Armer le personnel de la Bibliothèque nationale

Si les collections de la Bibliothèque nationale sont éloignées de la capitale lors de la Seconde Guerre mondiale, c’est en premier lieu pour parer aux risques engendrés par les bombardements (destructions, incendies, etc.). Mais  les risques de vols sont également envisagés que ce soit par des autorités militaires ou par des individus isolés. Il s’agit alors, pour l’administration, de prendre des mesures de protection afin de protéger les dépôts de replis, dont l’armement du personnel.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Bibliothèque nationale prend des mesures de protection pour ses collections. Les pièces les plus précieuses sont entreposées dans les coffres de plusieurs banques ou envoyées dans des dépôts de replis, notamment Ussé et Castelnau-Bretenoux, auxquels plusieurs billets ont été consacrés (« Les déshydratateurs du dépôt d’Ussé », « le dépôt de repli du château d’Ussé », « Castelnau-Bretenoux »). Toutefois, les risques de vols, de la part des autorités d’occupation ou du fait d’individus isolés, y apparaissent plus importants. Dans ce contexte, l’administration de la Bibliothèque nationale envisage l’armement du personnel[1].

Une telle mesure n’est pas sans poser problème. En effet, depuis 1939, le  port d’arme est interdit, sauf exceptions soumises à autorisation. Dans ces conditions, armer certains membres de la Bibliothèque nationale va se révéler particulièrement complexe.

Continuer la lecture de « Armer le personnel de la Bibliothèque nationale »

Colloque: “The return of looted artefacts since 1945 -post-fascist and post-colonial restitution in comparative perspective” (hybride Rome/ distanciel, 16-18 mai 2022)

Au mois de mai prochain se déroulera un colloque organisé à la maison Goethe de Rome sur la thématique de la restitution, dans une approche comparée entre les spoliations fascistes et coloniales.

Bien que les différences entre les expériences fascistes et coloniales soient incontestables, enquêter sur les similitudes des pratiques et des discours des restitutions post-fascistes et post-coloniales apparaît crucial afin mieux comprendre la pertinence politique du patrimoine et son rôle dans la mémoire et la nation, ainsi que la persistance des stéréotypes anti-juifs et racistes dans l’ordre mondial post-1945, et enfin la récurrence des motifs de restitution dans la propagande nationaliste actuelle.

Nous nous permettons de relayer ici l’annonce du colloque.

Continuer la lecture de « Colloque: “The return of looted artefacts since 1945 -post-fascist and post-colonial restitution in comparative perspective” (hybride Rome/ distanciel, 16-18 mai 2022) »