Composer avec l’Occupant

Institution culturelle de premier plan, la Bibliothèque nationale suscite la curiosité, y compris pour les armées d’Occupation. Si les soldats allemands ne bénéficient pas de facilités d’accès particulières, il en va différemment pour les officiers qui profitent de l’importante manne d’informations disponibles en son sein. Entre la présentation qui est faite de la Bibliothèque nationale dans les journaux destinées aux soldats et les pratiques qu’il est possible de retracer grâce aux archives se lit tout un ensemble de passe-droits.

Continuer la lecture de « Composer avec l’Occupant »

Louise Delavis et l’organisation du dépôt légal en zone Sud (1941-1946)

Après avoir évoqué la législation du dépôt légal pendant l’Occupation, nous revenons sur l’organisation concrète du dépôt en zone Sud. C’est également l’occasion d’évoquer la figure d’une bibliothécaire oubliée, Louise Delavis, qui a permis le fonctionnement du service de dépôt légal dans cette zone. En effet, en raison de la division administrative de la France occupée, la Bibliothèque nationale recherche dès 1941 une annexe destinée à recevoir le dépôt légal éditeur pour la zone libre (zone Sud après novembre 1942)1

Continuer la lecture de «  »

  1. Ce billet est le fruit d’un travail collectif de recherche et de rédaction auquel ont participé outre l’auteur cité, Saori Yamane et Anaelle Lahaeye. []

La législation du dépôt légal pendant l’Occupation

Cet article inaugure une série sur les évolutions du fonctionnement et de la législation du dépôt légal durant la Seconde Guerre mondiale.

Le dépôt légal existe en France depuis 1537. Au fil du temps, il a pu servir trois objectifs : contrôler la production imprimée, enrichir les bibliothèques françaises et, plus récemment, protéger le droit d’auteur. 

Au moment de la déclaration de guerre, c’est la loi sur le dépôt légal du 19 mai 1925, complétée par le décret du 21 novembre 1925[1], qui est en vigueur. Cette loi met pour la première fois en place un principe de double dépôt effectué par l’imprimeur ou le producteur d’une part, et l’éditeur d’autre part. Avant cette loi, seul l’imprimeur était soumis à l’obligation de dépôt.

Continuer la lecture de « La législation du dépôt légal pendant l’Occupation »

Les conditions de travail à la Bibliothèque nationale durant l’Occupation

“Évacuer les collections, souvent plusieurs fois, dans des conditions particulièrement précaires et chaotiques, fermer puis rouvrir les salles de lecture, appliquer, de manière plus ou moins sévère suivant l’humeur des kommandanturs locales, les listes Otto, craindre un arbitraire toujours possible, souffrir d’un isolement extrême fut le quotidien de tous les bibliothécaires ; subir les bombardements, voir leurs bibliothèques en flammes, tenter de sauver des collections dans les décombres, ne retrouver que des pages calcinées, furent celui d’un certain nombre d’autres”

POULAIN M., Livres pillés, lectures surveillées, Paris, Gallimard, 2013, pp.14-15.

L’ouvrage pionnier de Martine Poulain a permis de mieux appréhender les conditions de fonctionnement des bibliothèques pendant la Seconde guerre mondiale. Malgré les circonstances exceptionnelles et les privations, beaucoup de bibliothécaires se font un devoir de maintenir ce service public. Si les sources sont souvent lacunaires pour appréhender concrètement les difficultés auxquelles durent faire face ces individus, la Bibliothèque nationale de France, bien qu’à part en raison de son échelle, conserve de nombreuses archives sur cette période. Que révèlent celles-ci des conditions de travail à la Bibliothèque nationale durant l’Occupation ?

Continuer la lecture de « Les conditions de travail à la Bibliothèque nationale durant l’Occupation »

Où trouver les registres d’entrées de la Bibliothèque nationale ?

Le présent billet a pour objet de présenter, de façon très synthétique, les registres d’entrées inventoriés et, le cas échéant, numérisés existant pour les différents départements de la Bibliothèque, toutes périodes confondues, afin d’orienter les chercheurs travaillant sur les provenances et les modalités d’enrichissement des collections, qu’elles concernent ou non de la période de l’Occupation1.

Continuer la lecture de « Où trouver les registres d’entrées de la Bibliothèque nationale ? »

  1. Des opérations d’inventaire et de numérisation sont en cours à la date de rédaction du présent billet, ce qui nous conduira à faire des mises à jour régulières, en fonction de leurs avancées []

Appel à chercheurs 2021-2022 de la Bibliothèque nationale de France

Les candidats peuvent à la fois proposer spontanément des sujets de travaux ou choisir parmi ceux proposés par la BnF. L’histoire des bibliothèques et des collections fait partie des thèmes proposés.

Les travaux sur l’histoire de la Bibliothèque nationale de France sont encouragés et peuvent concerner ou croiser la période de l’Occupation :

Continuer la lecture de « Appel à chercheurs 2021-2022 de la Bibliothèque nationale de France »

Le département de la Musique (Miscellanées #10)

Ces courts billets ont pour objectif de faire découvrir et partager la richesse des fonds d’archives de la Bibliothèque portant sur la période de l’Occupation.

Nous poursuivons ici la série commencée sur la campagne photographique de Gil Pax. Commandées afin de documenter les avancées du récolement pour le futur département de la Musique de la Bibliothèque nationale, ces photographies témoignent des moyens alloués (notamment humains) afin d’établir au plus vite les inventaires. La dernière photographie présente Guillaume de Van, conservateur du département.

Continuer la lecture de « Le département de la Musique (Miscellanées #10) »

Les déshydrateurs du dépôt d’Ussé

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Bibliothèque nationale prend des mesures de protection de ses collections. Les pièces les plus précieuses sont envoyées dans des dépôts de replis, ce qui pose des problèmes de conservation. L’achat de déshydrateurs illustre une des solutions envisagées afin d’y remédier.

L’inspection de quelques caisses contenant des manuscrits, des livres et des estampes n’a révélé de dommages que pour ces dernières : moisissures prenant l’aspect d’efflorescences grisâtres ou de ronds juxtaposés. Pour le moment, le mal ne paraît pas grave ; ces marques d’humidité disparaissent, si on passe dessus légèrement un tampon de coton, mais leur réapparition est à craindre si on ne modifie pas d’une façon sensible l’atmosphère des locaux où les caisses sont entreposées.

BnF, Archives institutionnelles, (A8 (boîte 2)). Rapport d’inspection du conservateur adjoint chargé d’inspecter le dépôt d’Ussé André Linzeler. 21 février 1944.

C’est par ces quelques mots qu’André Linzeler ouvre son rapport d’inspection du dépôt d’Ussé le 21 février 1944.

Continuer la lecture de « Les déshydrateurs du dépôt d’Ussé »