement de séances familiales, récréatives, de foyers, de bibliothèques de prêt, de réunions sportives…[2] ».

Le service social est donc chargé du double accompagnement, collectif et individuel, du personnel. Il est rattaché au secrétariat général et doté de fonds conséquents afin de mener à bien ses missions (600 000 frs. en 1943, 1.100.00 en 1944 et 750 000 en 1945[3]). L’équipe s’étoffe rapidement. Constitué à son origine d’une seule assistante sociale, le service comporte au 19 décembre 1944 une assistante sociale chef de service, deux assistantes sociales secrétaires et une auxiliaire faisant fonction d’assistante sociale pour les cas individuels. Des chômeurs intellectuels lui sont également régulièrement affectés. Les statuts de 1944 indiquent qu’un renforcement de ce personnel fixe a été demandé et qu’il pourra en outre être fait appel à des bénévoles agréés par l’administrateur général. Ce point cache cependant le principal handicap du service : un manque permanent de personnel.

Ce manque est lié à plusieurs facteurs. En premier lieu, les tâches du service s’accroissent très rapidement. La surcharge de travail engendre « manque de coordination, retards, négligences forcées », mais surtout un « surmenage du personnel qui ne connaît plus d’horaires ou de congés réguliers et qui est à bout de force[4] ». De telles conditions de travail n’aident pas au maintien du personnel embauché :

« Ce service à la Bibliothèque nationale s’est développé depuis deux ans dans des conditions fort difficiles de local et de personnel. Il semble que l’utilité de ce travail social soit prouvée maintenant, mais sa continuité me donne actuellement les plus grandes inquiétudes, les conditions de stabilités du Service social ne paraissant nullement assurées. Les difficultés concernant le personnel s’aggravent de jour en jour et je me vois dans la nécessité de vous les signaler à nouveau. Une de mes collaboratrices nous a quittés au début de février pour des raisons de santé ; notre installation cet hiver est en partie la cause de cette maladie. Sa remplaçante n’est arrivée qu’au début de juin, car les postes de secrétaires sociales sont plus nombreux que les candidates aptes à faire le travail. Deux autres secrétaires viennent à nous manquer presque en même temps durant ce mois et je les regrette vivement. L’une s’établit en province près de son mari prisonnier récemment revenu en France, l’autre a trouvé un poste où les appointements sont presque le double de ce qu’elle recevait ici. Ces départs rapides peuvent se produire normalement puisque ce personnel du Service social est libre de nous quitter du jour au lendemain sans préavis, le chômage intellectuel ne les liant par aucun contrat. Je sais que des propositions d’emplois avec des traitements bien supérieurs ont été faites à d’autres membres du service[5] ».

En effet, les membres du service sont mal payés et peinent à obtenir un statut fixe au sein de l’établissement. Chargée par l’administrateur général d’effectuer un rapport sur le service, Myriem Foncin, directrice du département des Cartes et plans, ne peut qu’attester de la situation en août 1944 :

« À l’insuffisance numérique des personnes vient s’ajouter l’insuffisance des traitements. La situation matérielle qui est faite au personnel du service social de la Bibliothèque nationale serait jugée scandaleuse si elle était connue au-dehors. Il suffit pour s’en rendre compte de consulter le tableau ci-joint que Melle Levassor vous a déjà adressé, Monsieur l’administrateur, le 7 juillet. Il apparaît que le personnel du service social touche des traitements parfois de moitié et souvent d’environ un tiers inférieur à ceux auxquels il serait en droit de prétendre. Le cas de Mlle Levassor est particulièrement regrettable. Mlle Levassor, qui en plus du diplôme d’État d’assistante sociale a le diplôme technique de bibliothécaire, est attachée à la Bibliothèque nationale en qualité d’assistante de 1re classe et touche donc un salaire de 2561 frs par mois. D’après l’échelle des traitements établie par le ministère des Finances, elle devrait toucher 4300 francs. L’administration lui fait espérer depuis des mois qu’elle bénéficiera bientôt d’un statut du personnel. En attendant, les émoluments qui sont alloués ne lui permettent pas de vivre[6] ».

À titre de comparaison, un homme à tout faire gagne le double de Renée Levassor à la même période (ce que l’écart de salaire entre les genres ne justifie pas entièrement[7]). Le rapport de Myriem Foncin est alarmant : « À l’heure présente le service social ne peut suffire à sa tâche. De petits incidents encore sans importance, mais significatifs prouvent qu’il est débordé, incapable d’accepter une responsabilité nouvelle, si légère soit-elle, et qu’il ne pourra même continuer à assurer le travail courant dans les conditions actuelles. Cette situation, très grave au moment où le service social peut être appelé à jouer un rôle beaucoup plus actif, s’explique en grande partie par l’insuffisance de son personnel[8] ».

Selon la conservatrice, six employés seraient nécessaires au service social, qui n’en compte que trois en août 1944. Une note du mois de septembre 1944 annonce un point de non-retour : « c’est un S.O.S. que vous adresse le service social (…) si des mesures radicales ne sont pas prises rapidement, il ne restera plus, probablement dans quelques semaines, qu’une secrétaire. Les autres membres du service ont déjà quitté la bibliothèque ou vont être obligés de le faire pour des raisons de santé ou des devoirs de famille[9] ». Les demandes sont inlassablement reprises, mais la situation n’évolue pas. Seul un nouveau membre du service est embauché à la Libération. Quelques jours après sa note, Renée Levassor est licenciée (le 15 septembre 1944). Béatrix Viville, son adjointe depuis le 8 février 1943, la remplace, mais démissionne moins d’un an plus tard (le 1er mai 1945).

Second problème à ralentir le travail du service social : les locaux. Les premiers temps de sa création, le service est installé provisoirement dans des espaces vacants : « ce bureau, après avoir été installé salle Mortreuil, puis dans un couloir du rez-de-chaussée, est provisoirement aménagé à l’entrée de la Galerie Mazarine. Le service social est donc actuellement en quête d’un local convenable pour son installation définitive. Il faudrait une petite salle tout à fait indépendante et d’accès facile pour que les usagers puissent discrètement venir voir l’assistante sociale[10] ». Laissée en l’état, la question revient l’année suivante devant la réquisition des locaux par d’autres départements : « Le service social est installé depuis l’été 1941 à l’entrée de la Galerie Mazarine, mais l’ouverture d’expositions aux mois d’avril et mai ne permettra plus d’utiliser ce local provisoire pour recevoir les visites et faire les travaux du secrétariat[11] ». En outre, le local n’est pas chauffé malgré les hivers très rudes de l’Occupation. Le service est déménagé dans la Salle des conférences, mais de nouveaux problèmes apparaissent : « L’installation provisoire à la galerie Mazarine, puis à la petite salle des conférences ne peut se prolonger sans grand dommage pour le service social qui souffre ainsi d’indiscrétion de tous genres. L’assistante sociale est actuellement obligée de recevoir dans la salle même où se trouvent ses collaboratrices, alors que pour la plupart des questions abordées dans ces entretiens, il serait nécessaire que l’assistante sociale fût seule avec ses visiteurs[12] ».

Renée Levassor demande dès 1942 un local permettant d’accueillir toutes les missions du service : « Ces visites, ainsi que les rapports avec l’extérieur par téléphone se sont notablement accrus depuis le début de 1942. Le service social est mieux connu dans la maison et son activité en ce qui concerne les services collectifs pourrait maintenant prendre plus d’extension, mais une installation inadéquate diminue notablement le rendement du travail et il serait spécialement désirable que ce local réunisse les conditions suivantes : Stabilité (afin que les usagers puissent facilement venir frapper à la porte de l’assistante sociale), accès indépendant de tout service, dimensions suffisantes pour faire place à des aides et pour permettre de réunir les quelques personnes afin de traiter de certaines questions, installation du téléphone avec la maison et avec la ville[13] ». Le service médical, géré par le service médical, n’est d’ailleurs pas mieux loti : « Vous m’avez demandé d’organiser une consultation médicale. Elle fonctionne depuis la fin de mai au centre de documentation, mais son installation à la Bibliothèque nationale se heurte à une question de local (…) je ne vois pas la possibilité d’ouvrir les consultations en septembre et nous savons cependant la nécessité de cette aide médicale donnée au personnel dont le niveau de santé baisse chaque jour[14] ». Il faut attendre 1944 pour que le problème soit réglé. Le service est enfin « installé dans un local spécialement aménagé pour lui[15] ».

À ces difficultés structurelles se joignent encore des complications d’ordre moral : « il est certain que l’hostilité systématique avec laquelle M. Labergerie traite Mlle Levassor gène considérablement la marche du service[16] ». Son travail est pourtant reconnu, au point que la jeune femme bénéficie d’un certificat afin d’obtenir des pneus de vélos car « elle doit, dans les circonstances actuelles, pouvoir rejoindre son poste d’urgence à tout moment et même pendant les alertes, ce qui, vu l’éloignement de son domicile, ne lui est possible qu’à bicyclette[17] ». Ses compétences le sont tout autant, en témoigne sa sollicitation par le directeur des archives de France : « au sujet de l’organisation et du fonctionnement de la coopérative (…) [afin] d’avoir les conseils d’une personne compétente[18] ».

Les fonctions du service

Le premier pan de l’action du service social concerne l’accompagnement individuel. Une permanence est assurée dans les locaux. D’août 1944 à août 1945, 442 visites y sont reçues. Les cinq années suivantes, la moyenne est de 3 703 visites par ans. Lors de ces visites, le rôle du service social est d’informer les potentiels bénéficiaires de leurs droits et de les accompagner dans les démarches administratives. En effet, les assurances sociales sont récentes et largement modifiées durant l’Occupation. Un rapport conservé aux Archives nationales résume la période de la manière suivante : « L’orientation de la Sécurité sociale pendant la période 1940-1945 a suivi le développement naturel de la législation, influencée et accélérée toutefois par l’évolution des conditions économiques et par les événements de la guerre[19] ». Les travailleurs pauvres et les indigents sont ainsi ciblés par un grand nombre de mesures afin d’améliorer leurs conditions de vie. La loi du 6 janvier 1942 ouvre les assurances sociales à tous les ouvriers, indépendamment de la rémunération ou du type de contrat. Beaucoup de travailleurs n’ont pas connaissance de ces lois et ne sont par conséquent pas inscrits. Un large effort est produit par les institutions et les assistantes sociales pour remédier à la situation : le nombre des immatriculés passe d’un peu plus de 12,1 millions en 1931 à 15,7 en 1945, soit une progression globale de 30 % environ[20]. Le service social de la Bibliothèque nationale informe donc les membres du personnel qui viennent le voir et met en place un chantier de vérification des inscriptions aux caisses d’assurance sociale. Dès 1942, cette mission est considérée comme prioritaire : « L’application des assurances sociales au personnel de l’Administration s’avère plus utile encore au moment où les santés sont moins bonnes. Cette application me paraît un point important pour l’amélioration de vie du petit personnel[21] ». Une note de 1943 rappelle encore son importance : « Le service social devrait, à partir d’octobre, suivre de plus près les assurés sociaux de la maison afin de les aider à utiliser pleinement les assurances sociales[22] ».

En second lieu, il s’agit d’accompagner les individus dans les démarches à faire. Le système est particulièrement complexe[23] en raison de la multiplicité des caisses d’assurances sociales. En vertu de la loi de 1930 sur les assurances sociales, chacun est libre de choisir sa caisse de rattachement, laquelle s’occupe de verser les prestations maladie, retraite ou décès. Les travailleurs d’une même entreprise peuvent donc relever d’organismes différents. De surcroît, la situation se complique avec la guerre suivant la réunion ou non de l’assuré et de sa caisse en zone libre ou en zone occupée. Le cas des prisonniers nécessite également plusieurs lois afin que les familles puissent bénéficier des prestations[24]. Le service social s’occupe donc d’effectuer la liaison avec les assurances sociales. En 1943, les archives permettent ainsi de retracer des échanges avec la caisse de compensation de la région parisienne. Mais l’information et l’accompagnement vis-à-vis des caisses est un processus chronophage : « Chaque visite nous demandant démarches, lettres, téléphones, visites multiples[25] », que l’assistante estime à six heures de travail par cas. Il est d’autant plus chronophage que le nombre d’employés de la Bibliothèque nationale s’accroît : « En 1941, 400 personnes étaient attachées à la bibliothèque, 945 en 1944, ce qui en fait compte tenu des familles en 1941 environ 1100 personnes et en 1944 environ 2500 qui peuvent faire appel au service social[26] ». Cet accroissement est perceptible dans le nombre démarches. En 1944-1945, 588 démarches sont faites. Entre 1945 et 1950, la moyenne triple quasiment pour atteindre 1 620 démarches extérieures[27]

Enfin, lorsque nécessaire et lorsque les assurances sociales ne suffisent pas, il s’agit de trouver des secours. Pour une part, le service social octroie lui-même des prêts et des dons. Ils s’élèvent respectivement à 67 250 fr. et 54 445 fr. en 1943, puis 39 500 fr. et 130 356 fr. en 1944. Mais ces sommes ne recouvrent pas entièrement l’action du service social, puisque ce dernier accorde également des avantages matériels (comme des hospitalisations gratuites) ou des secours en nature (avec la distribution de nourriture ou de tickets de repas gratuits). Le service social s’occupe également de faire la liaison avec d’autres organismes pouvant apporter des secours. Le rapport sur l’activité du mois d’avril 1941 annonce que plusieurs demandes auprès des œuvres et des organisations (Secours national, office central des œuvres de bienfaisance, etc.) ont permis d’obtenir 2700 fr[28]. S’ajoutent encore des aides ponctuelles comme un secours pour les victimes du bombardement de mars 1942, des collectes de vêtements pour les sinistrés de Normandie, ou des envois de colis pour les travailleurs et les prisonniers en Allemagne.

Second pan de son action, le service social initie, gère et accompagne des mesures collectives. Durant l’Occupation, un large pan de ces mesures se concentre sur le ravitaillement. Le service social accompagne la mise en place de la coopérative, des cultures collectives et la création d’un restaurant du personnel. La première est une lourde charge : « le semestre janvier-juin 1942 a été pour notre service social un temps de crise de croissance. (…) la marche encore peu assurée de notre Service d’Entraide (coopérative) et l’organisation d’un champ de culture maraîchère ont absorbé une notable partie du temps de l’assistante sociale (…) Bien qu’il soit souhaitable qu’une distinction bien nette dans la gérance et l’organisation s’établisse entre le service social et le service d’Entr’Aide, le service social est pratiquement obligé d’épauler notre coopérative et d’intervenir pour soutenir son activité. Le nombre des adhérents est passé en ce semestre de 400 environ à plus de 900. Toutes les opérations concernant les inscriptions (versement des fonds, établissement des feuilles de papier timbré, des cartes d’adhérents, vérification de l’exactitude des déclarations) ont été effectuées par le personnel du service social.[29] ». Le service social s’occupe encore de la répartition des denrées issues de la culture de Chèvreloup, et du contrôle des billets de la cantine qu’elle subventionne en large part.

Toujours dans le champ de l’alimentation, le service social organise à partir de novembre 1944 des distributions gratuites de bouillon matin et soir. Il crée également des « goûters des mères » gratuits. De fait, la situation des enfants est alarmante[30] : deux crises de mortalité infantile ont lieu en 1940 et 1945. De 70 ‰ avant-guerre[31], la mortalité infantile monte à 93 ‰ en 1940 et 112 ‰ en 1945. Le retour aux chiffres d’avant-guerre n’a lieu qu’en 1947. À Paris, en 1944, la proportion d’enfants dont la croissance pondérale est insuffisante est de 48,2 % pour les garçons et de 57,3 % pour les filles, tandis qu’un enfant sur trois à des retards de taille. Les cas de rachitisme, de fatigue précoce, ou d’affections cutanées se multiplient. Les municipalités prennent en charge le problème, avec l’aide du Secours national. Les cantines scolaires se généralisent (405 millions de rations sont servies dans ces cantines pour la seule année 1943[32]) et s’accompagnent de la distribution gratuite de comprimés vitaminés (contenant de la vitamine C antiscorbutique et de la vitamine BI) et de biscuits caséinés censés compenser le déficit calorique des rations officielles. De l’armistice à la Libération, 50 000 tonnes de biscuits caséinés sont ainsi distribuées[33]. Les archives de Paris conservent plusieurs documents émanant du Secours national à propos de ces aides. Des distributions alimentaires sont également organisées dans les écoles par diverses associations dont la Fondation franco-américaine pour l’enfance et la Croix-Rouge. Dernière action du Secours national : la mise en place de goûters des mères à partir 1941. Il en existe 3 840 en juin 1943 dans lesquels enfants, mères et femmes enceintes trouvent des compléments de nourriture (lait, pain, confiture, fruits secs et biscuits caséinés, etc.). La Bibliothèque nationale initie ses propres goûters, d’autant que ceux du Secours national sont parfois payants et souvent défaillants en raison des aléas du ravitaillement[34].

 À destination des enfants du personnel, le service social s’occupe en outre d’organiser les arbres de Noël (tâche d’autant moins aisée que les jouets sont difficiles à trouver) et d’organiser des vacances : « le service social s’est entremis pour leurs premières vacances dans une France enfin libre soient marquées par un séjour à la campagne[35] ». Il fait enfin des actions plus ponctuelles à destination de certains membres du personnel, comme l’achat de blouses pour les femmes de ménage afin qu’elles n’abîment pas leurs propres vêtements, difficile à trouver en cette période.

Le dernier pan d’action du service social, qui regroupe support individuel et collectif, est de prendre en charge la médecine du travail. Des campagnes de vaccinations et de dépistages sont organisées afin de surveiller l’avancée des maladies infectieuses. En 1941, c’est un vaccin pour la variole qui est administré : « Des séances de vaccination antivariolique organisées en février [1941] dernier ont permis au Dr Debray, le docteur du service social, de connaître l’ensemble du personnel[36] ». En 1944, tout le personnel est soumis à un examen radioscopique par l’entremise d’un médecin assistant des hôpitaux afin de détecter les cas de tuberculose, permettant « de dépister certains cas à surveiller[37] ».

Le service social s’occupe également d’organiser une permanence afin que les membres du personnel puissent consulter un médecin sur leur lieu de travail. D’abord ponctuelle, cette permanence se fixe à deux jours par semaine dès 1943 :

« Monsieur l’administrateur général et Monsieur Labergerie ont exprimé le désir de donner plus d’extension au service médical de la Bibliothèque nationale et de faire une étude approfondie sur la santé du personnel de la maison. La Fondation française pour l’Étude des Problèmes humains consultée au sujet de ces problèmes de médecine du travail dans les administrations s’est montrée très intéressée par nos projets et pourrait guider nos initiatives en ce domaine. Le docteur Ferand qui a reçu l’Assistante sociale pense que le médecin attaché au Service social de la Bibliothèque nationale devrait consacrer une ou deux demi-journées par semaine aux visites médicales et à l’étude de nos problèmes de la médecine du travail. Nous pourrions commencer l’essai avec une demi-journée par semaine. La Fondation CARREL[38] consultée au sujet du montant des honoraires qu’il faudrait prévoir pour ces nouvelles fonctions indique 300 francs par vacation soit une moyenne de 1200 francs par mois[39] ».

Cette permanence est justifiée par les nombreux malaises et maladies qui touchent le personnel. En conséquence de la faim, du froid des hivers très rigoureux de l’Occupation et de la fatigue, les malaises se multiplient et les maladies sont plus durement ressenties : « On excuse aussi quelques défaillances quand on constate le triste état sanitaire qui résulte des restrictions de toutes sortes subies pendant plus de cinq années. Si les maladies graves, comme la tuberculose, ne semblent pas en progrès, la fatigue générale est évidente et se traduit encore aujourd’hui par des indispositions fréquentes, ou des évanouissements même en cours de travail, par des absences qui ne sont que trop justifiées surtout chez le personnel féminin qui représente plus de 54 % de nos effectifs[40] ». Le service social envoie également au médecin les cas de dénutrition les plus manifestes : « le service social a dû envoyer au docteur des gardiens et des chômeurs intellectuels qui souffrent beaucoup de sous-alimentation. Les rations sont insuffisantes : on se prive pour un grand fils, un prisonnier. Un amaigrissement inquiétant survient avec un manque de forces qui n’a d’autres causes que le manque de nourriture chez des gens dont le budget est trop modeste pour satisfaire un appétit normal[41] ». En effet, les médecins ont la possibilité, très contrôlée, de prescrire des régimes de suralimentation. Le docteur Paul Carnot avance le chiffre de 450 000 certificats médicaux demandant des suppléments alimentaires en 1943 pour la seule ville de Paris[42].

BnF, Archives institutionnelles (A11), Note de service relative à l’aide à apporter au personnel malade, 30 juin 1945.

L’assistante sociale se charge également de visites aux malades lorsque nécessaire : « Lorsque la maladie retient chez lui un de vos collaborateurs, vous ne manquez pas d’en être informé. Dès que vous apprenez par ses collègues directs, ou par tout autre moyen, qu’une visite de l’assistante sociale lui serait utile et qu’il l’accepterait volontiers, je vous serais obligé d’en faire prévenir immédiatement le Service social[43] ». Enfin, le service social est également le référent interne en cas de trouble ayant lieu lors du travail. Si le poste médical est aménagé dans le cadre de la défense passive, il échoit ensuite au service social d’en gérer les stocks et les volontaires de la Croix-Rouge. Quatre secouristes volontaires forment la petite équipe de soin, dont le numéro et le nom sont fournis à tous les membres du personnel. Une telle responsabilité, au vu du manque de personnel du service social et du nombre croissant de malaises au sein de l’établissement n’est pas sans poser problème : « On s’est plaint d’autre part de ce que, en cas d’indisposition d’un membre du personnel dans son service, il était très long d’alerter le Service social et de trouver la clé du poste de secours (…) si le malade a besoin d’air, il convient de lui sortir un siège et de le conduire, non dans la cour de la rue de Richelieu, mais dans le jardin de la rue Vivienne (prendre le passe-partout au secrétariat). En cas d’urgence ces mesures peuvent être prises avant l’arrivée de l’assistante sociale — qui devrait néanmoins être prévenue immédiatement — ou d’une des secouristes actuellement en service dans la maison[44] ». L’implication du service social n’est pourtant pas remise en cause dans cette importante mission.

Une politique d’entraide surveillée

Dès sa création, le service social et l’assistante sociale qui en a la charge disposent d’une position ambiguë au sein de l’établissement. C’est en effet à la seule instigation de l’administrateur général que le poste est créé, et le service, bien que d’une croissance fulgurante, n’est pas directement reconnu. Le rapport d’activité de 1940-1942 ne le mentionne pas, et seules une mention « service d’hygiène et d’entraide sociale » dans le bilan comptable, ainsi qu’une autre d’assistante sociale au sein du tableau des titres et professions attestent de son existence. La mise en avant du service social n’aura lieu que dans les rapports suivants, au chapitre administration et services généraux. En outre, le service social ne dispose pas de statuts fixes avant la Libération. Un flou qui va entraîner une tentative de mainmise de Bernard Faÿ sur les actions du Service social. Les informations dont il dispose sont pourtant privées, et l’octroi de secours techniquement soumis au seul jugement de l’assistante sociale. 

Bnf, Archives institutionnelles (A91) Décision de Bernard Faÿ, mars 1944.

Il semble que la situation n’a pas posé problème avant 1943. L’administrateur avait garanti le secret de la correspondance et des attributions de secours du service social. Pourtant, le 31 décembre 1943, une note de Raphael Labergerie, secrétaire général, signée de Bernard Faÿ, exige la fin de ce secret, au grand étonnement de l’assistante sociale :

«  J’ai été fort surprise de recevoir, sans explication préalable et sans que je puisse en saisir les causes déterminantes, votre note RL/GQ du 23 décembre, m’interdisant d’effectuer “quelque démarche que ce soit auprès de tout organisme ou de toute personne que ce soit — officiel ou privé — sans en avoir au préalable demandé l’autorisation à l’administrateur général ou au secrétaire général, et en avoir précisé le but et la portée” (“dans l’exercice de ses fonctions” précise une note marginale manuscrite). Cette décision à l’égard d’une activité de service social rend pratiquement impossible son exercice et ne peut plus me permettre de diriger un service créé dans les conditions difficiles que vous savez et qui n’a pu vivre que grâce à la confiance que vous vouliez bien m’accorder. (…) Si la mesure que vous prenez n’est qu’une marque de défiance personnelle à mon égard, il était plus simple, en cette fin d’année, de ne pas renouveler mon contrat. Si au contraire elle concerne la fonction d’assistante sociale, elle ne paraît pas conciliable avec la vie normale d’un service pour lequel une atmosphère de confiance n’est pas moins nécessaire que l’esprit de discipline. Je ne puis donc que vous remettre ma démission (…) il faut que des changements interviennent pour donner au service social des cadres stables et appropriés pour adopter dans l’attribution des secours des méthodes qui ne contribuent pas à l’asservissement des individus, mais vienne vraiment en aide aux personnes — et surtout, pour faire prévaloir une conception exacte du rôle que doit jouer le service social qui doit servir la collectivité conformément à l’ordre légitimement établi — mais sans être un instrument de gouvernement — sur un plan humain qui déborde le plan professionnel. Ceux qui en ont la charge doivent avoir toute liberté d’action dans leur tâche propre, donc posséder votre confiance entière[45] ».

Les archives ne renferment malheureusement pas la réponse de Bernard Faÿ à cette note. La menace de démission de Renée Levassor semble pourtant avoir porté ses fruits, puisque cette dernière demeure en poste jusqu’à la fin du mandat de l’administrateur général. Pourtant, une décision datée de mars 1944 semble aller dans le sens d’une plus grande surveillance du service social puisque les secours sont dorénavant soumis à un comité d’attribution : « Le service social est rattaché personnellement à l’Administrateur général et fonctionne sous sa surveillance directe. L’administrateur général charge Mademoiselle Foncin de le représenter en permanence auprès du Service social. Elle lui rendra compte chaque fois qu’il sera nécessaire et au moins une fois par mois, de l’activité du service. Un comité d’attribution des secours est ainsi composé : l’administrateur général, le représentant de l’Administrateur auprès du Service social, l’assistante sociale[46] ». S’il n’est pas fait mention du secret de la correspondance du service social, ou de l’anonymat des membres du personnel demandant le secours, il semble évident qu’un recoupement avec la situation de famille de chacun, connue par le secrétariat général, permet de savoir qui fait la demande de secours.

Cette situation est à replacer dans un contexte plus global. En effet, Renée Levassor n’est pas la première assistante sociale à menacer de démissionner devant la compromission de ses prérogatives. En 1942, l’inspectrice principale du Secours national donne sa démission pour protester contre la violation répétée du secret professionnel, suivie en cela par nombre de cadres. De telles extrémités témoignent du rôle ambivalent de l’aide sociale sous le régime de Vichy. Cette dernière, bien que dans la suite des mesures d’avant-guerre, se développe très largement. Le régime de Vichy contribue à créer et à développer les services sociaux : extension des assurances sociales, lutte contre la délinquance des enfants, création de l’allocation aux vieux travailleurs salariés, promotion du travail social dans toutes les sphères de la société (dans les entreprises, hôpitaux, prisons, en milieu rural, dans l’armée, la police, etc.). Mais ces actions sont sous-tendues par une idéologie prônant la mise en place d’un nouvel ordre social. 

Pour cette raison, les assistantes sociales  sont accusées à la Libération d’avoir aidé le régime de Vichy[47]. De fait, les assistantes sociales prennent part à la politique sociale mise en œuvre par le maréchal Pétain. Les assistantes sociales ont également leur place dans les chantiers de jeunesse, dans l’organisation de la Relève (à partir de juin 1942) puis du STO (à partir de février 1943). Plus de six mille d’entre elles (sur neuf mille en activité) rejoignent le Secours national, outils de propagande du régime. Plus globalement l’organisation de la profession d’assistante sociale est structurée durant l’Occupation. En effet, si la création du diplôme d’État date de 1932, c’est durant cette période que son syndicat se forme[48]. Deux regroupements professionnels, créés en 1922, le composaient auparavant : l’Association des travailleuses sociales (qui regroupe mille adhérentes en 1938) et l’Union catholique des services de santé et des services sociaux. En 1943 se constitue un comité d’entente et de liaison entre les deux associations qui aboutit en décembre 1944 à la création de l’ANAS.

 Cela étant, « Faut-il dès lors considérer qu’en travaillant pour le Secours national, dont on sait qu’il a été un outil essentiel de la propagande maréchaliste, ou pour d’autres centrales caritatives — dans la mesure où celles-ci sont placées sous la tutelle étroite du Secours national qui contrôle l’ensemble de leurs initiatives —, ou encore pour des administrations telles que les Assurances sociales ou les Allocations familiales, les assistantes sociales ont forcément adhéré au régime de Vichy et cautionné ses crimes ?[49] » ainsi que le demande Isabelle Von Buelzingsloewen. Comme dans tous les secteurs, si certaines assistantes sociales promeuvent et soutiennent le régime de Vichy, d’autres s’engagent dans la résistance en cachant des enfants juifs, logeant des prisonniers évadés ou en organisant les passages en zone libre[50]. En outre, le contact des assistantes sociales avec les populations les plus fragiles les a rendu témoins de la dégradation progressive des conditions de vie. Face à cette situation, l’assentiment envers le régime en place a pu se tarir, et : « Cette prise de distance progressive a conduit une minorité d’entre elles à démissionner de leurs fonctions. Une décision dont les motivations profondes ne sont pas toujours explicitées, mais qui peut être interprétée comme un refus de cautionner un régime qui s’appuie sur le travail social pour asseoir son emprise sur la population[51] ».

 Au sein de la Bibliothèque nationale, le service social est non seulement sous le contrôle de l’administrateur général, soutien de Vichy, mais il a recours au Secours national et poursuit en interne les mesures qu’il promeut (goûters des mères, cantine, distribution aux enfants, etc.). La référence à la Fondation Carrel, créée par le nouveau régime en 1941, est toute aussi parlante. Pourtant, il est logique de poursuivre des actions ayant prouvé leur efficacité, et le service social se doit bien de fonctionner, contrôle de l’administrateur ou non.

À la Libération, le service social est doté d’un auxiliaire, le comité social, qui le contrôle. Si le service social demeure sous les ordres directs de l’administrateur général, le comité, organe consultatif, vient en contrebalancer l’autorité. Le comité a pour attribution de suivre l’activité du service social et de rendre compte de ses observations à l’administrateur général, qui conserve le rôle de donner des instructions au personnel du service. Le comité peut également recevoir de l’Administrateur des missions individuelles ou collectives. Il est composé de l’administrateur général qui en assume la Présidence, de deux membres désignés par lui et dix membres élus. L’assistante sociale est également invitée aux réunions du comité. Six séances sont prévues par ans. Les statuts du comité précisent : «  Il désigne obligatoirement tous les ans un délégué pour connaître avec l’Administrateur général les secours individuels distribués par le service social. Ce délégué doit s’engager sur l’honneur au secret le plus absolu sur les personnes secourues[52] ». 

Les secours sont donc contrôlés tous en étant tenus au secret. De fait, le rapport d’activité de 1944 annonce la création du comité comme un moyen de libéralisme : « Rappelons enfin que peu après la libération, un essai très apprécié a été fait pour faire perdre au service social son caractère de paternalisme autoritaire. Un comité social de 12 membres, dont 10 élus par le personnel de toutes catégories, a été institué pour suivre l’action du service, et le seconder au besoin et éclairer l’administrateur général de ses avis, tant sur les questions de principe que sur les cas particuliers[53] ». L’expression de « paternalisme autoritaire » est éloquente de la perception des mesures sociales accordées lors de l’Occupation.

Conclusion

Le rapport d’activité de la Bibliothèque nationale couvrant la période 1945-1950 mentionne l’activité salutaire du service social et la décision du maintien de son action :

« Les difficultés exceptionnelles d’existence qui pesèrent encore sur les premières années de cet après-guerre ainsi que les traitements modestes d’une fraction importante du personnel justifiaient amplement que le service social poursuivit la plupart des activités dont il avaient dû prendre l’initiative pendant la période précédente. Avec des effectifs pourtant diminués, il a su, par une organisation plus étudiée de son travail, garder une grande activité (…) Son action s’est constamment alliée à celle du Comité social dont il est devenu à la fois le conseiller technique et l’agent d’exécution. Elle se partage entre la surveillance et le maintien de la santé de tous, l’aide à la famille, l’amélioration des conditions de travail et, sur le plan individuel, les cas sociaux[54] ».

Passé la focalisation sur le ravitaillement de l’Occupation, le service social réoriente son action sur les actions collectives (colonies de vacances, arbre de Noël, etc.) ainsi que sur l’aide individuelle au moyen de prêts.

Notes


[1] HESSE, Philippe-Jean, « Les assurances sociales », dans HESSE, Philippe-Jean (dir.), LE CROM, Jean-Pierre (dir.), La protection sociale sous le régime de Vichy, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2001, pp.31-84. Source primaire : AN 307 AP 160. Introduction aux projets concernant la sécurité sociale, les institutions sociales et le service social, p.9.

[2] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Règlement préparé par l’Administrateur général, Jean Laran, pour la première séance du comité social, le 19 décembre 1944.

[3] LARAN, Jean, (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.64.

[4] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport de Myriam Foncin à l’administrateur général, 7 août 1944.

[5] BnF, Archives institutionnelles, (A90). Note concernant le service social pour l’administrateur général, 24 juin 1943.

[6] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport de Myriam Foncin à l’administrateur général, 7 août 1944.

[7] https://www.inegalites.fr/L-evolution-des-inegalites-de-salaires-entre-hommes-et-femmes?id_theme=22

[8] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport de Myriem Foncin à l’administrateur général, 7 août 1944.

[9] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Note pour l’administrateur général, 4 septembre 1944.

[10] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Note sur l’installation (local et mobilier) du service social, non daté.

[11] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Note concernant le local de Mlle Levassor à Bernard Faÿ, 19 mars 1942.

[12] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Note concernant le programme de l’activité du service social pour l’année 1943, non datée.

[13] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Note concernant le local de Mlle Levassor à Bernard Faÿ, 19 mars 1942.

[14] BnF, Archives institutionnelles, (A90). Note concernant le service social pour l’administrateur général, 24 juin 1943.

[15] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport de Myriem Foncin à l’administrateur général, 7 août 1944.

[16] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport de Myriem Foncin à l’administrateur général, 7 août 1944.

[17] BnF, Archives institutionnelles, (Dossier du personnel). Certificat, 12 juin 1944.

[18] BnF, Archives institutionnelles, (Dossier du personnel). Note à Renée Levassor, 22 décembre 1941.

[19] Archives nationales, 72 AJ 13.

[20] HESSE, Philippe-Jean (dir.) ; LE CROM, Jean-Pierre (dir.). La protection sociale sous le régime de Vichy, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2001, pp. 31-84. [En ligne] URL : https://books.openedition.org/pur/15997#ftn79 (consulté le 11/03/2022).

[21] BnF, Archives institutionnelles, (A91) Rapport sur l’activité du service social de la Bibliothèque nationale durant le semestre Janvier-Juin 1942, non daté.

[22] BnF, Archives institutionnelles, (A91) Note concernant le programme de l’activité du service social pour l’année 1943, non daté.

[23] HESSE, Philippe-Jean, LE CROM, Jean-Pierre (dir.), La protection sociale sous le régime de Vichy, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2001.

[24] Circulaire du 18 décembre 1941 étendant les prestations de solidarité versables par les caisses d’assurances sociales pour secourir les familles de prisonniers, loi du 27 novembre 1941 relative à l’amélioration des prestations des assurances sociales pour les familles du prisonnier, étendues au secteur de l’agriculture par la loi du 30 octobre 1942.

[25] BnF, Archives institutionnelles, (A91) Rapport sur l’activité du service social janvier-juin 1942, non daté.

[26] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Rapport de Myriem Foncin à l’administrateur général, 7 août 1944.

[27] CAIN, Julien, (dir.), La Bibliothèque nationale pendant les années 1945 à 1951, Paris, Bibliothèque nationale, 1954, p.58.

[28] BnF, Archives institutionnelles, (A93). Rapport sur l’activité du mois d’avril 1941.

[29] BnF, Archives institutionnelles, (A91) Rapport sur l’activité du service social de la Bibliothèque nationale durant le semestre Janvier-Juin 1942, non daté.

[30] ROLLET, Catherine, LUCA, Virginie, «  La vulnérabilité des enfants : les crises de mortalité de 1940 et 1945 », dans ROLLET, Catherine, LUCA, Virginie, (dir.), « Morts d’inanition » : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005, pp. 263-279.

[31] À titre de comparaison, le taux de mortalité infantile en France en 2022 est de 3,5 %00. SourceInsee.

[32] LE CROM, Jean-Pierre, « Lutter contre la faim : le rôle du Secours national », dans ROLLET, Catherine, LUCA, Virginie, (dir.), « Morts d’inanition » : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005, pp. 249-262.

[33] LE CROM, Jean-Pierre, « Lutter contre la faim : le rôle du Secours national », dans ROLLET, Catherine, LUCA, Virginie, (dir.), « Morts d’inanition » : Famine et exclusions en France sous l’Occupation, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005, pp. 249-262.

[34] En 1945, les distributions sont moins importantes qu’en 1943 et 1944 et même temporairement suspendues.

[35] LARAN, Jean, (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.65.

[36] BnF, Archives institutionnelles, (A93). Rapport sur l’activité du mois d’avril 1941.

[37] LARAN, Jean, (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.65.

[38] Voir : DROUARD, Alain, « Les trois âges de la Fondation française pour l’étude des problèmes humains », Population, n°39 (1983), pp. 1017-1047.

[39] BnF, Archives institutionnelles, (A41). Note concernant l’extension du service médical, 11 février 1943.

[40] LARAN, Jean, (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.7.

[41] BnF, Archives institutionnelles, (A91) Rapport sur l’activité du service social janvier-juin 1942, non daté.

[42] CARNOT, Paul, « La sous-alimentation actuelle et ses conséquences digestives », Paris Médical, 30 mars 1943, pp. 85-89.

[43] BnF, Archives institutionnelles, (A11). Note de service, 30 juin 1945.

[44] BnF, Archives institutionnelles (A11), Note de service relative à l’aide à apporter au personnel malade, 30 juin 1945.

[45] BnF, Archives institutionnelles (A90), Lettre de Renée Levassor à Bernard Faÿ, 31 décembre 1943.

[46] Bnf, Archives institutionnelles (A91) Décision de Bernard Faÿ, mars 1944.

[47] LE TALLEC, Cyril, Les assistantes sociales dans la tourmente 1939-1946, Paris, L’Harmattan, 2003. VON BUELZINGSLOEWEN, Isabelle « La guerre, l’Occupation et le régime de Vichy : de nouvelles perspectives pour le travail social, Vie sociale, n°3 (2008), pp. 19-28.

[48] LE TALLEC, Cyril, Les assistantes sociales dans la tourmente 1939-1946, Paris, L’Harmattan, 2003.

[49]VON BUELZINGSLOEWEN, Isabelle « La guerre, l’Occupation et le régime de Vichy : de nouvelles perspectives pour le travail social, Vie sociale, n°3 (2008), pp.19-28. [en ligne] URL : https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-2008-3-page-19.htm (consulté le 11/03/2022).

[50] VON BUELZINGSLOEWEN, Isabelle « La guerre, l’Occupation et le régime de Vichy : de nouvelles perspectives pour le travail social, Vie sociale, n°3 (2008), pp.19-28. [en ligne] URL : https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-2008-3-page-19.htm (consulté le 11/03/2022).

[51] VON BUELZINGSLOEWEN, Isabelle « La guerre, l’Occupation et le régime de Vichy : de nouvelles perspectives pour le travail social, Vie sociale, n°3 (2008), pp.19-28. [en ligne] URL : https://www.cairn.info/revue-vie-sociale-2008-3-page-19.htm (consulté le 11/03/2022).

[52] BnF, Archives institutionnelles, (A91). Règlement préparé par l’Administrateur général, Jean Laran, pour la première séance du comité social, le 19 décembre 1944.

[53] LARAN, Jean, (dir.), Rapport sur le fonctionnement des divers services de la Bibliothèque nationale pendant les années 1943 et 1944, Paris, Bibliothèque nationale, 1946, p.65.

[54] CAIN, Julien, (dir.), La Bibliothèque nationale pendant les années 1945 à 1951, Paris, Bibliothèque nationale, 1954, p.58.



Citer ce billet
Anaelle Lahaeye (2022, 6 septembre). La naissance du service social de la Bibliothèque nationale. La Bibliothèque nationale sous l'Occupation. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bbtx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search